jeudi 12 juin 2014

MetaMaus d'Art Spiegelman

MetaMaus  Art Spiegelman  Flammarion  294 pages



Résumé:
Quand on est un auteur de BD et que l'on gagne un Prix Pulitzer, surtout sur un sujet sensible comme l'Holocauste, on s'attire forcément des questions.  Depuis 25 ans, Art Spiegelman, l'auteur du célébrissime Maus s'en aie souvent fait poser... et souvent les mêmes.  Il répond donc ici en long et en large aux plus fréquentes, question d'enfin passer à autre chose.

Mon avis:
Ce livre, c'est une plongée dans l'art de faire de la bande dessinée, de la raconter, d'utiliser son langage.  Art Spiegelman s'y livre avec une grande simplicité, dans une grande entrevue où l'on reprend les grandes lignes des questions qui lui sont inlassablement posées depuis la sortie de Maus et le Pulitzer (largement mérité) que ça a suivi.  (Pourquoi l'Holocauste?  Pourquoi des souris?  Pourquoi la BD?)  On sent que l'auteur, après avoir passé des années à rédiger son oeuvre, en a plus qu'assez de répondre à des questions sur celle-ci.  Et donc, il préfère y aller en profondeur une seule fois plutôt que de répéter ad nauseam.  Pour notre plus grand plaisir.  C'est extrêmement intéressant.  À la lecture de Maus, tout s'enfile sans problème, mais on comprend à la lecture de Metamaus à quel point chaque plan est pensé, combien de recherches ont demandé la rédaction de ce livre et quelles sont les astuces par lesquelles il a comblé les trous de ce qu'il ne savait pas ou de ce à quoi il ne pouvait apporter une réponse simple.  Le texte est livré sous forme de texte continent, mais entouré de dizaines d'extraits de Maus, de manuscrits, de notes et de croquis, éclairant ses propos.  Que de questionnements pour bien représenter la réalité!  On découvre un artiste humble, mais minutieux, travailleur et déterminé.  Pour être fidèle au récit de son père, mais aussi aux autres témoignages sur les camps de concentration.  Parce que son père n'a pas tout vu, nécessairement.  Toute l'horreur du système concentrationnaire nazi ne peut être réduit à l'expérience d'une seule personne.  Le récit est centré autant sur l'auteur et l'impact que la rédaction de Maus a eu sur lui que sur des questions purement techniques.  J'avoue que j'y étais par moment un peu perdue, mais cela reste quand même accessible à quiconque a un minimum de connaissance en BD.  Par contre, les dessinateurs et les scénaristes de BD risquent d'en profiter plus que moi!  J'ai beaucoup aimé aussi que l'on y fasse parler Françoise Mouly, son épouse, ainsi que ses enfants, sa fille Nadja et son fils Dash, qui n'ont pas connu leur grand-père Vladek, mais qui ont connu les échos de Maus bien sûr.  Un seul trou: on ne fait pas mention du Pulitzer, pourtant ce prix a dû avoir un impact certain sur la carrière internationale de Maus, puisque c'était la première fois qu'un prix était d'une telle importance était remis à une bande dessinée.  J'aurais bien aimé pouvoir poser la question à l'auteur.  D'autant plus qu'avec ce livre, il voulait mettre un point final à l'aventure!

Ma note: 4.25/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire