mardi 6 mars 2012

Shi Xiu Reine des Pirates: 1- Face à face de Nicolas Meylander et Wu Quing Song

Shi Xiu Reine des pirates  tome 1  Face à face  Scénario de Nicolas Meylander et Dessin de Wu Quing Song Éditions Fei 48 pages

Résumé:
Shi Xiu est une prostituée qui vit à Canton, sur le point d'épouser un riche armateur, Jia.  Mais le célèbre pirate Zheng Yi attaque la ville et l'enlève, à la fois charmé par son courage et son culot et disons, par ses charmes eux-mêmes!  Il lui fait alors une proposition: devinant son sens des affaires et ses qualités de gestionnaire, il lui offre de l'épouser.  Or, la belle exige plus: devenir son égale et régner à ses côtés sur la flotte.

Critique:
Les dessins de cet album soit proprement hallucinant, particulièrement dans les scènes de combat, extrêmement bien rendues.  Shi Xiu est une prostitutée certes et elle assume sa fonction et son travail, mais elle a quand même des griffes.  Elle sait se battre et n'hésite pas à en imposer à ceux qui sont là pour tenter de l'écraser.  L'histoire est assez bien rendue, même si on sent que l'on passe vite sur certains détails à la fin de l'album.  La proposition de mariage de Zheng Yi vient un peu trop vite pour être vraiment réaliste, mais pour le reste, l'histoire se tient très bien.  On a droit à un album au scénario solide, génial de voir que des artistes de BD réussissent encore à faire du bon boulot dans du 48 pages couleur.  L'histoire en elle-même n'est pas banale quand on sait que l'histoire de Shi Xiu est authentique.  Fait à noter, ce n'est pas pour ses charmes (enfin, pas uniquement) que Zheng Yi craque pour elle: c'est pour son sens des affaires et de la gestion.  Il a pu voir avec l'armateur Jia ce dont elle était capable.  Il ne laissera donc pas passer une telle occasion, malgré les exigences de la belle.  C'est plutôt rare de voir une femme reconnue pour d'autres qualités que son physique et c'est rafraichissant de voir que ce coup-ci, c'est presque plus sa cervelle que son physique qui la tire des ennuis.  On nous laisse sur une très belle situation finale qui nous donne très envie de surveiller la sortie des autres tomes.  Vraiment, très très bien comme BD!

Ma note: 4.5/5

2 commentaires:

  1. Héhéhé! Dans les civilisations anciennes hyper machistes (Chine, Japon, Grèce antique), il était pas rare que les femmes les plus brillantes et volontaires deviennent des prostituées : c'était une bonne façon de pas avoir d'hommes à qui rendre des comptes ou alors de pouvoir choisir son époux.

    C'est vraiment bien de récupérer Ching Shih comme sujet de BD! :)

    RépondreSupprimer
  2. Tu vois, ça ne me surprend pas du tout. On faisait souvent miroiter le mariage aux jeunes filles, mais souvent, ça s'avérait des simples prisons. Je me souviens même avoir entendu Chanel dire dans un film consacré à elle (Coco avant Chanel) qu'il valait mieux être la maîtresse que l'épouse. Heureusement, les temps ont bien changé!

    RépondreSupprimer