jeudi 10 mars 2016

Camille de Patrick Isabelle

Camille  Patrick Isabelle


Résumé:
Camille est au seuil de l'adolescence, désireuse de se faire oublier, de ne pas exister.  Car elle a beaucoup de choses à cacher...  Coincée entre une mère aimante, mais dominée et un père qui distribue les coups de poing dès qu'il boit, la jeune fille n'aspire qu'à disparaître.  Jusqu'au jour où sa mère la réveille en pleine nuit avec ces seuls mots: on s'en va.  Elle montent dans une voiture et fuient, loin de Montréal, vers l'Acadie natale de sa mère.  Là, Camille, lentement, apprend à vivre, à faire confiance à son cousin Mathis, à recevoir de l'affection de sa rude grand-mère Mams, à côtoyer sa tante Florence.  À vivre près de l'océan, dans le soleil et l'absence de peur omniprésente.  Il y a aussi ce garçon, qui ne la laisse pas indifférence.  Jusqu'au jour où Camille disparaît...

Mon avis:
Dur sujet que celui des conséquences de la violence conjugale.  Surtout quand il s'agit d'enfant qui vivent dans cette violence et des traces qu'elle laisse.  Le doigté dont l'auteur fait preuve pour toucher son sujet dans ce roman est d'autant plus remarquable.  En se collant au plus près des émotions de Camille, jeune fille intelligente qui voit tout et comprend beaucoup, il réussit à nous faire comprendre l'enfer qu'elle traverse, mais sans jamais tomber dans le pathos.  On sent le désir de changement, le fait qu'elle sache que rien n'est normal dans sa vie, mais aussi sa peur atroce de perdre sa mère, qu'elle aime énormément, autant qu'elle a peur de son père.  Le roman se lit en deux trames narratives, celle des actions du présent, où toute sa famille cherche la jeune fille, disparue sans laisser de trace et son journal, dont la rédaction commence avant sa fuite avec sa mère.  La façon de faire est intelligente et permet une très bonne utilisation des émotions de la jeune fille, parce que ce qui est conté dans son journal permet de décortiquer le présent, mais sans jamais nous dévoiler ce qui a causé sa disparition.  On ne le saura qu'à la toute fin.  La psychologie des personnages est bien mise en place: sa mère, une femme qui l'aime, mais qui n'arrive pas à sortir d'une relation toxique avec son père, sa tante, forcée de regarder sa soeur être détruite par un homme violent sans pouvoir agir, son cousin, grand échalas qui voit bien que quelque chose cloche et qui essaiera du mieux qu'il peut d'aider sa cousine.  Sa grand-mère, loin des clichés de grand-maman gâteau, une femme directe et dure, affectueuse quand même dans sa rudesse et qui cache, elle aussi, des secrets.  D'ailleurs, le poids des non-dits est lourd dans ce livre.  Beaucoup d'éléments sont volontairement laissé dans l'ombre: l'âge exact de Camille par exemple, n'est même pas mentionné.  Ce n'est pas important.  On comprend la dynamique dans lequel elle est et ce qu'elle suppose.  On aura une partie des réponses au fil du roman, mais pas toutes et c'est très bien ainsi.  Ah oui et tout au long, on ressent un amour profond et sincère envers l'Acadie.  L'auteur sait nous rendre l'importance de la mer, de l'air salin, l'âme des gens qui habitent ce coin de pays, mais tout en douceur, en tendresse presque.  On a le goût d'aller se promener là-bas et de faire un tour dans un bateau de pêche au homard!  Une belle histoire, très triste, mais en même temps, très forte, le genre d'histoire qui nous fait mieux comprendre une réalité, sans juger personne, simplement en racontant ce que vit quelqu'un qui a les deux pieds dedans.

Ma note: 4.5/5

3 commentaires:

  1. Ça fait un bout de temps que je me dis que je dois lire Patrick Isabelle et celui-ci me tente au possible! Car moi aussi j'aime ce coin de pays (plutôt du bord Gaspésie que Acadie, mais bon...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est de l'amour de l'air salin et de la mer, avec ce roman, on est servi! C'est l'Acadie, pas la Gaspésie, mais c'est quand même merveilleux.

      P.S. Je peux te le prêter si tu veux ;)

      Supprimer