mercredi 11 juin 2014

Les romans inspirés de rêves

Salut!

Pour quiconque n'est pas au courant, Fascination est inspiré d'un rêve fait par Stephenie Meyer.  Les fans étant ce qu'ils sont et le phénomène Twilight ayant été ce qu'il a été, on connaît même la date exacte de ce rêve: 2 juin 2003.  C'est là que la future auteure, mère de famille ayant étudié en littérature mais sans connaissance spécifique de l'écriture, a rêvé d'un vampire et d'une humaine s'aimant malgré tous les obstacles.  Son rêve lui a rapporté beaucoup, il faut le dire et il est sans doute à l'origine de nombres de rêves érotiques parmi les jeunes fans de la série.

Le rêve est une source d'inspiration pour de nombreux auteurs.   Nombreux sont ceux qui se sont levés avec une idée surgie parmi les brumes de leurs élucubrations nocturnes et l'ont mise sur le papier.  Un rêve, c'est une idée qui nous vient et dont on se souvient au réveil.  Tous les rêves ne peuvent servir d'idée de base à une bonne histoire.  Et, soyons honnête: du rêve au roman, il y a une large marche.  Aucun auteur ne s'est levé le matin en se disant: ah, ah!  J'ai eu un rêve génial!  J'ai juste à l'écrire et ce sera un roman!  En tout cas, si c'est le cas, je n'en aie jamais entendu parler.  Mais l'étincelle, l'idée, elle  oui, elle peut jaillir d'un rêve.  Quand on dort, les rênes de notre conscient sont déliées et les associations sont libres de se faire dans un ordre qu'éveillés, on ne ferait sans doute pas.  C'est une source d'inspiration, la capacité de notre esprit de voir des éléments réels d'une façon différente.

Reste encore à les noter.  Les rêves ont ceci de capricieux qu'ils nous fuient souvent au réveil!  Il faut prendre l'habitude de les noter.  Quand on le fait (oui, ça m'est déjà arrivé!), on se rend compte que l'on se souvient de bien plus de détails que l'on ne le pensait au départ.  Des images et des impressions fugaces prennent de la consistance.  Cependant, les rêves ne sont jamais aussi clair et précis que la réalité et la part de mystère et de brume de ceux-ci demande à être éclaircie.  Il faut alors que l'auteur parte des quelques lambeaux épars de sa vision nocturne pour mieux la retravailler comme on cisèle un cristal, pour mieux la renforcer dans ses zones troubles et la transporter dans un récit qui emmènera les lecteurs dans un texte clair, net et précis.

Un cas extrême, Arthur Schnitzler, a écrit un journal dans lequel il a noté ses rêves pendant pratiquement toute sa vie d'adulte!  L'une de ses nouvelles les plus célèbre est justement intitulée La nouvelle rêvée et fait référence à cette réalité perdue dans les brumes entre le sommeil et l'éveil, mais qui paraissent parfois si réalistes.  Oui, elle est inspirée d'un rêve, mais l'auteur a mis près de 17 ans à l'achever ensuite, ce qui prouve que du rêve à la réalité, il n'y a pas qu'un pas!  H.P. Lovecraft est aussi connu pour s'être inspiré de certains de ses rêves pour écrire ses nouvelles.  C'est d'autant plus inquiétant que les univers de celui-ci sont plutôt macabres et plongés dans l'horreur!  Il ne devait pas avoir des nuits très tranquille celui-là.  Surtout quand on pense à des créatures comme Cthulhu...

Bon nombres d'auteurs mentionnent souvent un rêve comme point de départ d'un projet.  Si leurs rêves créent l'étincelle, et on peut en être qu'heureux, le texte final est bien souvent très différent de sa version onirique.  La création se nourrit d'idées et celles-ci peuvent venir d'une multitude de sources, rêve inclus.  Néanmoins, c'est la volonté d'écrire et de faire jaillir une histoire qui permet à l'auteur de réussir à terminer sa nouvelle ou son livre.  Rien de plus, rien de moins.  C'est bien plus difficile dans la réalité que dans les rêves souvent...

@+ Mariane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire