mercredi 31 décembre 2014

2014: Un bilan

Salut!

Une autre année qui s'achève.  Une autre année de blogue, de lectures, d'aventures livresques et de tout le reste.  Une année qui s'achève avec beaucoup de changements aussi.  Ce qui s'est fortement répercuté sur le blogue, malheureusement.  Je crois qu'en quatre ans, je n'ai jamais été aussi inconstante que cet automne, merci de votre patience à tous!  Est-ce que j'espère que ça va s'améliorer pour 2015?  Oui, ça c'est sûr, mais je ne pense plus être capable de maintenir tant que ça le rythme effréné que je me suis imposée pendant des années.  Pas question d'arrêter, mais disons que je ne vais sans doute pas revenir avant un moment à mes cinq messages par semaine.

Ce n'est pas tant l'inspiration qui manque, mais l'énergie.  Le temps, je l'ai parfois, mais pas celui de me mettre à mon clavier pour pondre des billets, ça me demande à la fois du calme et de l'énergie (ou un bon verre de vin!) et bon, c'est variable dans le temps.  De sorte que si autrefois je me mettais à mon clavier le vendredi soir et que j'étais capable de pondre trois billets coups sur coups, là, c'est plus dur.  Pas de trouver les idées, non, plutôt de trouver le ton et le souffle.  La muse des blogueurs m'a semblé bien inconstante cette année.

Côté lecture, j'ai vraiment été dans toutes les directions, toutes les avenues, sans restriction aucune.  À mettre sur le côté marquant de l'année, L'échelle de Darwin de Greg Bear (auteur que j'avais découvert dans la série Halo¸et dont j'avais beaucoup aimé la plume).  De la SF très élaborée, plus science que fiction d'ailleurs ou l'art de mêler une théorie scientifique complexe à une intrigue drôlement bien ficelée.  Ça m'est resté dans la tête pendant un moment.  Autre belle découverte, Les ignorants d'Étienne Davodeaux sur l'initiation croisée entre la BD et la vigne, entre un débéiste et un vigneron.  Très belle histoire qui prouve que l'on a pas toujours besoin de course-poursuite pour avoir une très belle oeuvre littéraire et qu'à sa façon, la BD peut très bien mener à la littérature.  J'ai aussi adoré Les contes d'outre-tombe de Jacques Lamontagne, un bédéiste qui normalement, signe soit les scénarios, soit les dessins de ses BDs.  Ici, il a fait les deux, nous offrant un album qui sous forme de brèves BD, pratiquement des nouvelles en BD, rend un hommage au fantastique à l'ancienne.  Un petit bijou passé sous le radar.  Crimes à la librairie aura aussi été une lecture marquante, dans le sens où elle m'aura permis de découvrir tout plein de plumes québécoises de polar et... m'a donné envie de les lire.  Comme un plateau de canapés permettant de faire découvrir la saveur d'une bande d'auteurs d'ici extrêmement doué.  Une excellente chose quand on sait que le polar n'est pas ma tasse de thé au départ.

J'ai encore tâté du livre audio cette année, en pestant souvent au moment des choix parce que celui-ci est restreint quand on préfère les oeuvres en intégral.  Les condensés, pas trop pour moi.  À ce titre, quelle déception de découvrir en voyant la version papier d'un livre que l'on lit en audio qu'il devrait faire au moins le triple de ses six heures.  Grrr...  Je me suis tapée plusieurs livres numérique également, pas tant que ça, mais la Bête a servi.  Elle risque de servir encore en 2015!  J'ai intégré ces deux modes de lectures à mes habitudes et ça me donne des outils pour lire davantage.

Au fait, si l'énergie à consacrer au blogue a diminuer en 2014, celle à la lecture également.  Et puis, il faut le dire, je me suis trouvée une nouvelle drogue: les séries télés.  Comme grande bouffeuse de temps, ça vaut bien le diabolique catalogue de visages!  D'autant plus que quand on commence à en regarder, on tombe sur plein d'addict qui vous dise: mais tu devrais regarder ça, et ça, et ça.  Et au final, ça bouffe beaucoup de temps de lecture.  Autre chose, j'ai pris la mauvaise habitude d'aller lire juste avant d'aller dormir et là, phénomène qui ne m'était jamais arrivé avant, je me rends compte que certains soirs, j'ai totalement oublié ce que j'ai lu la veille!  Vraiment bizarre!

La dernière partie de l'année aura indéniablement été marquée par le Grand Défi de la littérature québécoise.  Je termine le premier tiers du défi avec 111 points, ce qui est quand même pas mal.  J'ai beaucoup réorienté mes lectures vers le québécois pour cette raison, mais ça a été en grande partie pour le mieux.  Plusieurs belles découvertes et j'ai même lu un recueil de poésie (fallait vraiment que ça compte pour les points pour que je fasse ça...)

Quand au plaisir?  J'ai abandonné relativement peu de livres, mais je me rends compte avec les années que les livres vraiment capable de me transporter se font plus rare et en deviennent d'autant plus précieux.  Avec la critique, les défis, je lis pour plein d'autres raisons que le plaisir et c'est un sens qu'il faut maintenir, sinon, trop de livres ordinaires à la file peuvent tuer le goût de lire.  C'est un risque qui guette tous les lecteurs gloutons comme moi, mais tout de même, c'est un point important à surveiller.

Donc, voilà pour 2014, ce soir, on défonce 2015 avec le sourire et le coeur prêt à accueillir toutes ces belles aventures et lectures qui arrivent.

Bonne année 2015 à tous!

@+ Mariane

4 commentaires:

  1. Bonne année 2015 Prospéryne! :) (et bon, on parlera pas des bloggeurs qui sont devenus moins constants cette année! :p Hihihihi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne année à toi aussi Gen! Et en effet, on ne parlera pas des blogueuses inconstantes! :P

      Supprimer