mercredi 11 janvier 2012

L'imaginaire du livre papier

Salut!

À la base, le livre est un objet.  Parce que cet objet a été pendant des siècles le support matériel de la connaissance et de la culture, il a su créer son propre imaginaire.  Industrie qui utilise et même souvent surutilise l'image, le cinéma s'est emparé de l'imaginaire du livre dans de nombreux films et séries télévisées.  Qui se souvient encore que l'un des ennemis de Batman dans la vieille série télé des années 60 était le Rat de bibliothèque?  L'imaginaire du livre est vaste et touche presque tous les genres.

L'image a été vue et revue dans tous les films où les gens fréquentent des bibliothèques: une salle pleine jusqu'au plafond de livres, de livres et encore de livres, ce qui donne une impression d'écrasement et d'émerveillement à la fois.  Les livres sont souvent vieux, reliés en cuir, plein de mystère.  On le croit dès le départ que ces livres pourraient contenir des mystères non-résolus depuis des siècles ou des esprits malveillants.  Qu'ils pourraient être des grimoires pleins de mystères et de formules magiques anciennes.  Le top du top dans cette catégorie n'est nulle autre que la bonne vieille bibliothèque de Poudlard, refuge et domaine sans conteste d'Hermione.

 Copyright Warner Bros

Mais il y en a d'autres qui ont marqué l'imagination.  Ici, Coeur d'encre.
Copyright NewLine Cinema

Ou encore, Le Seigneur des Anneaux.
  Copyright New Line Cinema

Il n'y a d'ailleurs pas que le cinéma fantastique qui aie pensé à utiliser l'image du livre.  Le film de Jean-Jacques Arnaud, Le nom de la rose, surfe sur la même vague.

 Bibliothèque où a eu lieu le tournage du Nom de la rose Crédit le Guide du routard

Et aussi le cinéma d'animation.  J'avais pas aimé La Belle et la Bête juste pour l'histoire d'amour moi!
Copyrights Disney
J'aimais surtout sa bibliothèque...
Copyrights Disney
Il y a au moins une personne sur cette planète qui bat ma PAL...

Le livre papier a une telle valeur visuelle dans notre imaginaire collectif.  On l'a vu dans tous les arts visuels en de multiples occasions.  Ya qu'à voir les photomontages de belles bibliothèques qui pullulent sur le net pour le comprendre.  Ça fait rêver, on associe ça à l'histoire, à l'art, à la culture.  Comment va-t-on réussir à faire évoluer cette vision emblématique dans le futur.  Il y a peut-être eu un début de réponse dans un film de science-fiction.  Star Wars 2, L'attaque des clones pour être précise.  Vous ne remarquez rien?

Copright Lucasfilm
Et oui, les forces de l'habitude sont ici plus importantes que la puissance de l'imagination humaine.  En fait, les Archives Jedi du film ont été directement inspirés de la bibliothèque du Trinity College de Dublin.


Comme de quoi la science-fiction n'a pas encore réussi à trouver une solution autre pour remplacer la symbolique de cet objet unique qu'est le livre.  Enfin pas encore, parce que les auteurs de science-fiction n'ont pas encore ressenti le besoin de remplacer le symbole du livre par autre chose, même si dans ces univers, celui-ci s'est largement dématérialisé.  Pour l'instant donc, il en est ainsi, mais ça risque bien de changer, parce qu'au final, le but de la science-fiction est de poser aujourd'hui les questions auxquelles on aura besoin de réponses demain.  Et ça rien qu'en utilisant leur imagination.  Car s'il y a bien une seule chose qui soit infinie dans ce monde, c'est l'imagination humaine. 

@+ Prospéryne

5 commentaires:

  1. La bibliothèque de la Belle & la Bête! Raison #1 pourquoi j'aimais tellement ce film quand j'étais petite. ;)

    Mais c'est aussi une réflexion que je me suis faite souvent -- la symbolique du livre, c'est quelque chose de très fort. Difficile de dire ce qui pourrait le remplacer tout à fait.

    RépondreSupprimer
  2. @Coeurdecamomille, il est certain que peu importe ce qui remplacera le livre, sa symbolique ne sera pas aussi forte que le livre-objet. Il a une trop longue histoire pour que l'on puisse le remplacer complètement et aussi bien par autre chose. Ce sera différent. Mieux? Pire? Juste différent je crois.

    RépondreSupprimer
  3. Bonne idée ce billet bien documenté, surtout en y ayant ajouté les illustrations. Dans mon imaginaire, c'est la bibliothèque de la Sorbonne qui m'a toujours fascinée. Enfant et étudiante, je détestais ces bibliothèques où nous n'avions accès qu'aux fiches et jamais aux livres, dont celle de Montréal). C'était avant de voir celles que tu nous présentes!

    RépondreSupprimer
  4. Hum!
    Je n'y avais jamais réfléchi avant, mais tu as raison: pour représenter un lieu de savoir, de culture, de sagesse, c'est dur de se passer d'une bibliothèque, même en science-fiction.

    Réflexion très intéressante. J'ai hâte, moi aussi, de voir comment ce symbole va évoluer.

    Un catalogue numérique sur un écran plat, ça me semble plutôt vide comme représentation du vaste savoir qu'aura accumulé l'humanité dans le futur.

    RépondreSupprimer
  5. @ClaudeL, je n'en reviens pas de voir une bibliothèque ne pas donner accès aux livres!

    @Pat, exactement! Serge Bouchard avait dit une fois que l'être humain est une bibite à symbole et pour la connaissance, les livres et les bibliothèques en sont une. Va falloir que tu cogites là-dessus, Monsieur l'écrivain de science-fiction! :P

    RépondreSupprimer