mercredi 13 août 2014

Je suis fière d'être québécoise...

Salut!

Hier avait lieu la journée, Le 12 août j'achète un livre québécois!  Un événement que j'applaudissais des deux mains.  Déjà sur ce cher Facebook, je surveillais attentivement l'ampleur que prenait le phénomène.  Et même si ce n'étais pas moi qui était sous les feux de la rampe, j'essayais d'encourager le mouvement de toutes les façons possibles, surtout en en parlant autour de moi.  Étant donné que je parle à beaucoup de libraires, c'était facile de leur faire connaître l'événement.  Sachez cependant que je n'ai fait que transmettre l'info: ce sont les libraires qui ont fait le reste du boulot!  Et ils ont très bien fait!

Je me suis pointée dans les différentes librairies sur ma route en ce magnifique (et collant!) mardi.  Il y avait quelque chose dans l'air, un petit frémissement, une excitation subtile, cette énergie que dégage les gens quand ils sont déterminés et qu'ils veulent quelque chose.  J'ai vu de mes yeux vus plusieurs personnes entrer en librairie et demander aux libraires un livre québécois.  Certains mentionnaient même l'événement.  De tous les libraires auquel j'ai pu parler, il y a eu une différence.  Variable selon les cas et tout le monde attend avant de se prononcer de manière définitive, mais l'effet a été sensible.  Et remarqué.

Comment dire comment je me sens à la suite d'une telle chose.  Que tant de gens, qui ne se connaissent pas, puissent agir ensemble pour faire un geste qui a une telle résonance?  Je trouve ça formidable.  C'est la magie des réseaux sociaux.

Je suis bien consciente que ce genre d'événement a des limites.  Que ce que l'on fait une journée dans l'enthousiasme n'a pas nécessairement d'échos à long terme.  Que de reproduire le tout peut être difficile.  Mais déjà, de faire bouger les gens et les amener à franchir le pas et à acheter un livre, à pousser la porte d'une librairie, ne serait-ce qu'à s'intéresser aux livres, dans un monde où nous sommes tous si sollicité, c'est déjà un exploit en soi.

Ce qui m'a fascinée le plus, c'est la diversité des livres qui ont été achetés.  En regardant défiler les photos des achats sur Facebook, on pouvait voir que certains livres revenaient souvent dans les achats (Geneviève Petersen doit avoir le sourire ce matin), mais que par ailleurs, tout le monde a trouvé pour ses goûts, selon ce qu'il souhaitait lire.  De l'essai, du polar, du roman, de l'album, du roman ado...  On trouvait de tout, tout, tout!  Preuve s'il en fallait une que notre production littéraire est riche et variée.  Je le savais depuis longtemps, maintenant, je croise les doigts pour que les sceptiques soient enfin confondus.

En écoutant parler Patrice Cazeault au 98,5 en pleine matinée, heure de grande écoute, parler de l'événement, entendre les auditeurs appeler pour faire des suggestions ou demander des conseils, c'était fascinant.  Voir des articles dans les journaux, entendre des reportages aux bulletins radiophoniques, savoir que cela passe à la télé (même si je ne regarde pas la télé!), c'est... hallucinant!  Je me bats depuis longtemps pour le livre au Québec, pour faire connaître nos auteurs et de voir que l'on en parle enfin, même si ce n'est que pour une journée...  ça me donne de l'énergie pour les 364 autres!

Merci infiniment à Patrice Cazeault et à Amélie Dubé pour cette excellente initiative, pour le temps qu'ils y ont investi et pour leur professionnalisme dans leur énergie à défendre leur événement.  Merci à tous ceux qui y ont participé.  Merci aux nombreux libraires qui se sont impliqués.  Merci à tous d'avoir fait du 12 août une si belle journée.

Et maintenant, bonne lecture!

@+ Mariane

P.S.  Mais ce n'est pas fini hein!  Le Grand défi de la littérature québécoise s'en vient!  À suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire