jeudi 29 mars 2012

Prix des libraires 2012: Catégorie Roman Québécois

Salut!

Me voici de retour avec la sélection du Prix des libraires du Québec, volet Roman Québécois cette fois-ci.  On met à l'honneur le roman d'ici!  Et comme à chaque année, on a droit à une superbe sélection.


Bon, premier et non le moindre, Arvida.  Honnêtement, c'est celui-ci que je mets en tête de liste pour les chances de recevoir les honneurs au Lion d'or.  Cette histoire basée sur le village natal de Samuel Archibald, Arvida, et raconté comme si c'était un conte tenant à la fois du fantastique et de la virée alcoolisée a séduit pas mal de monde.  Pas vraiment moi par contre.  On dirait que le battage médiatique fait autour de cette oeuvre m'en a écarté plutôt que rapprochée.

Hongrie-Hollywood Express maintenant.  Je dois avouer que je ne sais pas trop quoi penser de celui-ci.  Un roman sur les États-Unis, détruisant au passage quelques mythes et prenant un malin plaisir à mettre ses personnages connus dans les situations les plus loufoques.  Une partie de moi se braque un petit peu: pourquoi écrire encore sur les États-Unis?  William S. Messier avait réussi un superbe recueil de nouvelles dans le même genre en mettant en scène ses personnages dans les Cantons de l'Est.  Je suis un peu tannée de voir encore notre grand voisin du Sud et sa mythologie faire des petits dans notre littérature.  Ça n'enlève sûrement rien à la qualité littéraire de ce roman par contre. 

Premier roman de l'auteure Catherine Leroux, on peut dire que celui-ci se taille une place dans la cours des grands dès le départ.  C'est une histoire de famille, on en a vu d'autres, mais en même temps, une histoire de famille bien racontée peut nous transporter très loin, parce qu'au fond, quelque soit notre famille, on a tous envie de la comparer à un moment ou à un autre!  Par contre, je ne suis pas certaine qu'elle va remporter le prix.  Ok, c'est un premier roman, comme Samuel Archibarld, mais il me semble qu'il faut lui laisser le temps de faire ses armes.  En tout cas, chapeau au graphisme de la couverture, j'adore! 

Jean-Simon Desrochers avait déjà frappé un sacré coup dans la cours des grands avec son premier roman La canicule des pauvres.  Ce n'est absolument pas une surprise pour moi qu'il se retrouve en lice pour le Prix des libraires avec son deuxième opus.  Cette histoire d'un carambolage en pleine tempête où les flocons de neige semblent représenter les grands de sable dans un sablier me semble avoir d'excellentes chances de repartir avec les honneurs.  Si ce n'est pas Arvida, c'est sûrement Le sablier des solitudes.  Ce sont les deux candidats qui sont à mes yeux les plus solides.

Sous béton est mon favori secret de la course.  En prime, il paraît que l'auteure vient de mon coin!  Et il y a aussi que je suis heureuse de retrouver une oeuvre de genre, ici de la science-fiction, parmi des candidats plus littérature traditionnelle.  L'histoire de cet enfant, enfermé dans une pièce minuscule d'un immeuble immense, a quelque chose de troublants et prête sa voix à une très belle histoire.  Bonne chance Karoline.  Et encore une fois, j'adore le graphisme de la couverture!

@+ Prospéryne

4 commentaires:

  1. Je ne l'ai pas tous lus, mais comme j'ai abandonné Arvida (et oui! j'ai osé!), je vote pour Catherine Leroux! Une saga familiale que j'ai beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer
  2. @Jules, moi non plus, je ne les aies pas tous lus... Je note ton intérêt pour Catherine Leroux, à un moment donné, si j'ai le temps!

    RépondreSupprimer