mercredi 15 janvier 2014

Et pourquoi pas Mme d'Aulnoy?

Salut!

Quand on parle de contes, on fait souvent allusions au trio formé des célèbres Grimm, Perrault et Andersen.  Les frères Grimm et Perrault sont avant tout des compilateurs qui ont su préserver l'extraordinaire vitalité des contes populaires de leur époque.  Andersen quand à lui, était véritablement un auteur, qui a su porter le conte à un nouveau niveau.  Cependant, ce trio, très masculin, n'est pas le seul à avoir écrit des contes.  Que non!

On les connaît surtout parce que leurs contes ont servi de base à une quantité d'adaptation, surtout par Disney.  Celui-ci connaissait très bien les oeuvres de ce trio.  Blanche-Neige vient de chez les Frères Grimm tandis que La Belle au Bois dormant et Cendrillon vient autant d'eux que de Charles Perrault.  La Petite Sirène est sortie tout droit de l'imaginaire de Hans Christian Andersen.  Ceci dit, quantité de contes qu'ils ont écrit n'ont pas été adapté.  Ce sont souvent des contes moins connus, parfois moins réussis, mais surtout dont la résonance est moindre dans l'esprit des gens.  Il s'y cache encore des trésors d'inspiration, comme l'a prouvé la sortie de Raiponce en 2010.  Quoiqu'il faut le dire, ces contes sont souvent assaisonnés à la sauce du jour et les racines du conte d'origine sont souvent assez lointaines.

Mais pourquoi en revenir le plus souvent à Grimm, Perrault et Andersen?  Leur corpus de contes est impressionnant, certes.  Mais ils ne sont pas les seuls à en avoir écrit!  Par exemple, prenons Mme d'Aulnoy.  Vous ne la connaissez pas?  J'ai eu la chance de faire sa connaissance au primaire, à l'époque où je dévorais les contes de fées.  Je les prenais les recueils les plus épais possible, façon à l'époque de m'assurer qu'ils dureraient longtemps!  Je ne connaissais rien à cette auteure et j'ignore même l'édition que j'ai lu.  Cependant, quand, en consultant l'index, je m'étais rendue compte que je ne connaissais aucun des titres, je me suis lancée.  Ses contes sont absolument fabuleux pour qui aime le merveilleux.  Et plein d'aventures!  Je me souviens en particulier du Prince Lutin, un fameux Prince, grand voyageur qui avait un petit chapeau rouge et quelques roses aux pouvoirs magiques.  J'ai dévoré ces histoires!  Je ne me rappelle pas de toutes, mais je me rappelle les avoir adorées.  Pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraître, je n'en aie que très rarement entendu parler de cette auteure, pourtant importante pour son époque.  En-dehors de ce livre, je n'ai vu que quelques mentions ici et là.  Elle a écrit la majorité de ses écrits à la même époque que Charles Perrault, ce n'est pas si vieux que ça!

Même chose pour la Comtesse de Ségur.  Elle a écrit quelques contes elle aussi, mais ils sont forts peu connus.  Je les aies aimé autant que ceux de Mme d'Aulnoy.  De vrais contes, plein de magie, de gentils et de méchants, de sorts et de puissants sorciers.  Pourtant, là encore, je n'en aie que rarement entendu parler.  Idem pour Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, pourtant auteure de la version la plus connue de La Belle et la Bête.  Je n'ai pas eu la chance de lire ses contes, en-dehors du plus connu, mais je ne doute pas qu'ils soient à lire.  Et encore, je ne nomme ici que des auteurs féminins!  Parce que de nombreuses autres personnes ont écrit des contes à une époque.

Le conte en général est un genre qui a connu une belle recrudescence depuis le début des années 2000.  Les succès de Fred Pellerin n'en sont qu'un exemple.  Des contes, il en existe tout un bassin.  Des bons, des moins bons, certains qui ont mal vieilli, mais aussi des tonnes qui n'attendent que d'être redécouverts.  Qu'attendons-nous pour nous éloigner des grands classiques pour aller voir ce qui se cache derrière eux?

@+ Mariane

2 commentaires:

  1. Je pense que le problème, c'est qu'il est souvent difficile de trouver de bonnes éditions des livres de contes, même des classiques. On a souvent droit aux reprises de Walt Disney ou aux versions adoucies pour enfants. C'est dommage, parce que les versions originales sont souvent beaucoup plus intéressantes (et sombres!).

    RépondreSupprimer
  2. @Gen, ouais, les versions de Disney sont tellement adoucies... Une de mes profs au cégep disait que l'on appellerait la DPJ si on lisait les versions originales aux enfants d'aujourd'hui!

    RépondreSupprimer