jeudi 4 octobre 2018

Hiver nucléaire 2 de Cab

Hiver nucléaire 2  Scénario et dessins de Cab  Front froid  88 pages


Résumé:
Flavie est toujours à Montréal et toujours livreuse sur sa motoneige.  Sauf que problème, son ami Marco est brutalement atteint par... une grippe d'homme, potentiellement mortelle dans cet univers post-apocalyptique.  Il a donc vraiment besoin de sirop Buckley's.  Elle-même est en pénurie d'iode de potassium pour soigner ses symptômes d'irradiations.  Les deux médicaments semblent avoir mystérieusement disparu des tablettes des pharmacies...  Ajoutez à ça une patronne qui ne lui laisse pas le moindre jour de congé à cause d'une pénurie de personnel et une petite soeur qui débarque à l'improviste et la catastrophe pointe à l'horizon enneigé de Montréal!

Mon avis:
L'univers déjanté de Cab est de retour!  Montréal est toujours pris dans son hiver nucléaire (dixième année consécutive), Flavie est toujours courrier en motoneige et bon, dans les deux cas, rien ne semble s'améliorer.  Si dans le premier tome, j'avais émis quelques réserves concernant le scénario, ici, absolument rien à redire: l'auteure mène son histoire tambour battant.  Les relations avec les personnages sont bien développées, particulièrement les relations entre Flavie et sa soeur Elsie.  Tout est là en une poignée de case qui en raconte beaucoup en peu de mots et d'images.  Les deux frangines ont des explications à se donner et elles les auront, sans jamais tomber dans le pathos ou le mièvre.  Cela nous donnera également des clés pour comprendre le comportement bourru de Flavie.  Les plans de la BD sont totalement au service de l'histoire.  Ils expriment particulièrement bien le ras-de-bol de Flavie face à des horaires au boulot particulièrement épuisants.  Le passage au Mont-Royal transformé par l'hiver nucléaire est lui aussi brillamment maîtrisé.  Le langage des personnages est aisément reconnaissable: je reconnaissais le Québec d'aujourd'hui, avec son mélange de franglais en certaines occasions, mais tout en étant bien ancré dans la francophonie.  La réplique sur les gens qui font leur changement d'adresse pour la salle d'attente de l'hôpital est un clin d'oeil à la situation actuelle très bien envoyé.  L'intrigue est moins axée sur le côté surréaliste de la situation, que sur les interactions entre les personnages ce qui lui permet de gagner en profondeur.  Pour le côté surréaliste, les dessins, nombreux et très réussi des rues surenneigée de Montréal donne le ton et les dialogues des personnages permettent de saisir l'essence du reste.  Il n'y avait pas de chats polaires ce coup-ci, mais l'adorable raton polaire Marcel compense largement.  Un petit bijou à lire!

Ma note: 4.75/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire