dimanche 11 décembre 2011

Peter Pan: 2- Opikanoba de Régis Loisel

Peter Pan  tome 2  Opikanoba  Régis Loisel  Vents d'ouest  62 pages

Résumé:
Peter a quitté Londres et est arrivé dans un drôle de monde, en fait, il est arrivé... directement dans la cabine d'un Capitaine pirate!  Recruté par celui-ci au grand dam de Clochette, Peter se retrouve donc parmi les pirates.  Mais les créatures mythologiques qui peuplent l'île, Pan en tête, n'ont pas dit leur dernier mot à ce sujet!  Ce sont eux qui ont souhaité la venue de Peter, pour une raison encore obscure et ils n'ont pas l'intention de le laisser entre les mains des pirates!

Critique:
Encore une fois une réussite.  L'auteur joue habilement avec le conte original, mais en le traitant comme une introduction à celui-ci, le comment Peter est devenu Peter Pan.  On se doute que le personnage de Pan, qui ressemble comme deux gouttes d'eau au dieu grec Pan, aura un impact sur le choix du nom de son ami, mais dans quelle mesure?  Aucune idée!  On a encore 4 albums pour le découvrir.  Même si ce n'est pas clair à la fin du livre, on sait que les créatures mythologiques ont un grand besoin de Peter, mais pourquoi?  Encore là, mystère, mais quand on sait ce qu'ils sont prêts à risquer pour lui, on se dit que ça ne peut qu'être très gros.  On introduit de façon plus avancée les personnages de Crochet (dont on ne dit jamais le nom, on l'appelle juste Capitaine et il a encore ses deux mains) et des pirates, mais on découvre aussi les Indiens, les sirènes et on s'étend un peu sur le mauvais caractère de Clochette.  Quelle peste celle-là!  Une vraie fille dit Pan.  Hum, hum!  Le titre du tome vient d'Opikanoba, la région de l'île baignée dans une brume où se matérialise toutes les peurs des gens.  Pan fera preuve d'un courage remarquable en y entrant pour sauver Peter, mais surtout, ça montre que cette magnifique île n'est pas dépourvue de dangers!  Mes commentaires pour les dessins sont les mêmes que pour le premier tome, c'est très beau, mais en même temps, en s'éloignant de Londres, on perd le côté dickinsien de l'histoire et on se rapproche de l'univers de Disney, même si la patte de Loisel n'est clairement pas celle des contes de fée.

Ma ntoe: 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire