mercredi 5 juin 2013

Ça prend quand même un certain talent non?

Salut!

Je fais ici une pure constatation profondément personnelle et qui ne vient de personne d'autre que moi-même: Nora Roberts, elle a quand même un certain talent, non?  J'entends d'ici les hauts cris que la plupart d'entre vous viennent de pousser du plus profond de vos poumons.  On se calme, je ne tiens pas à relaver mes vitres avant un moment, alors garder vos tomates, vos choux pourris et vos oeufs pour vous ok?  C'est juste une réflexion que je me fais.

Parce que, rien ne sert de le nier, Nora Roberts, elle en vend pas mal des livres!  OK, elle raconte toujours à peu près la même histoire: des histoires d'amour, avec des disputes et des réconciliations jusqu'à la demande en mariage finale...  Je me demande parfois si on arriverait à créer une équation mathématique faisant en sorte qu'après tant de mots, on sache qu'il va y avoir: a) une dispute, b) une réconciliation, c) une scène de baise.  Elle des histoires présentant le même schéma, elle en a écrit des tonnes et des tonnes!  Mais pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraître, elle réussit encore à charmer ses lectrices (je connais quelques lecteurs de Madame Roberts, mais honnêtement, leur petit nombre fait que pour une fois, le féminin va l'emporter sur le masculin ok?)

C'est ça qui m'épate un peu.  Comment elle fait?  Parce que dans le fond, elle raconte toujours la même foutue histoire, comment elle fait pour maintenant la magie, livre après livre?  À surprendre encore ses lectrices?  On a beau dire tout ce qu'on voudra, reste que son succès est considérable, autant en terme d'année que de livres et se maintient surtout (même en quantité!).  Alors que d'autres auteures féminines voient leurs étoiles pâlir, Danielle Steel entre autre, Nora Roberts se maintient au sommet depuis un sacré bon moment.  Et ce roman après roman, quel que soit le genre qu'elle explore: policier, fantastique, roman sentimental tout court...  Ouais, on ne peut s'empêcher de se poser la question.

Car elle est entière l'énigme: comment elle fait pour durer et persister depuis aussi longtemps?  On peut parler de méthode, de recette, de pré-mâché, mais reste que le mélange demeure diablement efficace!  Et à long terme!  Peut-on alors prétendre, par-delà tous ses défauts, tics d'écritures, manque de style à une certaine efficacité dans l'intrigue?  À, comment dire, un certain talent?  Je suis très loin d'être une fan de Nora Roberts et des autres auteures que l'on peut classer dans la même catégorie, mais en même temps, je leur reconnais ceci: elles savent comment faire leur travail et comment très bien le faire, et elles ont une longue haleine en tant qu'auteure.  C'est peut-être leur principale qualité, mais celles-là, il faut bien la leur reconnaître.

@+ Mariane

6 commentaires:

  1. La question qui me vient toujours à l'esprit avec ce genre d'auteurs c'est s'ils utilisent des "ghost writers" (je n'aime pas le terme français!). Si oui, cela pourrait donner réponse à ta question.

    Je connais des gens qui aiment une histoire que si ça suit un shéma bien fixe, la surprise ce n'est pas pour eux. Nora Roberts, Barbara Cartland, Danielle Steele et autres auteurs du genre sont fait pour eux.

    RépondreSupprimer
  2. @Prospéryne : Oui, ça prend un certain talent pour accrocher les lecteurs livre après livre avec le même motif narratif.

    Mais ça prend aussi un certain genre de lecteur! ;)

    RépondreSupprimer
  3. @Mélanie, la question des ghosts writers se pose facilement vu une telle production! Personnellement, je dois avouer que les paris sont ouverts!

    @Gen, hum, intéressant! Dire que ce n'est pas tant le talent de l'auteure qui est en jeu que le type de lecteur... Mérite une réflexion plus approfondie!

    RépondreSupprimer
  4. Non, non, je dis que l’auteure a, oui, du talent pour ce genre d’histoire. Mais il faut un certain genre de lecteurs pantouflards pour qu’ils ne s’en fatiguent pas après un temps. L’auteure aurait peut-être le talent d’écrire d’autres histoires si elle sortait de sa zone de confort, mais pourquoi le ferait-elle?

    RépondreSupprimer
  5. Ce que je me demande, dans le cas de ces auteurs, c'est s'ils ont encore de la passion pour leur écriture ou si l'écriture est devenue un métier routinier et répétitif, dans le genre "j'ai fini celui-là, enfin, et j'en recommence un autre, eurk... il faut bien payer ses comptes..." Ces auteurs ont-ils encore le viscéral besoin de créer, le frisson d'amorcer un projet, la fébrilité de voir la fin approcher... ou est-ce désormais réduit à un boulot comme les autres ?

    En écriture comme en d'autres domaines, si la passion s'éteint il ne subsistera que la sécurité de la routine.

    RépondreSupprimer
  6. @Gen, question pertinente, pourquoi sortirait-elle de sa zone de confort si la recette est éprouvée et qu'elle marche? Après tout, si la sauce prend, c'est qu'elle les fait bien! N'empêche, je crois que les lecteurs qui lisent ce genre de livres cherchent avant tout la familiarité avec un certain type d'histoire et une certaine manière de raconter. Ce sont souvent des lecteurs peu curieux en général, il faut s'armer de patience pour leur faire découvrir de nouvelles choses!

    @Sébastien, dur à dire, on soupçonne Nora Roberts d'avoir beaucoup de Ghost Writers. Quand à la passion pour l'écriture et bien, c'est selon moi ce qui fait la différence entre un auteur et une personne qui vend des livres! Aussi simple que ça! :P

    RépondreSupprimer