mardi 6 septembre 2011

La nouvelle rêvée d'Arthur Schnitzler

La nouvelle rêvée  Arthur Schnitzler  Le livre de poche  165 pages

Résumé:
Lors d'un bal, Fridolin et Albertine, un couple marié et heureux, se font chacun de leur côté flirter par des inconnus lors d'une soirée.  Le lendemain, alors qu'ils en reparlent, Albertine avoue à son époux qu'elle a déjà failli tout quitter pour un homme aperçu à peine quelques secondes.  Son mari la part alors pour répondre à une urgence médicale, prélude à une nuit d'errance où il sera confronté à l'amour, la mort, la séduction sous différentes formes, prolongeant le questionnement déclenché par Albertine.

Critique:
On ne lit pas Arthur Schnitzler pour se faire raconter une histoire détente, on le lit parce que cet auteur a une maîtrise de virtuose de l'écriture et que la richesse psychologique de ses écrits est immense.  Je confesse par contre que contrairement à mon habitude, je n'ai pas lu intégralement la préface du livre, elle était un peu trop perdue dans les préceptes psychanalytique pour moi.  Toute l'histoire dégage un relent de rêve, tout est cotonneux, aux contours mal définis et mous, on est dans un univers où les limites de la réalité sont distendus par la capacité d'imagination de l'être humain.  Un livre intéressant donc, écrit avec pudeur autant dans les mots que dans les gestes, reflet du début du siècle oblige, mais les allusions claires à la sexualité, même cachée sous différents termes et pas vue directement sont suffisantes pour comprendre que c'est ça la question de base que pose le livre: la séduction, l'amour, la fidélité, la loyauté, la mort, tout est-il lié?  Le livre aborde autant la question que la réponse dans une langue d'une rare richesse et un style tout aussi foisonnant.  On suit le parcours de Fridolin en le trouvant à la fois un peu naïf et avec un courage mal placé.  Par contre, son odyssée nocturne a quelque chose d'universel qui nous relie tous à nous-même.  Il est difficile de critiquer un tel livre, mais une chose est sûre, Arthur Schnitzler est un écrivain à placer parmi les grands, autant pour la psychologie de ses écrits que pour leur langue magnifiquement maitrisée.

Ma note: 4/5

P.S. Dans l'introduction, j'ai pu découvrir les liens entre le livre et l'adaptation qu'en a fait Stanley Kubrick.  Très intéressant, parce que je dois avouer que j'ai eu tendance à certains moments à chercher le film dans le livre, mais si le film est une bonne adaptation, c'est une oeuvre parfaitement distincte du livre.  Un peu à la manière dont Peter Jackson a pu transcendé l'oeuvre de Tolkien pour la porter à un niveau supérieur, Kubrick a su jouer subtilement avec les détails de l'histoire pour en faire une adaptation à la fois moderne et magnifique.  J'ai rarement vu deux oeuvres dont l'un est dérivée de l'autre avoir autant de potentiel distinct.  Magnifique dans les deux cas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire