vendredi 2 septembre 2011

Pourquoi je ne fais pas de challenge bloguesque

Salut!

Je vois souvent chez des copines blogeuses tout un tas d'images entourant l'espace où elles font leur billet dénombrant tous les challenges qu'elles font.  Certaines en font quelques-uns, d'autres envahissent littéralement leur espace web avec tous ces challenges.  Personnellement, je n'en fait aucun.

Pourquoi?  Euh, essentiellement parce que j'aime trop ma liberté de lectrice!  C'est peut-être puéril, mais c'est la plus pure vérité: je n'aime pas être contrainte dans mes choix de lecture.  Oui, oui, oui, mais un challenge où tu choisis toi-même tes livres?  J'entends certaines penser!  Non, même là, je sais que j'ai une date limite, que je dois choisir dans ces choix-là et ça ne me branche pas.  Je vais vers le livre que je dois lire à ce moment-là, tout simplement.  Je ne fais pas de challenge tout simplement parce que je n'aime pas les contraintes!

Néanmoins, mais c'est ça la totale contradiction, j'aime bien l'idée de relever des défis livresques.  Après tout, c'est une excellente façon de s'élancer dans des contrées inexplorées!  Un challenge de littérature asiatique, de littérature québécoise, de ci ou de ça.  Rien de mieux pour élargir mes horizons littéraires.  Par contre, j'aime avoir du temps.  Ne pas trop être pressée, pouvoir prendre mon temps.  Et ne pas me mettre trop d'objectifs trop élevés.  C'est trop facile par la suite de les abandonner parce qu'on en a trop pris à la fois.  Dans ce sens, je surveille souvent pour m'amuser les défis que se lancent mutuellement les autres blogueuses.  Ça me donne tout plein d'idées.  Et souvent, à leur insu, ça influence mes lectures...

De toutes façons, même si je ne fais pas de challenge bloguesque, j'ai pris des résolutions de lecture qui peuvent très bien tenir lieu de challenge personnel!  Ces petites résolutions sont en grande partie personnelle, mais en même temps, très inspirée par ce que j'ai déjà vu ailleurs.  C'est une formule qui me convient parfaitement, j'ai un an pour les atteindre, ce qui veut dire du temps et ils ne sont pas trop contraignants.  C'est ma façon de préserver ma liberté de lectrice tout en me lançant des défis destinés à me faire découvrir de nouveaux horizons littéraires!

@+ Prospéryne

P.S. À toutes mes copines blogueuses, challenge est un anglicisme, on devrait plutôt dire défi en français.  Je sais, je sais, je suis tatillonne! ;)

2 commentaires:

  1. Bonjour Prospéryne !

    Indubitablement d'accord avec la quasi-entièreté de ta position en rapport avec les "défis" :P ou encore, les challenges. Je n'aime pas beaucoup les "deadline" qu'on s'impose par le biais des défis. Encore moins les lectures obligatoires de groupe, même par soucis de découverte. Comme toi, j'aime ma liberté de lecture et je préfère m'inspirer des défis des autres pour voir ce qui me branche.

    Toutefois, je fais tout de même des défis. Pas que je les respectent tous, loin de là. Mais paradoxalement, ça me motive parfois à continuer mes lectures pour atteindre mes objectifs. Habituellement, j'essaie d'en faire pas trop contraignant, mais on ne sait jamais quand notre défi du mois de mars sera encore stimulant en septembre. L'année passée, j'ai eu un goût (qui semble encore se poursuivre un peu cette année) pour la dystopie. J'ai donc lâché plusieurs choses qui m'emballaient auparavant pour me lancer là-dedans.

    Au final, ça m'amuse de me faire des défis, bien que je sache qu'ils puissent devenir tout à fait artificiels. Oh et en passant, j'aime bien ton blog. ;)

    RépondreSupprimer