lundi 18 juillet 2011

Tics d'écriture

Salut!

À force d'écrire des billets et des critiques, je me suis rendue compte que j'avais des tics d'écriture...  Ben, oui, comme n'importe quel écrivain!  Héhé, je me fais l'effet à moi-même d'une auteure en pleine découverte de son potentiel...  Non, mais faudrait pas exagérer non plus là! :P

Alors quels sont mes fameux tics d'écriture?  Premièrement, j'abuse des points d'exclamations et des points de suspensions.  Vous savez!  Ces trucs-là là!  Ou encore ceux-ci...  Ça aussi j'en fais trop...  Que voulez-vous , c'est la meilleure façon que j'ai trouvé de mettre de l'intonation à mes textes.  Il y a très longtemps (tellement longtemps que je ne me souviens plus trop qui me l'a dit), on m'avait dit que lors d'une lecture à voix haute, les phrases finissant par un point devait se terminer en baissant d'un ton de voix (pas en volume sonore, plutôt en terme de note au lieu d'un ré, un do ou quelque chose comme, c'est dur à expliquer à l'écrit, faudrait que je m'enregistre en train de le dire pour que vous compreniez merdouille!) et les phrases finissant par un point d'exclamation en montant d'un ton de voix.  Une manière de lire qui rendait le ton de voix plus vivant.  Et les points de suspension devait être terminée en prononçant la phrase en étirant un tantinet de manière à faire comprendre à la personne qui écoute que ce n'est pas un point final mais que l'on suspend la phrase comme si elle était dans les airs et ne retombait pas sur terre comme avec les points ordinaires (je dois pas être beaucoup plus claire! ou non..., enfin, vous comprenez hein?)

Deuxièmement, j'abuse toujours des parenthèses (ya qu'à lire le paragraphe précédent pour s'en convaincre! oups, encore un point d'exclamation).  Je sais pas, j'ai toujours tendance à en mettre des tonnes, plus particulièrement dans mes billets.  Quand je mets quelque chose entre parenthèse, pour moi, c'est comme si je chuchotais quelque chose, comme si ça n'appartenait pas (tout à fait) au reste du texte et que ça le transformait en quelque chose d'autre.  De plus brillant ou je sais pas trop quoi.  Ça me donne un sentiment d'ap(parenthèse)arté.  Bref, j'en fais trop et sans doute pour les mauvaises raisons.  Non, mais c'est vrai, ça doit bien faire 10 que je fais depuis le début de ce billet! (euh, bien compté 7 en comptant celle-ci et y'en a sûrement à venir plus loin...  Zut encore des points de suspension(!))

Troisièmement, je me dis que je dois faire honte à ma prof de première année du primaire.  Et beaucoup à part.  Mais bon, elle n'est pas là pour me taper sur les doigts, alors je vais pouvoir le dire (et en plus, elle doit avoir oublier jusqu'à mon nom, j'ai quand même fini ma première année il y a plus de 20 ans! Oups, point d'exclamation...)  Combien de fois nous a-t'elle dit de ne jamais, jamais, jamais commencer une phrase par et.  Et je passe mon temps à le faire dans la plupart de mes textes.  Ça vient tout seul, c'est pas volontaire, j'écris mes phrases comme elle me viennent dans ma tête et elles viennent presque tout le temps comme ça (!)  Mais ya pas juste pour les et que ça fait ça, pour les mais aussi, mais bon, ça elle ne nous l'a pas dit, c'est juste moi qui me suis rendue compte de ça à force de ne (pratiquement) jamais en voir sauf quand c'est moi qui écrit.  Et puis, comme mais est une conjonction de coordination tout comme et (je sors vraiment ça de mon cerveau ça? Hé!  Mais, Ou, Et, Donc, Car, Ni, Or), ça doit être la même règle de grammaire qui s'applique non?: on ne peut la mettre en tête de phrase.  Ou le moins possible.  Sauf que là, je viens de le faire je sais pas trop combien de fois dans le même paragraphe (6).

Je pourrais sortir d'autres horreurs grammaticales ou syntaxiques que je réalise que je fais à longueur d'écriture, mais là, je crois que je me suis assez auto-tapée sur la tête pour la journée!...  Et ça suffit (non, mais, faut quand même pas trop être dur pour soi-même!)  En tout cas, je me rappelle le dicton pour me rassurer: faute avouée est à demi pardonnée.  Oups, deux fois l'usage des deux-points en deux paragraphes: un autre tics qui apparaît?  (Merdouille!!!....  Et je ne fais pas exprès!)

@+ Prospéryne

7 commentaires:

  1. En tout cas, personnellement, jusqu'à maintenant, tes "tics" ne m'ont pas dérangée, n'ont pas rendu ma lecture désagréable. J'en ai connu des pires. Quant à commencer nos phrases par "Et" ou "Mais", tu n'es pas la seule, c'est une mode, je crois, née avec les phrases courtes. Et les phrases courtes sont nées de la difficulté d'employer des relatives avec tous les interminables qui que et pire encore, avec des lesquels, auxquels et des dont mal appropriés. Ton ancienne institutrice a dû se mettre au goût du jour et ne t'en tiendrait sans doute pas rigueur aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  2. Fiou ClaudeL, si jamais je la rencontre un jour, je n'aurais plus peur!;) Et tant mieux si tu me dis que ça permet de couper des phrases interminables, ça aussi, j'ai un peu trop tendance à en faire...

    RépondreSupprimer
  3. au moins, tu as l'humilité de convenir de tes "tics". Faute avouée n'est-elle pas à moitié pardonnée ? Il y a des fois, c'est vrai, j'ai envie de m'arracher les cheveux quand je te lis. Que veux-tu, c'est ça la "vieille" école. Pardonne-moi d'en rajouter!!!! Je pense que tu ferais sourire ton ancienne institutrice comme tu me fais sourire, moi...

    RépondreSupprimer
  4. Bah! Oup's! Mais là!!! Décidément tu es contagieuse...... Psssttt, c'est un plaisir de te lire.

    RépondreSupprimer
  5. @Dominique, je t'en prie, garde tes cheveux... à moins que tu ne trouves qu'il fasse trop chaud, là, je te donne la permission de les arracher! :P Et pour mon ancienne prof, ok, si elle lit un jour ce blogue, je lui rendrais hommage pour m'avoir appris la base de l'écriture! (Ah non, encore un point d'exclamation...)

    @Suzan Merci! ;)

    RépondreSupprimer
  6. Les phrases commençant par "Et" et "Mais", elles ne sont toujours pas acceptées au primaire et au secondaire. Parce qu'on veut leur apprendre à utiliser les relatives.

    Sauf que c'est beau les relatives, mais ça t'alourdit un texte en moins de deux. En plus de le faire sonner k k k k k...

    Bref, merdouille, on n'est plus à l'école! ;)

    Et moi j'aime bien tes parenthèses, tes points de suspensions et d'exclamations!

    (... ça vaut ce que ça vaut quand on sait de qui ça vient...)

    RépondreSupprimer
  7. @Gen, ah oui, les fameuses relatives. J'essaie de ne pas trop en faire parce que je finis par ne plus comprendre mes propres phrases au bout du compte. Je ne suis pas Proust quand même! Et merci de bien aimé mes parenthèses, point de suspension et autre points d'exclamations! J'use ces touches-là abondamment sur mon clavier! ;)

    RépondreSupprimer