lundi 18 mars 2013

Une journée dans la vie d'une libraire

9h30

Je me rends à la porte où un client impatient tambourine la vitre.

-Vous ouvrez en retard à matin?

Coup d'oeil à ma montre, il est 9h30 pile.

-Euh non.
-Ben, à ma montre, il est 9h32, dit-il avant un petit sourire satisfait.

Goguenard, le client se dirige vers la papeterie pour acheter de nouveaux stylos.  Je prends trois secondes pour le traiter de noms d'oiseaux avant de l'évacuer de mes pensées.  Je me dirige vers mon propre comptoir et allume l'ordinateur.  Le téléphone sonne.

-Librairie Daigneault bonjour!
-Bonjour, ce serait pour une information.
-À quel sujet?
-Je cherche un livre
-Avec plaisir!  Lequel?
-Un livre pour ma fille, c'est un album de Dominique Demers et ça parle de princesse, mais je ne connais pas le titre
-Pétunia, princesse des pets?
-C'est ça!  Avez-vous la version avec le CD?
-Un instant je vérifie.

Je pitonne sur mon ordi pendant qu'un autre client se présente à mon comptoir.  Je mets la ligne en garde et lance au client.

-Juste un petit instant, je vous reviens!

Je vais chercher le livre en tablette pour la mise de côté et confirme qu'on l'a bien à la cliente au téléphone et avant de revenir à mon client au comptoir.

-Oui Madame, avez-vous ça les formulaires pour faire annuler une pension alimentaire?
-Bien sûr, c'est par ici!

Je lui montre les formulaires, lui demande s'il était marié ou conjoint de fait (le formulaire n'est pas le même), l'accompagne à la caisse et retourne à mon bureau.  Je regarde les chariots près de moi et commence à faire l'office (nouveautés à traiter à l'informatique et à étiqueter) qui m'a été amenée la vieille.  J'ai pour dix minutes de travail tranquille avant que le téléphone ne sonne à nouveau.

-Librairie Daigneault bonjour!
-Bonjour Mariane, c'est M! (Ma collègue de l'autre librairie de mon patron a en ville)
-Hé salut!
-T'aurais-tu ça des livres sur les champignons comestibles.
-Attends un instant

Je me retourne (la section botanique est juste derrière moi) et jette un coup d'oeil.

-Oui, j'en aurais trois.
-Ok, j'ai une cliente qui va passer plus tard aujourd'hui.
-Pas de problème!
-Bye!

Je retourne à mon office et essaie de décider où placer un livre sur les prévisions des catastrophes nucléaires (Histoire et politique?  Science?  Finalement, après consultation de mes collègues, ça sera Science)  Une autre cliente arrive.

-Pardon madame?
-Bonjour!
-Vous travaillez ici?

(Non, je suis assise en arrière du comptoir pour décorer!)

-Oui
-Je cherche un roman pour ma mère.
-Qu'est-ce qu'elle aime lire?
-Ah elle adore Nora Roberts!

(sans commentaire!)

-On vient juste de recevoir son dernier livre, la suite de l'Hôtel des souvenirs.

Grand sourire, yeux brillants.

-Ah oui!
-Oui

Je lui donne le livre, l'accompagne à la caisse et revient à mon office dont j'ai eu le temps de faire à peu près la moitié.

Je sors mes étiquettes, vais porter la facture à l'arrière du magasin et revient en avant.  Je commence à étiqueter les livres.  Une de mes collègues qui travaille à l'arrière du magasin m'apporte une pile de commande-client à appeler.  J'ai le temps d'étiqueter environ la moitié des livres quand un client se présente à mon bureau.  Il enfile ses lunettes et regarde le ti-papier qu'il a apporté avec lui.

-Bonjour Mademoiselle!
-Bonjour!
-Auriez-vous ça Le pouvoir du moment présent de Eck...  Ah, je sais pas comment dire ça!
-Eckhart Tolle?
-Oui c'est ça! me répond-t-il avec un large sourire.

Je me lève (même pas besoin de vérifier dans l'ordi!), et je vais lui chercher sa copie directement sur la tablette.

-Ah ben vous connaissez votre stock vous mademoiselle!
-C'est moi qui l'ait rangé hier sur la tablette, c'était facile.

Je l'accompagne à la caisse et je reviens à mon bureau.  J'ai le temps d'étiqueter quatre livres avant que le téléphone ne sonne à nouveau.

-Librairie Daigneault bonjour!
-Bonjour Madame, auriez-vous ça en magasin des livres sur le patinage artistique?
-Euh, pour un adulte ou pour un enfant?
-Pour un adulte, c'est pour ma femme, je voudrais lui donner ça pour sa fête, c'est en fin de semaine
(Exit la commande!)
-Hum, je ne pense pas avoir ça en magasin Monsieur.
-Vous êtes sûre?
-Je vais vérifier, mais je ne pense pas.

Je mets le client en attente et vérifie sur mon ordinateur.
-Non malheureusement, je n'ai rien Monsieur.
-Ah pas grave, je vais commander sur Internet.  Bonne journée!
(Arg!!!!!!!!)

J'ai le temps de finir d'étiqueter avant que ma collègue ne vienne me remplacer pour mon heure de dîner.

De retour, une cliente se pointe à mon comptoir en cherchant des livres sur des logiciels informatiques (avec les lois, c'est ce que je déteste le plus!).  Malheureusement, je n'ai pas ce qu'elle cherche, alors nous passons commande de trois ouvrages dans la série des Pas à pas de Nicole Benoît, puisque les Pour les nuls ne la tentent pas.

Tout de suite après elle, une charmante grand-mère vient me demander un livre pour son petit-fils de deux ans.  Elle lui en offre un à chaque année.

-Mais pas trop bébé hein?

(Comme si les livres cartonnés n'étaient pas bébés en partant!)

Je l'emmène vers la bonne section et lui suggère un livre d'Élise Gravel, mais elle préfère finalement un des P'tits garçons de Fleurus, La tractopelle d'Axel parce que son tout petit s'appelle ainsi.  Je lui suggère de mettre beaucoup de vie dans sa lecture, comme ça l'enfant sera encore plus intéressé au livre et à la lecture en général ensuite.  Nous prenons quelques minutes pour discuter et ensuite, je l'accompagne à la caisse.

De retour à mon comptoir, je prends un appel d'un client qui patiemment attendu pendant que je discutais avec la grand-mère.  C'est une excellente cliente, Madame M., qui veut savoir si j'ai le dernier Philip Kerr pour son mari.  Oui, je le mets de côté pour elle, mais nous prenons quand même quelques minutes pour discuter.  Elle a toujours d'excellents choix littéraires et c'est un bonheur de parler avec elle.

J'ai finalement le temps de retourner à mon étiquetage quand ma collègue m'emmène un méga-chariot plein de nouveautés à traiter à l'informatique.  Je pousse un soupir, fini d'étiqueter ce que j'ai à faire et ensuite place les nouveautés les plus attendus dans les colonnes près de moi.  Je zieute par la même occasion un client louche qui parle tout seul dans les allées de la librairie.  Une fois mes livres placés, je me mets aux appels de commandes-clients.  J'ai le temps d'en faire trois (en surveillant toujours de loin mon client bizarre qui gesticule devant les BDs de Boule et Bill), avant qu'une cliente ne se présente à la caisse.  J'y vais, reviens, m'étire le cou vers Client bizarre (qui s'extasie maintenant devant un livre de cuisine sur les pâtes), y retourne parce qu'un autre client s'y est pointé entre temps.

Client bizarre se présente à mon comptoir et commence à me bombarder de questions sur le livre de pâtes. Patiemment, je lui réponds, sachant très bien qu'il ne le prendra pas.  Au bout de cinq minutes, il me dit qu'il n'a pas l'argent et quitte finalement le magasin sans avoir rien acheter, mais m'avoir fait perdre mon temps.  Je soupire, et veut retourner à mes téléphones, mais une collègue vient me voir pour me consulter sur une possible mise en place dans la section science-fiction (mon dada!).  On s'entend, puis je retourne à mes téléphones.

C'est ensuite le temps de faire la caisse, ce dont je me charge étant donné que mes collègues de la papeterie en ont plein les bras à cause d'un mini-rush de leur côté.  Je vais porter les paperasses à la comptable, revient verrouiller la porte d'entrée et servir les derniers clients, avant de retourner chercher mon manteau.  On se rassemble toutes près de la porte, mes collègues de la papeterie pestant contre les clients de dernière minute et moi regardant l'énorme chariot qui m'attend pour le lendemain.  La journée est finie, on se dit au-revoir sur le pas de la porte et je rentre sagement chez moi.

Fin de la journée, on recommence demain!

@+ Mariane

(J'ai pas tout écrit, ça aurait été trop long! :P )

5 commentaires:

  1. une pièce d'anthologie, ce billet... ça ferait une sacrée BD... ça plus d'une fois que j'en parle, avec les Drôles de Clients et autres joies du genre, comme ton Procès...

    Y aurait-il un bédéiste en manque de scénario dans la salle ?

    RépondreSupprimer
  2. P-S: à propos de Je suis terrible d'Élise Gravel que tu cites dans ta section "Aujourd'hui"... ce livre-là, je pense que je le lis trois-quatre fois à chaque fois que je vais chez toi ! :P

    RépondreSupprimer
  3. Ah, les clients qui attendent à l'ouverture et dont les montres sont en avance... C'est un classique, dans tous les commerces!

    RépondreSupprimer
  4. @Sébas, comment ça tu lis Je suis terrible à chaque fois? Il y a pas assez de bouquins pour adultes chez nous comme ça? :P

    @Gen, Classique emmerdant de tous les commerces oui! Grrr...

    RépondreSupprimer
  5. @ Prospéryne : Je lis « Je suis terrible » car c’est vite lu, car c’est superbe et car je suis encore partiellement un enfant en-dedans. C’est comme un p’tit bonbon littéraire ! :-D

    P-S : tu entends quoi, par « bouquins pour adultes » ? :P

    RépondreSupprimer