dimanche 31 juillet 2011

Mission impossible (même pour Tom Cruise): faire baisser une PAL...

Salut!

Tout bon lecteur qui se respecte en possède une.  Selon les budgets, l'espace et l'intensité de la passion, elle peut être petite, moyenne, grosse ou digne d'une portion X-Large dans un McDo des États-Unis.  Elle se répand sur les murs dans des bibliothèques, défie les lois de la gravité dans des piles ou s'accumule sous le lit dans des boîtes.  Dans tous les cas, la PAL prend souvent beaucoup de place et à moins d'être un être d'une rare discipline dans ses lectures, elle suit uniquement une courbe: ascendante.

Bon, d'abord, c'est quoi une PAL?  Néologisme des blogues et des forums consacrés à la littérature, la PAL est l'acronyme très officiel bien qu'officieux de la Pile À Lire.  On y inclus tous les livres que l'on a à la maison et qui sont ne sont pas encore lus.  Ok, certains y inclus livres de bibliothèques, emprunts à des amis et même quelques fois les livres qu'ils ont déjà lu.  Personnellement, je n'y calcule que les livres que je possède déjà et qui sont ne sont pas encore lus.  Et oui, ça fait une bonne pile de près de 250 livres.  Je ne la mets pas en pile par contre: j'aurais un peu trop peur de confronter la théorie des piles à la loi de la gravité...  Ce sont plutôt des livres que je garde dans mes bibliothèques.  Au hasard de mes constants remue-ménage de bibliothèque, elle a parfois été confondue avec mes autres livres, mais maintenant, elle est bien séparée. 

Bon, maintenant, mettez-vous la petite musique de Mission impossible dans la tête et dites-vous que contrairement à Tom Cruise, la plupart des gens que je connais n'ont jamais, jamais réussi à faire baisser leur PAL.  Temporairement, oui.  Mais à long terme, non.  Pourtant, même moi, je me suis laissée tentée par le défi.  J'en aie fait une résolution du Nouvel An!  Bon, bon, bon, faut dire que celle-ci sont rarement destinées à être tenues, alors je pouvais sans trop de problème la mettre là!  Mais comment dire, la passion des livres est souvent plus forte que la bonne volonté de la faire baisser et que toutes les résolutions en ce sens ne sont que de courte durée.  J'ai même lu un billet d'un journaliste de Radio-Canada (désolé, je n'ai pas réussi à le retrouver sur le net...) qui parle de ses difficultés à se retenir d'acheter des livres!  Phénomène répandu donc.  Vraiment très répandu!

Alors, chers amis lecteurs, voici maintenant ma philosophie à ce sujet: j'essaie de limiter l'augmentation par principe, mais pour le reste, on s'en fout complètement et royalement.  Vive les grosses PAL!  Et comme me l'a déjà dit un ami, une grosse PAL, c'est comme un REER: il faut en accumuler beaucoup pour la retraite! ;)

@+ Prospéryne

4 commentaires:

  1. Ma PAL à moi est rachitique. Squelettique et souvent à sec. Je suis incapable d'accumuler des noms sur une liste de lecture. Quand je choisis un livre, je dois le lire maintenant. Si je lui donne un numéro et l'envoie attendre en file derrières les autres, il perd son intérêt. Il devient une obligation, un poids mort.

    La lecture, chez moi, est une affaire passionnelle, un coup de foudre ;)

    Le temps que j'accorde à la lecture s'émiette depuis que j'écris :(

    RépondreSupprimer
  2. Quoi, un lecteur sans PAL! Je n'en reviens juste pas! À chacun sa façon de lire bien sûr, mais je connais plus de lecteurs avec des piles à n'en plus finir que sans pile... Je crois que pour ma part, je n'y survirais pas! 8)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai moi-même une PAL énorme. J'ai essayé récemment de me lancer un défi, mais ça risque d'être difficile de le tenir... Je crois, que comme beaucoup, il faut que je me résigne à avoir une PAL énormissime !

    RépondreSupprimer
  4. @Malorie, c'est une si douce résignation... ;)

    RépondreSupprimer