vendredi 23 mars 2012

La lecture et le moral

Salut!

Des baisses de régime, des déprimes, des passages à vide, des bouts plates, on en a tous à un moment où à un autre.  Ça fini par passer, des fois tout seul, des fois une petit bière aide un peu (hihihi!)  Dans tous les cas, personnellement, je n'arrête pas de lire.  Il y a certaines choses qui m'éloignent de la lecture, mais pas une déprime.  Par contre, je me connais assez depuis le temps pour savoir que je dois fuir certains livres dans ces circonstances-là.

Et oui, mon moral influe sur mes lectures.  De la même manière que mes clients me demandent parfois un livre pour remonter le moral d'un proche (parfois même, des gens en phase terminale à l'hôpital), je me tiens plus proche de certains livres et plus loin de d'autres à certains moments.  Hors de question de commencer pour moi un livre qui entre dans mes critères comme étant déprimant quand je le suis moi-même.  Ou dans un essai qui parle d'une situation noire.  Plombe-moral.  Et quand le mien ne vole pas haut, vaut mieux s'abstenir.  C'est une des raisons pour laquelle je n'ai pas lu de file les trois tomes de la trilogie Le grand cahier d'Agota Kristof.  Ça me plombait trop le moral.   À d'autres moments, ça ne m'aurait pas dérangé par contre.  Je suis mes instincts en la matière.

Parce que la lecture fait partie de ma vie, elle en suit le rythme.  Parfois il y a des hauts, parfois, il y a des bas.  Ce n'est pas constant.  Certains livres, excellents au demeurant, lus durant une période plus sombre ne m'ont pas paru aussi bon.  Et d'autres livres, beaucoup moins bon ont su profiter de mon indulgence à d'autres moments!  J'ai aussi tendance, quand ça va super bien, à lire moins...  Pourquoi?  Habituellement parce que j'ai trop d'autres choses à faire!  Mais je ne reste jamais très longtemps loin de mes bouquins.  Parce que moral au sommet de la montagne russe de la vie ou au fond de la grande pente, reste que lire est pour moi aussi naturel que respirer.  Et que rien ne m'empêche de lire... sauf le chant de sirène de mon lit!

Est-ce que ça existe des livres qui soient d'absolus plombe-moral?  Oui, sans doute.  J'en suis sûre.   Mais reste que certains adorent les romans noirs et dépriment en lisant de la chick-lit!  Chacun ses goûts.  Après tout, il faut de tout pour faire un monde!

@+ Prospéryne

3 commentaires:

  1. je me souviens avoir abandonné Les chutes de Joyce Carol Oates! J'étais tellement déprimée! C'était à une mauvaise période... je vais le reprendre un jour, mais je suis d'accord, il y a des livres qui n'aident pas à la condition dans laquelle nous sommes parfois. À part la fatigue, rien ne m'empêche de lire!

    RépondreSupprimer
  2. oui il y a un moment pour tout. parfois aussi, une lecture dite légère peut plomber le moral avec sa pauvreté d'écriture, il faut savoir choisir... Bientôt les beaux jours, je m'accroche aussi !

    RépondreSupprimer
  3. @Jules, ouais, la fatigue est souvent le principal frein à la lecture. Dommage qu'on ne puisse pas lire en dormant!

    @Theoma, ah oui, un livre pourri peut plomber le moral aussi parce qu'il est trop mauvais. Je n'y avais pas pensé! Au fait, bienvenue sur mon blog! ;)

    RépondreSupprimer