samedi 24 septembre 2011

Lapin-Chagrin et les jours d'Elko de Sylvie Nicolas, Illustré par Marion Arbona

Lapin-Chagrin et les jours d'Elko  Textes de Sylvie Nicolas  Illustrations de Marion Arbonna  Collection Trouvailles  Trampoline  48 pages

Résumé:
Un beau matin, au petit déjeuner, Neko voit apparaître sur le bord de son assiette un tout petit lapin, qu'il appellera Lapin-Chagrin.  Ce que Neko ne sait pas, c'est qu'en même temps que Lapin-Chagrin, la guerre va aussi apparaître dans sa vie, avec toutes ses conséquences.  Pour lui et son frère Elko, commence la dure réalité de la vie durant la guerre.  Mais Lapin-Chagrin est là, toujours rassurant, toujours doux, pour aider à passer au travers des horreurs de la guerre. 

Critique:
Il était largement temps que je reprenne mes bonnes vieilles habitudes de parler d'album!  Et je ne pouvais pas trouver meilleur album pour commencer que Lapin-Chagrin.  Ce livre parle d'un sujet très difficile, la guerre, vu et vécu par un enfant.  Un défi majeur que d'être capable de parler de l'horreur, de la peur, du déraciment, mais avec des mots que les enfants peuvent comprendre et sans risquer de les traumatiser.  Défi magnifiquement réussi par Sylvie Nicolas qui signe des textes d'une rare poésie et d'une magnifique beauté.  Le personnage de Lapin-Chagrin, qui grossit en se nourrissant des chagrins et des peurs des deux frères Elko et Neko est superbe, il est la présence rassurante et chaleureuse qui leur permet de survivre à toutes les épreuves et à toutes les séparations.  Et que dire des illustrations!  Les dessins montrent juste ce qu'il faut, pas trop, sans rien cacher vraiment et ils forment une symbiose avec le texte qui font qu'ils se nourrissent l'un et l'autre.  J'ai honnêtement eu des larmes dans les yeux à certains passages.  La fin m'a particulièrement touchée, on devine que les deux enfants partent pour un autre pays avec leurs parents, que l'immigration est pour eux le seul moyen de s'en sortir, mais Lapin-Chagrin, devenu immense, reste derrière, gardien de la mémoire de ce qui est arrivé et ne peut être oublié.  Un magnifique album, touchant et beau, pas destiné à faire rire, mais à faire réfléchir, but qui est admirablement bien atteint. 

3 commentaires:

  1. Merci Mariane pour cette belle critique.

    Nermin, le personnage de Nerko dans le livre, et sa famille se sont établis au Québec suite à leur fuite de la guerre. Ils ont tous été très émus lorsqu'ils ont vu le livre. Ils ne parlent pas de cette époque, et la mère ne pensait pas que ses enfants se rappelaient de tout ça. C'est Nermin qui a raconté à Sylvie Nicolas cet épisode de leur vie.

    RépondreSupprimer
  2. Quelque chose me disait aussi que c'était l'histoire de très jeunes enfants. On est vraiment à leur niveau, avec leurs yeux, leurs mots et leur vision des choses. Le personnage de Lapin-Chagrin n'est est que plus réaliste et plus émouvant. En tout cas, ce choix a été particulièrement pertinent pour la publication Pierre! :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai eu la chance de lire ce texte avant sa publication et il m'avait touchée moi aussi. Et les illustrations sont vraiment magnifiques!

    RépondreSupprimer