mercredi 5 octobre 2011

Prêtresses du sexe d'Alexandre Levine

Prêtresses du sexe  Alexandre Levine  Artalys  198 pages

Résumé:
Cléaridas a entendu parler des Prêtresses de Wellouma dans la nation voisine de la sienne.  Des femmes qui se donnent à des hommes, sortent de prostituées sacrées, afin d'accomplir le service de leur déesse.  Il se présente donc au temple où il est accepté comme compagnon d'une prêtresse, Ilouma, qui devient donc sa handaï.  Tout va bien, mais dans cet univers feutré de sexe et d'orgie, Cléaridas découvrira bien vite qu'une seule chose est vraiment taboue: l'amour.

Critique:
Premièrement, on s'en doutera bien en voyons le titre, ce livre est clairement un récit érotique.  Ce qui le rend particulier, c'est que l'histoire se passe à l'époque de la Grèce antique et l'on peut deviner à quelques éléments que Cléaridas est grec, mais le reste est fictif.  On entre donc dans le temple de Wellouma, la déesse de l'amour et de la fertilité.  Les scènes érotiques sont très bien racontées et l'auteur ne fait pas dans la fausse pudeur érotique: il nomme les choses telles qu'elles sont et ne donne pas dans la surenchère de vocabulaire pour éviter de dire pénis ou vagin.  Le livre est intéressant, mais justement dès que l'on s'éloigne des scènes de sexe, l'intrigue perd sérieusement du volume.  D'accord, Cléaridas tombe amoureux d'Ilouma au premier regard et ils vont vivre ensemble dès qu'elle aura quitté le temple de Wellouma après même pas 24 heures passés ensemble?  Un peu de sérieux SVP!!!!  J'ai vu plusieurs autres exemples comme ça qui manquait sérieusement de réalisme.  Et aussi, malheureusement, comme c'est une petite maison d'édition, plusieurs petites erreurs (nom de personnage pas les bons à certains endroits et autre petits trucs comme ça) parsèment le livre, rien de dérangeant, juste assez pour me faire tilter à quelques reprises.  Malgré tout, un bon livre qui fait passer un excellent moment.. euh, est-ce que je peux dire ça d'un livre de littérature érotique moi????

Ma note: 3.75/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire