lundi 19 mars 2012

La vague et le surf

Salut!

En librairie et en littérature, il y a souvent des vagues, des modes qui traversent le paysage et qui bousculent tout sur leur passage.  Elles sont plus ou moins fortes selon le nombre de fans qui les suivent, mais dans tous les cas, elles font couler de l'encre ou encore s'agiter les doigts sur les claviers des fanas du web!  Des vagues récentes?  Il y a eu la vague Harry Potter et la vague Fascination.  Toutes les deux ont eu de nombreux rejetons plus ou moins bâtards et plus ou moins de qualité, mais qui ont eu le mérite de faire lire les jeunes.  En ce moment, il y a une autre vague, la vague Hunger Games.  Et ça va juste être pire avec la sortie du film!  Face à une vague, il y a deux réactions possibles: la regarder passer ou faire du surf dessus.

Regarder passer la vague, c'est s'asseoir sur la plage et observer de loin la bande d'excités qui jappent plus fort les uns que les autres.  On sait de quoi ils parlent, on ne peut pas faire autrement, c'est comme avec la dernière bourde d'un politicien connu, tout le monde en parle, on ne peut pas ne pas être au courant!  Mais en même temps, on est pas dans la bande.  On a pas ce petit frémissement au coeur, cette petite vague d'électricité qui nous tord le ventre en entendant les mots magiques  que constituent le nom de la série ou des personnages principaux.  On est à part.  On peut plonger dans la mer rejoindre les gens qui ont pris la même vague que nous, mais celle-là en particulier, on ne la connaît pas, on en est exclus.  Souvent par simple décision personnelle.  On est pas IN, on peut être OUT, mais le plus souvent, on est différent.  Cette vague-là va passer sans nous, c'est tout.

Et il y a prendre la vague.  Rejoindre le mouvement, affronter la houle avec les autres, pleurer à certains passages, être effrayé, déchiré, en colère et tout le reste en lisant et revivre tout ça encore une fois en en parlant avec ses copains bien installé sur notre planche de surf au sommet de la vague.  On est dedans.  J'ai connu ça avec Harry Potter et Fascination, cette impression de faire partie d'une bande unique, de partage quelque chose de merveilleux avec les autres.  C'est extraordinaire de faire front avec tous, de partager cela, du plus profond de nous-même!  Le réseautage est puissant entre ceux qui suivent la vague, ils se sentent reliés par quelque chose d'intense et de profond.  Même si pour tous le reste, ils sont différents, parler à ceux qui ont trippé à fond sur Harry Potter ou encore sur Fascination et vous trouverez au fond de leurs yeux l'étincelle des souvenirs.  Ils ont pris la vague et le temps qu'elle a duré, ils ont trippé à fond.

Je regarde en ce moment passer une autre vague, celle des Hunger Games.  Je ne suis pas dedans, pas pour l'instant.  Peut-être vais-je plonger dans la mer pour la rejoindre, peut-être que non.  Je ne suis pas très plage, mais je me dis qu'il n'est pas nécessaire de toujours plonger à chaque vague.  On le fait si on a l'intérêt, sans ça, même si je ne suis pas très plage, je me dis que de profiter que quelques temps tranquilles au soleil en regardant les autres s'énerver a ses avantages.  Ah, oui, je prends un bon Sex on the beach pour arroser ça!

@+ Prospéryne

6 commentaires:

  1. Pour Hunger Games, j'arrive pas à passer par-dessus le fait que ça a l'air d'un plagiat de Battle Royale! :(

    Mais tout le monde m'en dit tellement de bien, faudrait bien que je me pince le nez et que je plonge...

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi, je trouve que ça ressemble un peu beaucoup trop à Battle Royale. Mais bon, l'un a été écrit par une états-unienne et l'autre par un asiatique, c'est assez évident que nos voisins du sud vont préféré leurs produits locaux...

    RépondreSupprimer
  3. Le premier vaut vraiment la peine...

    ...puis fais semblant que les deux autres tomes n'existent pas ;)

    RépondreSupprimer
  4. Merci du conseil Pat! Mon problème c'est que quand je commence une série, souvent, je veux la finir, alors autant dire que je suis mieux de sauter celle-ci!

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai vraiment pas détesté Hunger Games, Mariane. Je le dis un peu honteusement, puisque ce n'est pas mon habitude de tomber dans ces vagues (exception de Harry Potter). C'est vrai qu'il y a un grand nombre de similitudes avec Battle Royale (qui demeure hautement supérieur), mais c'est vraiment divertissant. Le deuxième tome est trop précipité et je n'ai pas entendu grand bien du troisième. N'empêche, je suis convaincu que tu aimerais bien. À+!
    Dominique

    RépondreSupprimer
  6. Ah, ben là, je ne sais plus trop quoi penser... Je vais voir, j'ai lu les premières pages d'un exemplaire en magasin et ça m'a plu. Qui vivra verra!

    RépondreSupprimer