samedi 27 août 2011

E-Books sur l'actualité: L'avenir des journaux?

Salut!

Trouvé un article très intéressant ce matin en furetant sur le net:  E-Books: l'actualité comme nouveau terrain de jeu?  On y explique grosso modo que certains livres électroniques sont maintenant publiés dans la foulée de l'actualité l'exemple donné ici étant la mort de Ben Laden.  Les livres cités sont parus quelques jours après sa mort. 

Ça me fait penser au livre que j'ai lu en mai: L'argent et les mots d'André Schiffrin.  Pour qui s'intéresse au modèle économique des médias et à la façon dont ceux-ci fonctionnent, c'est à lire.  Un excellent petit essai par un homme qui baigne dans le milieu depuis plus de 50 ans et en a vu toutes les transformations et est capable de par ses origines de faire une excellente comparaison entre la situation en Europe et aux États-Unis.  Bon, je ne vais pas faire ici son éloge, mais en lisant l'article de ce matin, je me suis rendue compte que c'est peut-être là que réside l'avenir des médias écrits: dans la production de contenu de fond dans un court délai. 

Remarquez, ils en sont capable!  Les salles de nouvelles sont garnies de journalistes aguerris prêts à prendre la plume pour expliquer une situation.  On ne parle pas ici d'ouvrages de réflexions demandant des années de recherche, mais de courts livres d'une centaine de pages écrits rapidement et permettant de se faire une idée approfondie d'un sujet.  En tout cas, l'idée me semble bonne et l'article plus haut cité va dans le même sens.  Sortir un petit livre électronique sur les déboires du PQ par les journalistes du Devoir, un dossier sur les infrastructures montréalaises et les défis à y relever par les journalistes de La Presse, ou même un autre sur le dossier de l'amphithéâtre de Québec par ceux du Soleil et vendu à prix abordable alors même que les faits font l'actualité me semble une idée qui pourrait être extrêmement intéressante.  Réalisable?  Je ne suis pas dans les salles de nouvelles, je n'en aie pas la moindre idée.  Mais pour la lectrice de journaux que je suis, ça serait une très bonne idée.  Je pense que juste pour ça, je pourrais m'acheter une liseuse électronique.  Et oui, même la mordue du papier que je suis pourrais y réfléchir sérieusement à cette condition...  Sans blague!

@+ Prospéryne

5 commentaires:

  1. Avec le numérique aujourd'hui, une imprimerie peut sortir un fichier PDF en quelques jours, le plus long étant le séchage de la reliure allemande: au moins 24 heures. Donc, une fois monté, le livre-fichier en quelques heures et livre-papier en quelques jours. Reste la distribution qui elle aussi va de quelques minutes à quelques jours. Différence dans le prix, c'est selon.
    Mais ce n'est plus le gros mois d'avant.

    RépondreSupprimer
  2. La mordue de papier que je suis crois que les journaux devraient se convertir au plus vite au format électronique, ne serait-ce que pour des raisons écologiques.

    Et ces petits ebook sur des questions d'actualité, ont les a déjà un peu sous la forme des "dossiers" que certains publient de temps à autre. Et je suis une mordue de ces dossiers, alors oui, ce serait une option à creuser.

    Comme tu le soulignes, y'a rien comme des journalistes aguerris, formés en économie ou en géopolitique pour nous replacer des événements dans leur contexte et jeter la lumière sur l'actualité.

    RépondreSupprimer
  3. @ClaudeL, certes, on peut sortir le fichier papier en quelques jours et c'est beaucoup moins long qu'avant, mais le hic et je suis bien placée pour le savoir, c'est la distribution de ce type de documents. Il me semble que comme la date de péremption de ce genre de documents serait rapprochée, la distribution rapide et efficace serait difficile, pas impossible, mais difficile.

    @Gen, moi aussi, la question écologique des journaux me titille, c'est là que je trouve que le numérique serait le plus utile. C'est pas leur rôle que je remets en question, c'est le support sur lequel ils travaillent. Et puis, le genre de dossier auquel je pense, ils le font déjà comme tu le soulignes, ce serait juste une corde de plus à leur arc!

    RépondreSupprimer
  4. C'est bien beau l'écologie, mais il faudrait peut-être se demander combien d'emplois perdus dans le domaine de l'imprimerie et par ricochet de baisse de vente des journaux, combien d'emplois perdus dans le monde des journaux. Bien sûr, je sais bien que les emplois augmentent probablement dans le monde de l'informatique et vidéo pour produire sur Internet... mais pas le même personnel.

    RépondreSupprimer
  5. @ClaudeL, ce qui est plate, c'est que chaque révolution dans un domaine fait perdre des emplois à des gens qui étaient spécialisées dans l'ancien système. Ici, mon idée permettrait de préserver les emplois des journalistes, mais je sais que ça ferait perdre des emplois du côté des imprimeurs... Il n'y a pas de solutions parfaites.

    RépondreSupprimer