vendredi 11 novembre 2011

Comédie sentimentale pornographique de Jimmy Beaulieu

Comédie sentimentale pornographique  Jimmy Beaulieu  Collection Shampoing  Delcourt  285 pages

Résumé:
Corrine rejoint son chum Louis dans son tout nouvel hôtel sur la Côte-Nord.  Celle-ci se retrouve dans un état d'isolement complet pour faire suite à son projet d'écrire une bande dessinée.  Elle laisse à Québec son ex-copine qui se languit d'elle et finit dans les bras de sa boulangère.  Pendant ce temps, une autre de leurs amies lesbiennes console Martin Gariépy, l'auteur du livre sur lequel trippe Corrine et son chum.  Bref, le monde est petit et tout le monde semble y coucher avec tout le monde.

Critique:
Roman graphique.  Je le classe dans les bandes dessinées parce que le livre est fait de dessins et de phylactères, mais c'est tellement plus qu'une BD de 48 planches couleurs!  Le livre se lit comme un roman, mais un roman bâtit en image.  Comme le titre l'indique, la bande dessinée laisse une large place à la sexualité, mais on est pas dans la pornographie, le but n'est pas d'émoustiller le lecteur, à vraie dire, le sexe y est représenté comme étant quelque chose d'aussi normal que respirer et les personnages s'en donnent tout simplement à coeur joie!  Rien de pornographique donc, mais le titre provocateur permet au lecteur de ne pas être surpris à la lecture, ce qui est bien.  On suit donc les aventures de trentenaires, à la recherche d'amour, de sexe, mais pas de sens à leur vie, ça, ils en ont, mais étrangement, chacun de leur côté.  Le dessin est intéressant, le coup de crayon est particulier, très personnel et il y a peu de couleurs dans cette BD, un camaïeu de teintes dans la même veine qui change selon les situations et les éclairages.  C'est tout.  On parle beaucoup de sexe, peu d'amour, beaucoup de projets, mais pas de relation, bref, une BD à l'image des trentenaires d'aujourd'hui.  Ce qui n'est en rien négatif au contraire, bien que je ne me sois pas reconnue, j'ai beaucoup apprécié cette lecture.

Ma note: 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire