mardi 13 décembre 2011

Claudine à l'école de Colette

Claudine à l'école  Colette Le livre de poche 255 pages


Résumé:
Claudine a 15 ans et fréquente l'école de sa petite ville française.  En cette dernière année de sa scolarité, elle va vivre toute une série d'événements qu'elle raconte dans son journal.  Entourée par ses amies, la directrice d'école et la maîtresse d'école, et toutes une galerie de personnages colorés, Claudine, impertinente et frondeuse, va vivre une dernière année d'école haute en couleur. 

Critique:
Colette a peint ici un monde qui n'existe plus, celui des petits villages fermés de la fin du siècle dernier où faute de moyens de communication, tout le monde épie tout le monde pour avoir quelque chose à dire et où les ragots vont bon train.  C'est donc surprenant de voir dans ces circonstances un couple de lesbienne se former et vivre pratiquement au grand jour sans que personne n'y trouve à redire, connaissant l'attachement de l'époque aux bonnes moeurs.  Les crises d'affection et de jalousies entre les deux femmes rythment la vie scolaire des filles et pourtant, tout est normal.  L'impertinence de Claudine et ses petites manigances enfantines font plaisir à voir.  Elle est méchante et arrogante et pourtant, on ne la juge pas si sévèrement que ça.  Je comprends par contre que l'ouvrage aie pu faire scandale à l'époque!  On est loin des romans édifiants destinés à la jeunesse de ces années-là.  J'ai pour ma part trouvé que les cinquante dernières pages étaient largement de trop dans l'histoire.  Passé le bac, pourquoi les jeunes filles continuent-elles de fréquenter l'école?  De plus l'organisation de la fête, bien trop exagérée pour une simple visite de ministre (quoique l'on peut suspecter qu'un tel événement à l'époque puisse représenter un réel événement majeur), prend trop de place à mon goût dans l'histoire.  Tous les personnages masculins de l'histoire sont soit idiots, soit obsédés, la plupart du temps les deux.  Rien pour l'honneur de la gent masculine dans ce livre en tout cas.  En tout cas, le père de Claudine est particulièrement absent dans l'histoire, il ne s'occupe absolument pas de sa fille.  Elle ne mentionne pas non plus la présence de domestiques, ce qui fait que l'on se demande comment roule cette drôle de maison.  Un roman drôle au charme un peu passé, mais tout de même, une bonne lecture.

Ma note: 4/5

3 commentaires:

  1. IL y a quelques années, après avoir lu presque toutes les biographies concernant Colette (souvent, je préfère les biographies des auteurs aux romans des dits auteurs), en cadeau, je m'étais acheté les trois tomes des oeuvres de Colette publiés dans la collection Bouquin de Robert Laffont. Ainsi, j'ai pu relire tranquillement tout Colette. Il m'arrive de relire encore Sido. Je dois dire que les Claudine ne sont pas ses meilleurs à mon avis. Il faut également être prête à lire ces textes qui, hors contexte, sont même ennuyants, je dirais.
    Quant à l'homosexualité de cette époque, comme aujourd'hui, il était très bien toléré dans le milieu artistique, Colette a longtemps frayé avec le théâtre et le mime.

    RépondreSupprimer
  2. @ClaudeL, les Claudine sont ses premiers romans, alors pas surprenant que ce ne soit pas ses meilleurs! Par contre, justement, c'est que c'est la directrice d'école qui est homosexuelle avec une de ses maîtresses d'école. Et personne, même pas le député cantonnal et la mère de la directrice n'y trouve à redire. C'est ça que j'ai trouvé surprenant

    RépondreSupprimer
  3. Son mari Willy (qui a signé les premiers Claudine, je dis bien signé, pas écrit) avait demandé à sa jeune épouse d'écrire des détails croustillants!

    RépondreSupprimer