vendredi 29 août 2014

C'est trop compliqué!

Salut!

S'il y a bien une constante, c'est que souvent, les chose que l'on a jamais faite peuvent nous paraître effrayante ou difficile.  En jiu-jitsu, souvent, on regarde des combattants avec plus d'expérience et on se dit, mais comment ils font???  Pourtant, quand on leur demande, ça paraît si simple, si facile!  Ce ne l'est peut-être pas au départ, mais ça l'est devenu.  Le chemin à parcourir est souvent difficile, mais un bon grappler vous dira que ce n'est pas si compliqué, qu'il suffit d'essayer.  C'est la même chose pour les livres.

Par exemple, me revenait en tête les livres de Arthur C. Clark.  Ce sont des classiques de la SF et en entendant le mot classique, beaucoup de gens vont grimacer en se disant intérieurement: compliqué.  J'ai ouvert ce bouquin à un âge où bon nombre de gens se serait dit que ce n'était pas de mon âge.  Et pourtant, j'ai été surprise par la simplicité du livre.  Le sujet était complexe, mais la prose de l'auteur la servait admirablement bien.  J'ai lu ce livre avidement.  Ce n'est que plus tard que l'on m'a dit que les livres de cet auteur était considéré comme «difficile».  Je ne l'aurais jamais pensé.  Si on m'avait dit que c'était compliqué avant, j'aurais sans doute hésité, mais comme ce n'était pas le cas, j'ai plongé.  Combien de lectures aurais-je évité si j'avais écouté ces oiseaux de mauvais augure?

Tout peut paraître complexe avant d'essayer.  Tout.  Et d'autant plus quand ça nous fait peur.  S'attaquer à un auteur qui possède un aura de virtuose dans son domaine peut effrayer, voir repousser quelqu'un.  Ou l'attiser, c'est selon les caractères.  Ça peut paraître un défi, ce ne l'est pas toujours.  La complexité, c'est avant tout une question de perception.

Par contre, il y a des auteurs dont je sais qu'ils sont complexes.  Non pas que je ne les aimes pas, bien au contraire souvent.  Ces auteurs sont merveilleux, mais il m'arrive souvent de repousser leur lecture parce ce que je sais qu'elle sera plus exigeante.  Plus demandante.  Ce n'est pas un défaut, souvent la carotte de fierté personnelle que nous vaut la lecture d'un de ses auteurs vaut largement l'effort.  Ce sont des auteurs qui demandent que l'on se concentre sur leur livre, qui nous demandent de les laisser tisser leur toile de façon encore plus complexe.  Ce n'est pas nécessairement compliqué, c'est exigeant.  Les plus beaux cadeaux nous viennent de ce qui nous a demandé un effort.  La lecture n'est pas dans un domaine à part.

Certes, si vous vous lancez demain dans un livre de Platon, vous vous en mordrez les doigts.  Parce qu'avant d'aborder certains livres, certains thèmes, il vous mieux s'entraîner.  On ne demande pas à un enfant d'écrire en lettre attachée en octobre, pourquoi demanderait-on à un lecteur d'enchaîner les lectures plus demandantes?  Graduer le niveau de lecture est comme à l'entraînement en jiu: on commence par apprendre les mouvements de base, ensuite, on apprend à les mélanger et ainsi, on habitue notre esprit à tracer ces fines lignes qui font en sorte que l'on comprenne mieux à la fois le mouvement et comment bien l'utiliser en action.  C'est comme en lecture: on lit, on apprend, on lit autre chose, on fait des liens, on comprend, on approfondit.  Et ainsi de suite.  Tout comme en arts martiaux, l'esprit s'aiguise si on l'utilise.  Mais il ne faut pas rester trop loin de l'entraînement longtemps! ;)

Je vous le dit, rien n'est vraiment compliqué.  Il faut juste prendre le temps parfois, de passer par certaines étapes avant d'atteindre le summum.  Et ne pas s'en vouloir si on est pas capable.  Il y aura toujours une prochaine fois! ;)  Au fait, lire des livres plus abordable entre temps n'est pas un crime: il faut toujours réviser sa base, meilleure elle est, plus facile est l'atteinte des sommets!

@+ Mariane

4 commentaires:

  1. Il y a des périodes de notre vie où l'on a besoin de livres faciles mais pour les trouver faciles, faut en avoir lus des exigeants.

    Mon dernier en lice difficile "La patience des fantômes" de Rachel Leclerc et mon dernier facile "La vie épicée de Charlotte Lavigne" tome 2.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Venise, on ne trouve les choses faciles que lorsque que l'on a connu plus dur! :)

      Supprimer
  2. Ah tiens, amusant de lire que je ne suis plus la seule à faire des comparaisons avec les arts martiaux! ;) Et celle-ci est judicieuse en plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Gen, heureuse d'avoir de tes nouvelles! C'est une comparaison qui m'est venu à force de regarder une phrase qui revient souvent: Ça ne devient jamais facile, vous devenez juste meilleur. C'est très vraie en jiu, je le constate encore plus depuis les dernières semaines. Je me suis dit que ça s'appliquait également à la lecture! :) Et comment va Éliane?

      Supprimer