mardi 27 mars 2012

Stieg Larsson avant Millenium de Guillaume Lebeau et Frédéric Rébéna

Stieg Larsson avant Millenium  Anatomie d'une oeuvre  Scénario de Guillaume Lebeau  Dessins de Frédéric Rébéna  Denoël graphic  Non-paginé

Résumé:
En trois temps marquant de la vie de Stieg Larsson, on explique la personne et aussi un peu, la genèse de Millenium.

Critique:
Personnalité complexe que ce Stieg Larsson au fond.  Et cette BD le montre clairement.  Un être épris d'absolu, entier, mais en même temps, intransigeant comme le sont tous les convaincus.  On voit un épisode de son enfance, un autre de sa jeune vie d'adulte et finalement, un long passage sur la fondation d'Expo.  Et à travers ces trois moments, sans doute soigneusement choisis, on comprend beaucoup de choses.  D'abord l'enfance, passée auprès d'un grand-père qui a été emprisonné durant la Seconde Guerre Mondiale pour ses allégeances pacifistes et communistes.  Celui-ci, on le voit très clairement, aura une influence très profonde sur le jeune Stieg.  Les auteurs utilisent l'allégorie du renard que chasse le grand-père pour montrer l'influence des mouvements d'extrême-droite.  Une bonne partie des idéaux du futur journaliste ont été assimilé à cet âge.  Précoce donc, mais en même temps, leur profond ancrage surprend.  Et le mènera à certains extrêmes, comme lorsque dans le deuxième épisode, il se joint aux combattantes érythréennes pour leur apprendre le maniement d'armes.  À ce moment se déploit son féminisme: il veut venir en aide à des femmes, traumatisé par un viol collectif  commis par ses amis et dont il a été le témoin involontaire et en quelque sorte le complice.  Il prend alors une part active au combat, mais dans la violence, totalement en contradiction avec les enseignements de son grand-père, mais en lutte avec son grand ennemi de toujours: la droite.  La droite et la raison du plus fort.  Par la suite, on le rejoint dans la fondation d'Expo et ses démêlés avec la droite.  Homme de conviction, il ne reculera pas, même devant les menaces.  On voit dans cette partie la genèse des idées de Millenium.  Et comme il l'explique lui-même, il veut utiliser les droits d'auteurs qu'il touchera pour faire grandir Expo et la lutte contre la droite.  Je me demande bien ce qu'il pense de l'usage que son père et son frère font de l'argent que son travail a rapporté...  Les dessins de cette BD sont fait au crayon charbon, ce qui donne une ambiance particulière.  Pas d'encrage comme dans beaucoup de BD en noir et blanc, mais un ensemble de nuance de gris, tous très sombre, uniquement différencié par le poids que l'illustrateur a mis sur son crayon en dessinant.  Ça donne une ambiance étrange, que j'oserais dire très scandinave à la BD.  On met d'ailleurs un temps à reconnaître une patte distinctive tellement le travail pourrait passer comme étant primaire, mais non, c'est magnifiquement bien dessiné.  Un bon ouvrage à lire pour qui veut mieux connaître Stieg Larsson, sans se taper une biographie complète, mais en lisant une très bonne BD.

Ma note: 4.25/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire