jeudi 15 décembre 2011

Elizabeth la reine mère de William Shawcross

Elizabeth la reine mère  William Shawcross  Philippe Rey  438 pages

Résumé:
La vie d'Elizabeth Bowes Lyon, fille de Lords anglais devenue par amour la Duchesse d'York, femme du second fils de Georges V et par le hasard du destin, la reine Elizabeth, celle qui a maintenu le moral anglais durant la Seconde Guerre mondiale, au point où Hitler l'appelait la femme la plus dangereuse d'Europe.

Critique:
Biographie excellente, mais... autorisée.  Oups!  Car si le biographe a eu accès à toutes les ressources de premières mains disponibles, il a tracé un portrait qui ressemble plus à une chronologie de la vie de la reine-mère qu'à une véritable biographie.  On explore peu sa personnalité, ce qui l'a formé, quelle était sa réaction aux événements.  On met énormément l'accent sur son travail officiel, entre autre ses innombrables visites dans le Commonwealth, ce qui est logique tellement cette reine a eu une vie au service de l'Angleterre.  Elle qui au départ hésitant à épouser le Duc d'York car elle avait peur de tous les devoirs que cela représentait!  Le portrait que l'auteur en trace est flatteur certes, mais pas au point de faire de cette reine, une personne parfaite.  Loin de là.  Il mentionne sa totale incapacité à gérer son argent de manière satisfaisante et son manque d'ordre dans ses paperasses assez avancé merci (tiens, je me sens moins nulle tout à coup...) ainsi qu'une certaine difficulté de sa part à intervenir plus activement dans les difficultés de sa famille.  Son comportement face à Charles et Diana est caractéristique dans ce cas: elle a plus ou moins fermé les yeux et n'est intervenue que mollement, espérant que ça passe.  Son enfance est assez bien évoquée, mais sa relation avec le roi est explorée en surface.  Pas que j'étais à la chasse de détails salaces, mais disons que de comprendre la dynamique du couple royal, surtout durant la guerre, comment ils l'ont vécu, m'auraient beaucoup intéressée.  On reste en surface, on ne touche que les grands événements, pas le quotidien et c'est pourtant dans le quotidien que les êtres se révèlent le mieux.  Pour le reste, voir la famille royale anglaise de son point de vue, celle d'une matriarche regardant naître et grandir ses enfants, puis ses petits-enfants et même ses arrière-petits-enfants fait différent et amène un éclairage nouveau sur ce qui s'est passé dans la famille au cours des deux dernières décennies du vingtième siècle.  Une chose est sûre, c'est par sa personnalité même, celle d'une femme capable de mettre à l'aise même les gens les plus coincés, que cette reine aura par-dessus tout marqué son peuple.  Là-dessus, l'insistance de l'auteur est claire, nette et précise.  Et à lire le déroulement de sa vie, on comprend parfaitement que c'est grâce à celle-ci et à son sourire qu'Elizabeth Bowes Lyon aura gagné les coeurs, en premier lieu celui de celui qu'elle appelait tendrement Bertie.  Une bonne biographie, mais bon, manquant de profondeur pour vraiment comprendre cette fascinante personnalité.

Ma note: 4.25/5

Je remercie Diffusion Dimédia et plus particulièrement Isabelle pour ce service de presse.

2 commentaires: