jeudi 7 août 2014

Crimes à la librairie

Crimes à la librairie  Collectif  Druide 333 pages



Résumé:
Seize nouvelles écrites par des auteurs québécois de polars et ayant tous un point en commun: un meurtre a lieu dans la librairie...

Mon avis:
Pour tous ceux qui voudraient avoir une bonne idée de ce qui se fait dans le polar québécois, ce livre est un petit bijoux.  Les seize nouvelles de ce recueil donnent une excellente idée des différents genres et styles de ce qui se fait dans notre Belle Province.  Du noir horrifique d'Ariane Gélinas à l'enquêteur de la Sûreté du Québec de Richard Ste-Marie, tous les styles se confondent.  J'ai fait plusieurs très très belles découvertes, des auteurs dont je me suis dit à la lecture de leurs nouvelles, Ah, mais oui, ça a l'air très bien ça, je devrais lire leurs livres (Pour ceux qui me connaissent, je passe mon temps à dire tout le temps que je n'aime pas le polar...)  Certaines nouvelles m'ont moins plu, celle de Chrystine Brouillet par exemple.  J'avais l'impression qu'il n'y avait pas d'intrigue dans sa nouvelle, tout se concluait trop rapidement.  Je reste néanmoins sur l'impression que c'est bien davantage le fait que la nouvelle ne lui convienne pas comme format d'écriture qu'un problème avec l'auteur elle-même parce que je m'étais fait la même réflexion avec une autre de ses nouvelles il y a quelques années.  Patrick Senécal est égal à lui-même, excellent, toujours avec sa petite touche personnelle.  J'ai redécouvert avec plaisir la plume de Benoît Bouthillette et apprécié à sa juste valeur celle de Richard Ste-Marie.  Plusieurs auteurs ont été des totales découvertes, comme Geneviève Lefebvre, dont l'enquêteuse survivante du génocide au Rwanda avait à la fois du punch et un flair formidable, le tout en peu de mots.  Plusieurs auteurs ont choisis de mettre en scène leur enquêteur récurent, ce qui est une bonne idée parce qu'ainsi, on pouvait les découvrir.  J'ai aussi beaucoup apprécié le texte joint aux nouvelles, expliquant le cheminement des auteurs ainsi que quelques mots sur leurs techniques d'écriture.  C'était bref, mais très intéressant.

Bon, pour ce qui est de la librairie...  Les auteurs ont été dans toutes les directions à ce sujet.  Des méga-chaînes aux petites librairies tranquilles, tous les styles et tous les genres sont représentés.  Même les bouquineries.  Beaucoup d'auteurs ont exploré les défis et les débats auquel le milieu fait face.  J'ai particulièrement aimé à ce sujet la nouvelle de Robert Soulières, la mieux ancrées dans la réalité, la plus proche de la vie actuelle de libraire.  Les autres jouaient dans des tonalités diverses dans une librairie fantasmée ou mal connue, ce qui ne constitue en rien un handicap, sauf évidemment pour moi qui connaît bien le milieu! ;)  Ce qui donne une idée de la façon dont les gens perçoivent la librairie.  J'ai peu vu de la question du conseil, si importante dans les librairies, abordée, mais ceci est un détail.  J'aurais juste aimé voir une libraire conseiller à ces clients un livre, sachant que c'était le dernier qu'ils allaient lire puisqu'elle allait les tuer...  Bon, je laisse aller mon imagination ici!  J'ai adoré ce recueil intelligent, bien fait, avec beaucoup de diversité et qui donne envie de se plonger dans les polars d'ici.

Ma note: 4.5/5

8 commentaires:

  1. J'ai bien aimé ce recueil moi aussi! (quoique j'ai dû batailler fort contre le pincement de jalousie de type "pourquoi je suis pas au sommaire moi?" lol! ;) En effet, on y découvre de belles plumes... et on remarque que certains auteurs sont vraiment pas à leur aise dans le format "nouvelle".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis posée la même question à propos de deux-trois auteurs... En autre, il aurait été intéressant de voir Louise Penny au sommaire (même si elle écrit en anglais). Et toi. Et un paquet d'autres auteurs. Je comprends qu'on aie voulu mettre en valeur de belles plumes policières déjà existantes, mais faire un mélange entres auteurs de la relève et d'expérience aurait été une bonne idée. Un autre recueil, sur un autre thème, mais avec la même idée de base? Ce serait très intéressant!

      Supprimer
  2. Je pense que le directeur de l'anthologie y songe. (J'espère arriver à me glisser au sommaire cette fois... Parce que oui, mélanger des auteurs de la relève avec des gros noms, c'est le meilleur moyen de nous faire connaître!)

    RépondreSupprimer
  3. Et j'aime BEAUCOUP ton idée de la libraire qui conseille un "dernier livre du condamné" à ses clients! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une petite idée en l'air comme ça ;) J'ai remarqué que même si les crimes se passaient dans une librairie, la plupart des auteurs n'ont pas tant mis en valeur le métier de libraire comme tel, alors je me suis dit que ce serait une très bonne idée de voir un libraire choisir le dernier livre que les gens vont acheter (ou lire, c'est selon). Tsé, des fois, en tant que libraire, il y a des clients que tu veux tuer... :P

      Supprimer
  4. Je crois que j'ai mon livre du 12 août (quoique j'en achète plus qu'un par année des livres québécois). Juste dommage que je doive le commander et que je ne puisse l'acheter en personne. Mais bon, je vais passer par le site d'un libraire québécois au moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente idée cher ami! En effet, la durée de vie des livres en librairie est trop courte, mais toutes les bonnes librairies offrent la commande, donc, on peut quand même y avoir accès. C'est pas parfait, mais c'est déjà ça.

      Supprimer
  5. @Pierre-Luc : Ah oui, je te confirme (selon ce que je sais de tes goûts) tu vas aimer! :)

    RépondreSupprimer