jeudi 26 janvier 2012

Polina de Bastien Vives

Polina  Bastien Vives KSTR 206 pages

Résumé:
Polina Oulinov a six ans et passe son audition dans une grande école de ballet.  Elle est acceptée contre toute attente parce que le maître, le professeur Bojinski, a fait des commentaires négatifs durant son audition.  Commence entre elle et lui une étrange relation de maître à élève, mais qui finira par la libération de Polina.  Un récit sur la danse et les danseurs dans ce que ça a de plus dur et de plus intense.

Critique:
Cette BD retrace une relation de maître à élève, une relation intime, mais en même temps étouffante.  Bojinski est un excellent professeur, mais il est exigeant au possible et ne porte aucune attention à la sensibilité de ceux qu'il dirige, la petite Polina Oulinov en premier lieu.  On le devine, on est dans le milieu des ballets russes.  Mais l'atmosphère, même avec tous les noms russes, touchent à l'universel.  Polina mettra beaucoup de temps à trouver sa propre personnalité tellement l'empreinte de Bojinski sur elle est puissante, mais elle s'en affranchira et ce faisant, elle deviendra elle-même, au meilleur de son potentiel.  Tout du milieu de la danse y est raconté, les relations entre les danseurs et les chorégraphes, les maîtres et les élèves, la dureté du travail physique, les efforts constants à la recherche de la perfection, le combat entre les anciennes méthodes et les nouvelles, entre la danse classique et la danse contemporaine.  On évolue dans un milieu clôt, mais en même temps, tellement représentatif du monde.  Tout est reproduit dans ce petit monde, les grandeurs, les faiblesses, les combats, tous tournés vers un but: la danse et la scène, son corolaire.  Le dessin est excellent, merveilleux et on pourrait pratiquement voir sortir les personnages de la page tellement leurs mouvements sont réalistes.  Pas besoin de couleurs pour représenter ce monde, le noir et le blanc, sans le moindre ton de gris était largement suffisant.  La tâche distinctive que Polina a sur le nez tout le long du livre m'a par contre légèrement agacée, je n'aimais pas trop ça.  On pouvait facilement la reconnaître grâce à ce détail, mais en même temps, hum, je n'appréciais pas trop.  Un BD à part et un bédéiste à suivre, il n'a même pas trente ans et déjà une rare maîtrise à la fois du dessin et du récit et sait mettre la juste touche d'émotion dans ses dessins.  Même les expressions neutres de Polina étaient parlantes, c'est dire!

Ma note: 4.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire