jeudi 17 novembre 2011

Et pourtant, je n'ai jamais lu Machiavel...

Salut!

J'ai un grand copain avec qui je jase occasionnellement.  Il a la trentaine et partage mon statut de célibataire.  Dans la vie de tous les jours, il est disquaire.  Le reste du temps, il adore le théâtre et a déjà étudié en exploration théâtrale.  Discussion, un soir, alors que nous partagions un délicieux café:

- J'aime pas les romans
- Pourquoi?  Pourtant, les romans, c'est génial, on y trouve de tout.
- J'aime mieux les pièces de théâtre, c'est vivant, c'est vrai, on y trouve de tout, les romans, c'est froid, c'est vide.
- Pas d'accord, un roman, c'est complet, c'est plein de vie, il faut savoir le lire pour l'apprécier certes, mais c'est une oeuvre complète.  Lire une pièce de théâtre, c'est lire un scénario, c'est pas complet, c'est comme lire un squelette.
- N'empêche, j'aime pas lire des romans.
- C'est juste que tu n'en as pas lu un qui te fasse tripper.  Les livres trouvent toujours leurs lecteurs.
- Pas convaincu.
- On verra bien!

Quelques mois plus tard, il vient faire un petit tour à la librairie.  J'avais entre temps eu largement le temps de repenser à notre conversation.  Et je lui propose un roman.... à vraie dire, Un petit pas pour l'homme de Stéphane Dompierre.  L'histoire d'un gars trentenaire et célibataire qui travaille dans un magasin de disque...

Il l'a lu et m'a même fait ses commentaires dessus.  Pas entièrement convaincu, mais il a bien aimé.

Les livres trouvent toujours leurs lecteurs. ;)

@+ Prospéryne

2 commentaires:

  1. Il s'agit en effet que les personnages interpellent le lecteur. Que le lecteur se retrouve dans l'histoire, s'identifie, se reconnaisse, soit ému.
    Lire du théâtre c'est comme lire seulement des dialogues. C'est autre chose, là encore, si le lecteur y trouve son compte. Ça ne veut pas dire qu'il aimera Shakespeare. Le niveau de langage aussi intervient.

    RépondreSupprimer
  2. À mon humble avis, il s'agit avant tout de mettre en contact un livre et un lecteur potentiel et de laisser l'alchimie se faire. Quiconque lève le nez sur les livres ne sait pas ce qu'ils peuvent lui apporter.

    RépondreSupprimer