mardi 24 janvier 2012

Le grand cahier d'Agota Kristof

Le grand cahier  Agota Kristof  Points  184 pages


Résumé:
C'est la guerre, une guerre qui n'est pas nommée et qu'on a pas besoin de connaître car elle est comme toutes les guerres.  Claus et Lucas sont emmenés par leur mère chez leur grand-mère, une vieille femme avare et acariâtre, qui vit dans la Petite Ville.  Les deux jumeaux, privés de l'amour maternel, vont s'entraîner ensemble à éliminer toute émotion de leur vie, afin de devenir plus fort.  Ils relatent tout dans leur grand cahier, par textes courts, dépourvus d'émotions, évoquant uniquement des faits.

Critique:
Très perturbant comme lecture.  Les deux jumeaux parlent constamment au nous, ils ne se voient pas comme des personnes distinctes, ils sont complètement entremêlés entre eux.  Dans leurs textes, ils ne se distinguent jamais l'un et l'autre.  Et on peut se demander s'ils ont vraiment tort d'éliminer toute émotion de leur vie quand on voit le monde dans lequel ils vivent.  De l'officier allemand qui loge chez eux, un homosexuel sado-masochiste à la servante du curée qui abuse d'eux tout en leur prodiguant des soins maternels, le monde qui les entoure est fou, dépourvu de morale.  Seul le personnage de la grand-mère a un semblant de morale.  C'est un personnage que l'on met du temps à comprendre et pour lequel les apparences ne comptent pas.  On peut la juger sévèrement, mais à force de la connaître, on finit par la comprendre et par l'accepter, même à éprouver une certaine tendresse pour elle.  Elle est dure, voir brutale, mais on peut se fier à elle, contrairement à presque tous les autres personnages dans le livre.  Certaines scènes sont très cruelles et d'autres laissent une impression de malaise très profonde.  La sexualité y est très présente, mais dans ses aspects les plus crus et encore une fois, dépourvus d'amour ou de sentiments.  En fait, chaque personnage est là dans l'histoire pour une raison précise, pour apprendre quelque chose aux jumeaux, de leurs parents au cordonnier.  Une lecture dérangeante, une lecture sur la guerre, mais vécue de l'intérieur.  Ce n'est pas les bombes qui tombent qui sont importantes, c'est la folie des hommes qui est montrée dans ce qu'elle a de plus cruelle.  Un livre nécessaire, mais très dur.

Ma note: 4.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire