dimanche 15 mai 2011

Congrès Boréal 2011: Samedi 14 mai 2011

Salut!

Hier (et aujourd'hui mais je n'y suis pas!) avait lieu le Congrès Boréal 2011 pour les fans de littérature de l'imaginaire.  C'était ma première participation à ce Congrès...  et sûrement pas la dernière!  Première constatation, malgré le fait que je sois considéré à ma librairie comme la spécialiste du roman Fantasy/Science-fiction, je suis loin, très très loin d'être une spécialiste!  Certains des panélistes sortaient des références allant dans toutes les directions dont je n'avais la plupart du temps jamais entendu parlé.  J'ai pris beaucoup de notes à certains moments.  D'ailleurs, constatation qui m'a rassurée, je n'étais pas la seule à me promener carnet de notes en main, Geneviève Blouin a fait la même chose que moi toute la journée, ce qui me fait dire que je ne viens peut-être pas d'une autre planète après tout! :P

Donc, ma journée!  J'ai commencé par le premier atelier sur la fantasy au Québec après Harry Potter et peut-on ajouter, après Twilight.  Panel extrêmement intéressant, avec beaucoup d'interventions du public qui était allumé, au courant des enjeux et avec chacun une opinion bien campée.  L'animation a été assuré par Élisabeth Vonarburg, la seule faute dans ce panel étant qu'elle a été à la fois animatrice et panéliste...  Oups!  Je lui pardonne tout à fait cette mini-faute!  En tout cas, j'étais impressionnée de voir autant de monde dans la salle par un magnifique samedi matin pluvieux.  Comme de quoi il y en a qui sont convaincu de la valeur des littératures de l'imaginaire au Québec!  Le constat a cependant été au bout d'une heure de vigoureuse discussions littéraires que ce bon vieux Harry n'a pas permis de faire faire le grand saut aux jeunes dans de la vraie fantasy, plus exigeante que cette série qui avait pourtant suscitée énormément d'espoir de la part du milieu.  Je me suis permise de répliquer à Dominique Bellavance qui pestait contre les libraires qui ne suggèrent pas de la fantasy exigeante que l'on ne peut pas toujours suggéré ce que l'on veut à nos clients et que malgré toute la bonne volonté du monde, on ne peut pas tout connaître et donc toujours suggérer le meilleur!*  Quoique que beaucoup de libraires travaillent très dur à ce niveau-là!  Bref un premier atelier que j'ai beaucoup aimé! 

Le deuxième atelier a porté sur la collection rêvée des éditeurs.  Celle dont ils rêvent si on ne leur met aucune limite de budget, de ventes, de réception par le public.  Bref, la consigne était qu'ils se gâtent et ils ne se sont pas gênés!  Je dois avouer avoir un peu moins accroché sur cet atelier, les trois panélistes étant des cracks du domaine, ils sortaient des références absolument hallucinantes et j'ai perdu un peu de vue le sujet à un moment à cause de ça.  N'empêche, l'atelier était fascinant parce qu'il faisait parler l'autre côté de la médaille, celui des éditeurs que l'on entend beaucoup moins souvent.

En sortant de l'atelier, je suis tombée sur Mathieu Fortin et son illustrateur Olivier Carpentier.  On en a profité pour sortir dîner parce que mon estomac commençait sérieusement à crier famine (trop stressée à l'idée de ne pas être à l'heure, j'ai sauté le petit déjeuner!), en compagnie de Pierre Chartray, l'éditeur de Trampoline, d'un autre auteur que je ne connaissais pas, Carl Rocheleau et de la conjointe de Mathieu, la graphiste Gabrielle Leblanc.  Super dîner durant lequel j'ai dû à plusieurs reprises me boucher les oreilles parce que Mathieu et Olivier n'arrêtaient pas de parler du tome 3 d'Entités et que je ne veux pas avoir les punchs avant d'avoir le livre en main!  Olivier a aussi parlé des dessous de la vie d'illustrateurs lui qui a eu un pépin avec un des auteurs dont il illustre les livres...  Hum, pas toujours glamour la vie d'illustrateur!

En revenant du dîner, j'ai pu me faire dédicacer (la chasseuse de dédicace a repris le dessus!) les deux livres que j'avais apporté par Élisabeth Vonarburg.  J'avais déjà lu Chroniques du pays des mère et j'ai pu en profiter pour lui poser une question qui me triturait l'esprit depuis la fin de la lecture.  Réponse donnée, je me retrouve avec encore autant de questions à poser sur le livre...  J'espère qu'elle consulte régulièrement ses courriels!

Ensuite, après un petit saut pour saluer Blais et Casséus (j'ai déjà ma dédicace, zut!), je suis allée voir l'atelier sur la littérature et l'érotisme en fantasy.  Encore une fois, échange super intéressant, particulièrement dû à l'énorme culture littéraire des trois panélistes.  J'ai loupé le début, mais pour le reste, ça a été super intéressant.  Le sujet pouvait mettre mal à l'aise, mais la salle a été complice des auteurs et du sujet et après quelques bons éclats de rire dans la salle, le tout s'est passé avec talent et nous a permis de découvrir un paquet de choses.  Par contre, je dois souligner à Ariane Gélinas qu'il est inutile de mettre ses beaux cheveux roux par dessus ses joues, on le voit quand même qu'elle est rouge comme une tomate à certains moments...

Ensuite, j'ai été assister à un dernier atelier sur le Style ou le fonds substantiel.  Quatre panélistes judicieusement choisis encore une fois, dont la personne responsable de lire les nouvelles envoyés au Solaris, Pascale Raud.  J'ai trouvé les échanges d'une très grande pertinence, même si le sujet a sans doute été discuté des milliers de fois, cet atelier a été captivant parce que ce qui en est ressorti est l'importance de la maîtrise du principal outil de l'écrivain: la langue!  Oh, comme je suis d'accord avec ce constat!  La langue est la base, l'outil de l'écrivain, mais aussi, il faut le dire, le socle de toute forme de communication.  Et quand on ne la maîtrise pas...  Il faut aussi souligner ici les interventions de Daniel Sernine et Yves Meynard, deux vieux routiers des littératures de l'imaginaire au Québec qui ont été très éclairantes sur certains points.

Suite à cela, j'ai demandé deux dernières faveurs, qui m'ont été accordés, les voici:
Me voici donc avec Blais et Casséus (ou Casséus et Blais?  je ne sais plus, les gars me mélange avec ça!)

Et avec Olivier Carpentier et Mathieu Fortin (nettement plus sages!)

Ensuite, ça a été le retour à la maison, la tête pleine d'images comme d'habitude...  Et le goût de recommencer l'an prochain!

@+ Prospéryne

* Il semblerait que j'ai commis ici une petite erreur de mémoire que Dominique Bellavance a bien voulu me faire corriger, voir les commentaires pour son explication.

11 commentaires:

  1. Dommage qu'on en se soit pas rencontré. Avec ces photos, je sais que j'ai t'ai vu.... La prochaine fois, je serai aux aguets :)

    RépondreSupprimer
  2. Moi, je t'ai vu Pierre, mais je n'ai pas osé t'interrompre, tu étais en grande conversation :( On se reprendra l'année prochaine, j'ai tellement aimé mon expérience que j'y retournerai c'est sûr. Et j'essaierai de prendre le temps de jaser avec plus de monde ;)

    RépondreSupprimer
  3. Pierre Chartray et Gabrielle Leblanc...

    C'était un plaisir de te rencontrer de nouveau!

    RépondreSupprimer
  4. @Mathieu et Pierre Plaisir partagé!

    @ Gabrielle, heureuse de t'avoir rencontrée! :D

    RépondreSupprimer
  5. Prospéryne : Merci pour ton compte rendu! Par contre, j'aimerais clarifier un petit détail. Je me souviens que tu as fait une intervention durant ma table ronde suite à mon commentaire par rapport aux Renaud-Bray et Archambault qui, à mon avis, sont capables de donner du bon service aux lecteurs en quête d'une prochaine lecture, et ce, malgré ce qu'en dit le milieu du livre. Je connais des gens très compétents qui travaillent dans ces boutiques et je serais prêt à en discuter avec toi lors d'un prochain Boréal.

    Par contre, de dire que j'ai pesté contre les libraires « qui ne suggèrent pas de la fantasy exigeante », je crois que tu m'as mis des mots dans la bouche qui ont été prononcés par quelqu'un d'autre sur cette table. Car je comprends absolument le dilemme que vivent les libraires avec la surabondance de nouveautés et le fait qu'ils ont une business à faire rouler. Ce n'est vraiment pas mon genre de dire de telles choses (surtout que je ne considère pas ma propre fantasy comme étant particulièrement "exigeante" en ce sens). Peut-être qu'on s'est mal compris et, si c'est le cas, je m'en excuse.

    (note : par contre, oui, j'ai chialé contre les éditeurs qui demandent au auteurs de la fantasy simpliste...)

    Cela dit, j'aimerais beaucoup qu'on puisse discuter ensemble lors d'un prochain évènement du genre.

    Au plaisir,

    Dominic

    RépondreSupprimer
  6. @Dominique

    Dans ce cas, je vais corriger le texte, toutes mes excuses et merci de me le signaler. J'ai rapporté la citation de mémoire et il faut dire que oui, il s'en aie pas mal passé des choses lors de cette journée! Il faut dire aussi que j'ai souvent l'épiderme sensible quand on parle des libraires, c'est très facile de leur taper sur le dos sans être conscient de la réalité qu'ils vivent. Cependant, je ne porte aucun jugement sur ton commentaire sur les Renaud-Bray et les Archambault, étant donné que je travaille dans une librairie indépendante, je suis très très mal placée pour juger. Et je suis également tout à fait prête à en discuter avec toi dans lors d'une prochaine rencontre :)

    RépondreSupprimer
  7. Salut!

    Mon intervention plus haut était pour te faire remarquer que tu avais modifié les noms de Pierre et de Gabrielle dans ton article...

    RépondreSupprimer
  8. merdouille! Je me demandais aussi!

    RépondreSupprimer
  9. Effectivement, c'est Pierre Chartray (le charmant éditeur) et Gabrielle Leblanc (la conjointe de Mathieu). Moi aussi ça m'a fait tiquer! Vite, vite, corrige-moi ça! :D

    Je suis bien contente de t'avoir rencontrée et d'avoir eu la chance de discuter avec toi. J'ai bien aimé ton billet, il m'a rejoint sur plusieurs plans.

    Au plaisir de se voir au prochain Boréal! :D

    RépondreSupprimer
  10. Très beau compte rendu du congrès !

    En tout cas, je trouve dommage de ne pas avoir eu le temps de discuter beaucoup avec toi, mais nous nous reprendrons sans faute l'an prochain :)

    Quant à la table ronde sur l'érotisme, il fallait bien que quelqu'un se charge de rougir à certains moments, avec un tel thème héhé. Et pâle comme je suis, j'étais toute désignée pour ce rôle ! Mais bon, je prends note pour les cheveux, avoir su j’aurais emporté un album de BD comme paravent ;)

    RépondreSupprimer
  11. @Isabelle Moi aussi, j'ai eu beaucoup de plaisir à discuter avec toi! En fait, j'ai eu du plaisir à discuter avec tous les gens que j'ai rencontré au Boréal! :D

    @Ariane, en effet, la BD aurait sans doute été plus efficace :P Et on se reprend l'année prochaine pour la longue discussion, je peux comprendre que tu n'as eu que peu de temps de libre étant donné que tu étais coordonnatrice :) Ça a tout de même été super agréable de se rencontrer en vrai!

    RépondreSupprimer