dimanche 28 novembre 2010

Contre Dieu de Patrick Sénécal

Contre Dieu   Patrick Sénécal  Coup de tête  107 pages






Résumé:
Un homme perd sa famille dans un accident de la route.  Alors, tout part à va-l'eau.  Plus rien ne tient la route, il quitte tout, son travail, sa famille, ses proches, tout et commence alors une longue descente aux enfers où aucune rédemption n'est possible.

Critique:
Bon, ok, je n'ai peut-être pas commencer par le meilleur livre pour découvrir Patrick Senécal, ou peut-être que si au fond.  En tout cas, l'histoire est d'une noirceur incroyable, sombre et violente en même temps.  Il faut le souligner ici, l'exercice de style est absolument renversant, le livre ne comportant qu'une seule et unique phrase tout au long de ses 107 pages.  Pas même de majuscule au début ou de point à la fin comme l'a si souvent dit mon professeur au primaire.  Rien.  Rien qu'une série de fait qu'on nous balance à la vitesse des virgules créant un effet d'essoufflement permanent dans l'écriture.  Le narrateur parle en tu, s'adressant autant au lecteur qu'à lui-même, cherchant à comprendre, mais au fond non, se contentant d'agir sans rien de plus.  En révolte totale, complète, contre tout, contre lui-même, contre la vie, contre les autres, contre le bonheur des autres et le sien qu'on lui a volé.  Il s'éloigne brutalement de tous ses proches et les rejette avec une rare violence, les met hors de sa vie d'un seul coup.  La seule personne qu'il laisse approcher de lui un temps soit peu est la mystérieuse Mélanie, une femme bouleversée par une grande souffrance elle aussi, mais dont on ne connaît ni les intentions ni les secrets.  C'est d'ailleurs le punch du livre que de découvrir qui elle est au fond.  L'écriture du livre est proprement géniale et la descente aux enfers de cet homme qui se transforme en quelques jours de père de famille responsable et aimant en être en totale déroute est absolument fascinante... et terrifiante.  Ce n'est pas pour rien que Patrick Senécal est considéré comme le grand maître de l'horreur au Québec.  Mais ici l'horreur est intime, intérieure, puissante, elle est peur plus que terreur.  Le sujet est à ne pas mettre en toutes les mains, je dois même avouer que si je reconnais à ce livre des parcelles de chef-d'oeuvre au point de vue littéraire, je ne peux pas m'empêcher d'être repoussée et rebutée par le sujet qui m'a littéralement bouleversée au point d'être obligée de déposer le livre à de nombreuses reprises tellement je n'en pouvais plus.  Ce livre n'est pas un coup de coeur.  Mais on ne peut dénier toutes ses qualités à cause du sombre sujet traité.

Ma note: 4.75/5

Je remercie Diffusion Dimédia pour ce service de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire