vendredi 12 août 2011

Le réseautage des lecteurs sur Internet

Salut!

J'ai longtemps été une lectrice solitaire.  Solitaire dans le genre que j'avais peu d'amis lecteurs pour partager ma passion.  Ma famille a fait preuve d'une patience exemplaire pendant des années pour endurer mes interminables monologues sur les livres que j'avais lu!  Puis, en janvier 2007, j'ai découvert quelque chose d'important, auquel je ne m'attendais pas: les forums de discussions.  Je me souviens que je cherchais des informations sur Frank McCourt, auteur de l'excellent Teacher Man que m'avait offert mon père pour Noël cette année-là.  J'avais vaguement entendu parler des forums bien sûr, mais là, je suis tombée sur un qui parlait de livres!  Par des lecteurs, des gens ordinaires, comme moi, qui avaient tous en commun la passion de la littérature.  J'ai immédiatement plongé.  Et j'y suis encore!  Le forum que je fréquente est Le club des rats de biblio-net, je m'y suis carrément fait des amis, mais surtout, j'ai pu parler avec des gens qui aiment autant les bouquins que moi!  Quel changement!  Je suis devenue accro à l'internet à peu près à cette période.  Avant, je me contentais de quelques sites et des courriels, là, j'ai découvert un univers dont j'avais vaguement entendu parler, mais qui m'ouvrait les bras bien grands. J'étais passée du statut d'internaute passive à active.

L'internet me réservait d'autres surprises.  J'ai adoré, et j'adore toujours d'ailleurs, mon expérience sur le forum, mais je suis du genre exclusif.  Je n'ai pas beaucoup exploré le web littéraire dans les années qui ont suivi par contre, trop heureuse de ce que j'avais trouvé.  Jusqu'au jour où quelques-unes de mes amies sur le Club, Aurore, Liza Lou et Doriane, ont commencé à parler qu'elles avaient des blogues.  Oups, là, j'ai manqué une marche.  Je savais encore une fois vaguement ce qu'était un blogue, mais en même temps, euh, ben, je n'avais jamais pensé à en avoir un.  Mais l'idée a commencé à me titiller.  J'ai regarder plusieurs fois un peu partout sur des plateformes, mais sans jamais me décider à faire un quelconque pas.  Je ne savais pas encore trop ce que je voulais.  J'ai fini par trouver.  Ce matin-là, je me suis levée et j'ai ouvert mon blogue, tout simplement.  C'était le 9 octobre 2010.  Presque un an donc.  J'étais maintenant inscrite sur la planète blogue.

Mais l'aventure n'était pas terminée.  J'avais maintenant mon propre blogue, mais j'ai pris un certain temps à me faire à mon statut de blogueuse.  Avoir son petit coin à soi sur le Web ne donne pas instantanément sa voix propre et il faut du temps pour que cela se fasse.  J'ai pour ma part cherché pas mal et j'ai aussi lu quelques ouvrages, Les médias sociaux 101 de Michelle Blanc, Comment devenir une star des médias sociaux de Dominic Arpin et Patrick Dion ainsi que l'excellent (et meilleur des trois à mon avis) 6 pixels de séparation de Mitch Joel.  Ça m'a donné quelques pistes, mais il a fallu que je laisse le temps à l'expérience de faire sa place et aussi à oser un peu plus mettre de moi-même dans ce blogue.  Je n'ai pas trop changé mes objectifs du début: mettre mes critiques sur le Web et aussi écrire des billets sur ce qui m'intéressait dans le domaine du livre, de la lecture en général, et aussi de mon milieu de travail: la librairie.  Pari réussi à bien des points de vue.  Je suis contente de ce que j'ai accompli et de la performance de mon blogue.  Bien contente aussi de voir que des gens s'y intéressent et répondent à mes élucubrations.  Je prends un grand soin à la préparation de mes billets et de mes critiques, mais je ne me prends pas au sérieux pour autant.  Mes opinions reflètent ce que je suis et je ne me prends pas le moins du monde pour la Reine d'Angleterre!

Néanmoins, ce que je retiens le plus de mon expérience web est bien le fait de pouvoir parler, découvrir, devenir amie avec des gens qu'autrement je n'aurais sans doute jamais rencontré.  La puissance du web est là, dans cet immense potentiel de rencontre et de dialogue.  Il y a bien sûr quelques surprises en route.  J'ai découvert la semaine dernière qu'on avait mis une de mes critiques sur le site des éditions Le Lombard sans me le demander!  (Cependant, une simple petite demande a suffit et en moins d'une heure, le lien vers mon blogue a été ajouté avec un excellent service de la part de la personne qui m'a répondu chez Le Lombard.)  J'ai aussi connu quelques trolls sur le Club des rats, période noire dans mon souvenir.  C'est du passé, mais ça laisse souvent un goût amer.

N'empêche, et heureusement, c'est surtout le positif qui ressort.  Car le formidable potentiel de réseautage du Web, je l'ai découvert, me permet d'entrer en contact avec des tas de gens qui aiment autant que moi la littérature.  On a pas toujours les mêmes opinions, les mêmes goûts, le même temps à consacrer à tout ça, mais on a tous en commun d'aimer la lecture et les livres.  De pouvoir se connecter, se relier et se parler, même à des kilomètres de distance (parce que les amis lecteurs n'habitent pas tous à la porte d'à côté!) m'a permis de briser mon isolement de lectrice.  Je suis sûre que je ne suis pas la seule, le lecteur étant par essence un être solitaire, le nez plongé dans son livre, alors de pouvoir partager, échanger, discuter relève du merveilleux.  Merci à Internet de me permettre de vivre ça.

Et ça n'est pas fini!  Quand je lis les blogues de Christian Liboiron ou Dominic Bellavance, je me dis que je suis encore qu'au tout début!  J'apprends des autres blogueurs, c'est utile dans ces cas-là d'être réseauté ensemble.  On m'a parlé de Babelio, Goodreads...  Il y a aussi mon vieux rêve d'ouvrir un site Internet sur les séries littéraires, fantastiques, mais pas uniquement.  Peut-être un vlog quand j'aurais trouvé comment faire fonctionner ma webcam et  faire un peu de montage.  Les projets ne manquent pas.  Une chose est sûre: je ne suis pas prête à quitter l'Internet, d'autant plus que maintenant plus que jamais, je sais à quel point ce génial média peut apporter à ma vie... de lectrice! 

@+ Prospéryne

4 commentaires:

  1. Ce qui te différencie également des autres blogueurs et blogueuses, c'est ton point de vue de libraire parce que tu as accès au lecteur directement. En tout cas, tu as un son de cloche différent et j'aime bien.
    Longue vie à ton blogue.

    RépondreSupprimer
  2. Je seconde ClaudeL : En tant que libraire, tu as un "son" différent qui est très agréable à lire.

    Et oui, le web brise l'isolement de ceux qui sont par nature solitaire et éparpillés aux quatres coins de la province : les lecteurs, bien sûr, mais je crois que c'est encore plus vrai pour les écrivains (c'est pas pour rien qu'on est si nombreux sur les blogues!).

    Sans la blogosphère, jamais je n'aurais connu Isa Lauzon, qui est maintenant mon amie, ma complice, mon alliée précieuse. Juste pour ça, le web 2.0 vaut son pesant d'or. Malgré les trolls!!!

    RépondreSupprimer
  3. Vous me gênez là, les filles... (petit émoticône tout rouge)

    RépondreSupprimer