mercredi 20 août 2014

Je sens que je vais adorer cet auteur...

Salut!

Je ne sais pas pour vous, mais il m'est déjà arrivé de tomber sur un auteur que je ne connais de nulle part et me dire: celui-là, je vais l'adorer.  Ça n'est aucun rapport avec le style, ça n'a aucun rapport avec le passé de l'auteur, c'est quelque chose de chimique, voir d'alchimique.  Je lis un résumé, je vois des commentaires sur un auteur et là, paf!  Je sais  que je vais aimer cet auteur.  Ça n'a rien de logique, c'est pourquoi je pense que c'est plus proche de l'alchimie qu'autre chose.

Vous savez, je n'ai jamais lu Edith Wharton.  Et pourtant, je sens que je vais l'aimer.  J'ai quelques-uns de ses livres à la maison.  Je ne me suis pas encore lancée, mais mon petit doigt ou je ne sais quoi me dit que je vais adorer ses romans, son écriture, quelque chose dans ses livres qui fait que son oeuvre est ce qu'elle est.

Je ne lance dans cette idée au hasard vous savez!  Je l'ai déjà testée!  Avant d'ouvrir la première page du premier livre de Stefan Zweig que j'ai lu, je savais que j'allais l'aimer.  Je savais que cet auteur avait quelque chose à m'apporter, quelque chose pour me faire tripper.  Et ça a été le cas.  J'ai littéralement adoré Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.  J'ai lu plusieurs autres de ses livres depuis.  J'aime la façon dont ces auteur explore les tréfonds de l'âme humaine, féminine en particulier.  Il y a dans ses livres un souffle, un style, une précision que j'ai tout de suite apprécié.  Il reste dans les auteurs que j'aime lire et en garder quelques-uns pour la suite des choses parce qu'une fois tous leurs livres lus...  Ben, il n'y en aura plus!

Ce n'est pas scientifique non plus, j'ai lu Arthur Schnitzler en m'attendant au même résultat et ça a été plutôt mitigé.  Trop de brume dans ces écrits, trop rêveur.  Et pourtant, il faisait parti de ceux dont je me disais à l'avance que j'allais tripper!  Oui et non à la fois.  J'ai bien aimé, mais ça n'a pas été un succès total en même temps.

Avoir un coup de foudre pour un auteur que je n'ai pas lu n'est pas la seule façon de découvrir de nouveaux auteurs.  La majorité du temps, je suis comme tout le monde, je prends un livre et j'attends la découverte.  C'est comme ça que j'ai fait la connaissance de la majorité des auteurs que je veux lire et relire.  C'est l'exception plutôt que la règle, mais c'est une belle exception.

@+ Mariane

2 commentaires:

  1. J'ai eu le même coup de foudre pour Zweig! (D'ailleurs, dommage qu'il ne soit pas Québécois, lui.)

    RépondreSupprimer