mardi 18 octobre 2011

La fille fatiguée et la lecture

Salut!

Comme tout le monde ou presque sur cette planète, j'ai des passes ou je peine à me traîner hors du lit le matin et où rien ne me ferait plus plaisir que de me taper une petite sieste en pleine milieu de l'après-midi, clients dans la librairie ou non.  Dans ces périodes-là, je baille à longueur de journée et je cogne parfois des clous devant mon écran d'ordinateur.  Et la lecture dans ces moments-là?  Après tout, c'est quelque chose de forcément affecté non?

Ça dépend, j'ai deux réponses dans ces moments-là, soit je me mets à lire compulsivement, soit je ne lis plus du tout.  C'est tout l'un ou tout l'autre, pas de demi-mesure.  La fatigue là-dedans?  Ça m'oriente dans un sens ou dans un autre!

Que voulez-vous, il y a des moments où je suis archi-fatiguée, où je dormirais toute le temps et pourtant dès que j'ouvre un livre, tout disparaît, la fatigue, la longue liste de chose à faire, l'heure à ma montre, bref, tout, sauf le livre que je lis.  Suis-je en train de gaspiller mon temps, de perdre des heures de sommeil?  Ah ça non, pas du tout, parce que dans ces moments-là, la lecture est la bouffée d'oxygène qui me permet d'en faire plus, comme si ce petit moment me permettait de me réénergisée, de faire le plein, de me remettre sur le piton, bref, de tout oublier le reste et d'aller de l'avant.  Dans ces moments-là, la fatigue n'est en rien un obstacle, c'est au contraire quelque chose que j'oublie, au point où même si je cogne des clous, je ne lâche pas le livre et le lendemain, je ne vois pas de différences.  Entre se coucher tôt et lire, je lis et je me réveille avec plus d'énergie le lendemain.  Allez savoir pourquoi d'ailleurs!

À l'autre bout du spectre, il y a ces moments où je suis si fatiguée que la simple idée de lire me semble une corvée.  Un excellent livre m'attend?  On s'en fou, je suis trop fatiguée, on repassera!  Je peux faire des tas d'autre chose à moitié réveillée, mais la concentration nécessaire à la lecture est absolument absente de moi, impossible de faire en sorte de s'asseoir et de lire.  Tout plutôt que ça dans ces moments-là!  Quelle horreur!  Heureusement ça finit par passer, mais durant les quelques jours où ça arrive, ma dose quotidienne de mots prend le bord et impossible de passer outre!

Est-ce parce que les livres me plaisent moins que j'arrête ou je continue de lire?  Je n'ai pas l'impression.  Des fois, je décroche d'excellents livres et d'autres fois, je persiste à lire des livres qui me plaisent moins justement parce que ça me fait décrocher.  Il n'y a rien de logique là-dedans.  C'est tout l'un ou tout l'autre.  Étrange.  Et en même temps, ça fait tellement partie de ma vie de lectrice que je me dis que je suis comme ça, tout simplement, fatiguée ou pas, la lecture fera toujours partie de ma vie.

@+ Prospéryne

3 commentaires:

  1. L'automne, non? La lumière, la grisaille. Ou simple lassitude bien normale. Il m'arrive souvent de passer à côté de bons livres parce que je ne suis pas dans une période lecture, sans pour autant être fatiguée, juste pas la tête à ça. Tu as le droit de rouler au ralenti!
    (Félicitations pour ton "longueur de journée" et non pas "journée longue")

    RépondreSupprimer
  2. L'automne? Pourtant, c'est ma saison préférée! Peut-être, pas la bonne période aussi, mais certaines fois, c'est justement un livre qui me tient debout dans mes périodes de fatigue. C'est comme ça! Dans ces moments-là, je lirais «à longueur de journée» ;)

    RépondreSupprimer
  3. Etre fatiguée cela arrive à tout le monde sans que l'on sache réellement pourquoi. Que tu lises ou pas, le principal c'est que tu y trouves ton compte et que tu arrives à surmonter cette période. Bon courage :)

    RépondreSupprimer