lundi 4 février 2013

Le procès

-Mesdames, Messieurs, veuillez vous lever pour accueillir M. le Juge!

Tâches ménagères bondit aussitôt sur ses pieds,  Télévision se remit mollement sur ses jambes comme un pauvre type qui a passé des heures écrasé sur un divan et Facebook regarda la salle en saluant ses innombrables amis.  Un huissier tapa sur l'épaule de Jeux vidéo pour lui faire comprendre qu'il devait se lever, mais ça ne l'empêcha pas de garder les yeux fixés sur son BlackBerry et sa partie d'Angry Birds.  Quand au Chien, personne ne s'offusqua qu'il reste assit, ni qu'il accueille le juge d'un jappement joyeux.

-Vous pouvez vous asseoir.

Le brouhaha des gens en train de s'asseoir ne dura que le temps pour le Juge d'étaler ses papiers devant lui.  Il leva ensuite les yeux vers le Procureur.

-Êtes-vous prêts à nous présenter les faits M. le Procureur?

-Oui votre honneur.

Le Procureur se leva bien droit, fier de son rôle et convaincu de son importance.  Il regarda intensément les accusés en les couvrant d'un regard brûlant.

-M. le Juge, les accusés ici présent sont conjointement et personnellement accusés de voler du temps à Lecture ici présent et par le fait même, à empêcher son plein épanouissement!

Une rumeur courue parmi l'assistance en entendant cette lourde accusation.  Assis au premier rang, Lecture se mit à sangloter.

Le Juge hocha la tête en entendant les accusations et pris une note. 

-Veuillez procéder M. le Procureur.

-Tâches ménagères, vous êtes appelée à la barre!

Tâches ménagères s'y présenta, cachant un torchon à vaisselle dans sa poche arrière et chaussette sale dans son sac à main.

-Veuillez vous présenter à la cours et indiquer quelles sont vos fonctions.

-Je suis Tâches ménagères.  Je suis responsable de laver les vêtements et la vaisselle sale, de passer l'aspirateur, de faire la cuisine et de veiller à ce que la propreté générale du logement reste dans les limites du convenable.

Le Procureur ricana.

-Combien de temps par semaine exigent vos fonctions?

-Ma foi, je ne sais pas trop, peut-être une dizaine, voire, une quinzaine d'heures au moins.

-Une quinzaine d'heures!, éructa le Procureur.

Il franchit la courte distance le séparant de Tâches ménagères en faisant claquer ses talons sur le sol en bois vernis.

-Vous voulez dire que pendant quinze heures par semaine, vous privez volontairement Lecture d'un temps essentiel à son épanouissement?

Lecture sanglota de plus bel.

Tâches ménagères se recroquevilla sur elle-même en se tordant les mains, bien sûr encore enveloppées dans des gants en caoutchouc jaune.

-Euh, oui...

-Pourquoi?, hurla le Procureur.

Bien que le souffle du Procureur ne soit pas si puissant, tout le monde eu l'impression de voir les cheveux de Tâches ménagères reculer comme sous une brise en entendant les mots de l'homme de loi.

Tâches ménagères se rajusta sur sa chaise et repris contenance.

-C'est absolument nécessaire et même indispensable.

-En quoi?

Ses cheveux semblèrent à nouveau bouger.

-Sans moi, le lieu de vie de Lecture serait sale et puant, il ne pourrait jamais manger à sa fin faute de vaisselle, ni s'habiller le matin car il n'aurait pas de vêtements propres.  Les planchers seraient recouverts de saletés, qui en entrant en contact avec les livres, les abîmeraient.  En plus, Lecture ne pourrait plus vaquer à ses occupations tranquille à cause de toutes les mauvaises odeurs qui régneraient dans la pièce.  

Elle hocha la tête alors que le visage du Procureur devenait écarlate.

-Mon rôle n'est peut-être pas très glorieux, mais il est essentiel M. le Procureur, et croyez-moi, je ne souhaite pas le moins du monde voler de son précieux temps à Lecture, il est mon ami et je souhaite sincèrement son épanouissement, comme tout le monde ici présent.

Télévision bailla violemment en entendant parler sa coaccusée.  Celle-ci lui lança un regard noir avant de se tourner vers le Juge.

-Je ne suis coupable de rien M. le Juge, peut-être suis-je un peu envahissante, mais la vie de Lecture ne pourrait être sans moi.

-Avez-vous d'autres questions pour l'accusée M. le Procureur?

-Non votre honneur, répondit le Procureur, ébranlé par les déclarations fracassantes de Tâches ménagères.

Avec un petit sourire satisfait, Tâches ménagères se leva et retourna s'asseoir, rajustant au passage la vadrouille appuyée sur sa chaise pour l'empêcher de tomber. 

Le Procureur consulta un instant ses notes et eu un petit signe de tête pour le Juge.

-Télévision, présentez-vous à la barre.

Télévision se déplia lentement et réussit péniblement à se mettre debout.  Un huissier dû l'aider à se rendre à la barre tellement il était mou.  

-Veuillez vous présenter et décrire vos fonctions.

-Je suis Télévision, répondit-il en s'installant de manière confortable sur l'inconfortable chaise droite.

-Vos fonctions?

-Ben divertir et informer.

-Divertir et informer?, repris le Procureur d'un ton sec.

-Ben, oui!

-N'est-ce pas également des tâches dévolues à Lecture?

Télévision s'étira le coup pour regarder le sanglotant Lecture devant lequel s'accumulait une montagne de mouchoirs utilisés.

-Il peut pas tout faire tout seul!

-Ah vraiment, vous en êtes sûr?

Télévision se redressa autant qu'il put pour faire face au Procureur.

-Écoutez bien vous, moi, j'offre, c'est tout.  Je suis une source infinie de connaissances, de documentaires, d'émissions d'informations et surtout, j'ai de la musique en prime.

Il sourit triomphalement.

-Du côté des divertissements, j'ai là-aussi une offre inégalable.  J'ai des tas de séries télés, des films, des émissions de variétés et même des rediffusions de spectacles et de théâtres.  Ok, tout ça prend du temps, j'en conviens, mais j'offre de la qualité, alors ne me dite pas que je vaux moins que Lecture!

Le Procureur s'avança lentement vers lui et s'appuya sur la barre qui le séparait du témoin.

-Et Occupation Double?

Télévision pâlit.

-Ouais, y'a ça, c'est sûr, mais c'est juste une émi...

-Et Loft Story?

Télévision déglutit.  Le Procureur sourit comme un requin, préparant le coup de grâce.

-Et Call T.V.?

Télévision perdit le peu de rigidité qu'il avait dans son corps et s'affaissa sur sa chaise.

-J'ai fini avec l'accusé M. le Juge, lança le Procureur en se retournant.

On fit venir un fauteuil roulant pour ramener Télévision tout décrépit à sa chaise.

-J'appelle Facebook à la barre!

Facebook se leva et tout sourire et alla s'asseoir à la barre.

-J'aime!

-Bonjour Facebook!

-Bonjour M. le Procureur!

-Veuillez vous présentez et décrire vos fonctions je vous prie.

-Je suis Facebook!  Je permets à tous les amis de Lecture de se connecter entre eux!  J'aime!, ajouta-t-il en levant un pouce en l'air.

-J'aime!, lança la foule en coeur à sa suite.

-En quoi cette connexion est-elle utile à Lecture?

-Elle permet à tous ses amis, dont moi, de discuter des livres qu'il lit!  J'aime!

-Intéressant, dit le Procureur en hochant la tête, et combien de temps cela demande-t-il par semaine?

-Bah, je sais pas, ça dépend du temps que les gens veulent y mettre quoi!  Et du nombre d'amis!  Hé, il y a des amis de Lecture dans le fond de la salle!  Salut Patrick Senécal Privé, Salut India Desjardins Complet désolé, Salut Stéphane Dompierre Complet!  J'aime!

Le Procureur le couvrit d'un regard froid.

-Vous dites que vous êtes utiles pour parler des livres lus, mais non pour les lire n'est-ce pas?

-Exactement!  J'aime!

-Ne s'agirait-il pas là d'un cas de détournement, Facebook?

Le sourire de ce dernier perdit soudainement de sa conviction.

-Euh, ben, je sais pas.

-C'est comme quand on parle d'un pique-nique.  On en parle, mais on ne le fait pas et ce faisant, on prend du temps réservé au pique-nique pour en parler.

Facebook s'agita sur sa chaise.

-J'aime pas.

-Vous pouvez retourner vous asseoir.

Le Procureur s'accorda un instant de satisfaction en remettant en place sa cravate.  La montagne de mouchoirs utilisés atteignaient maintenant les genoux de Lecture toujours en pleurs.

-Jeux vidéos, veillez vous présentez à la barre.

-Minute, je complète mon niveau!

Le Procureur lui lança un regard courroucé.

-Jeux vidéos, vous êtes priez de vous présenter à la barre immédiatement.  

Seul un cliquetis et le regard fixe et avide de Jeux vidéos accompagna le silence glacial suivant les paroles du Procureur.  Celui-ci respira rageusement et arracha le BlackBerry des mains de Jeux vidéos.

-Hé!, paniqua Jeux vidéos.

-À la barre Jeux vidéos!

Il traîna ses Converses et ses pantalons trop grands vers celle-ci et s'assit en se tortillant comme un gamin pris en faute.

-Veuillez vous présenter et décrire vos fonctions.

-Je suis Jeux vidéos.

-Et vos fonctions?

-Ben, euh, divertir?

-N'est-ce pas une fonction destinée à Lecture?

-C'est possible, je lis jamais.

Un murmure d'horreur traversa la salle.

-Jamais?

-Ben à part les dialogues qui s'affichent sur l'écran, non, jamais.

-Donc, vous volez sciemment du temps précieux et nécessaire à l'épanouissement de Lecture pour votre propre compte?

Jeux vidéo se tortilla de plus bel.

-Ben, je sais pas, c'est possible.

-Votre honneur, l'accusé a avoué!

Un tonnerre d'applaudissement s'éleva de l'audience.

-Je peux ravoir mon BlackBerry? lança Jeux vidéos.

Le Procureur le lui rendit et Jeux vidéos retourna promptement à sa chaise en jurant parce que le Procureur lui avait fait manquer un niveau.

-Chien, venez à la barre je vous prie.

Chien resta à sa place en haletant joyeusement.

-Chien, à la barre!, ordonna le Juge.

Aussitôt dit, Chien lança un petit aboiement joyeux et s'avança en trottinant.  Il grimpa sur la chaise et s'y assit en remuant la queue.

-Votre Honneur, puis-je sauter la présentation et les fonctions de Chien s'il vous plaît?

-Je vous en prie M. le Procureur.

-Chien, est-il vrai que vous volez sciemment du temps à Lecture par vos demandes constantes pour aller dehors, aller prendre une marche ou encore jouer à la balle?

-Wouf!

La salle éclata de rire.  Le Procureur, nerveux, ajusta sa cravate.  

-Vous êtes conscient que les accusations qui pèsent contre vous sont graves n'est-ce pas?

-Wouf!

Nouveaux rires en provenance de la salle.  Le Procureur s'avança vers Chien et se pencha même par-dessus la barre pour mieux lui faire face.  

-Avez-vous, oui ou non, sciemment volé du temps à Lecture?

Chien étira le coup et lui lécha le nez.

Le Procureur recula en jurant et tira son mouchoir de sa poche pour essuyer son nez sous les rires de l'assistance.  

-Hum, M. le Procureur, dit le Juge, je crois que Chien n'est pas en mesure de comprendre vos questions et de bien y répondre.  

Le Procureur grommela et fit signe à Chien de retourner à sa place.  Celui-ci leva la patte gauche et la tendit au Procureur.

-Non, pas DONNER la patte, RETOURNER à sa place, s'exaspéra-t-il alors que l'audience s'écroulait de rire sauf Lecture maintenant presque engloutit sous ses mouchoirs humides de larmes.

Chien le regarda sans comprendre.  À ce moment, un huissier déposa un bol remplit de croquettes sur sa chaise.  Il n'en fallut pas plus pour qu'il retourne sagement à sa place.

Le Procureur s'adressa au Juge.

-Vous avez vu les faits votre Honneur, à vous maintenant de rendre une décision.

Et le Procureur, très digne, retourna s'asseoir.

Le Juge consulta ses notes et se tourna vers les accusés.

-Tâches ménagères, veillez vous levez.

Tâches ménagères leva les yeux de la chaussette qu'elle était en train de repriser et se leva en faisant tomber sa boîte à épingle.

-Tâches ménagères, vous avez su démontrer lors de votre passage à la barre que vous n'avez aucune mauvaise intention envers Lecture et donc, cette cours, en tenant compte de ces circonstances atténuantes, la cours vous relaxe de toute accusation.

-Ah génial!, se réjouit Tâches ménagères.  Je peux aller préparer le souper?

-Bien sûr, répondit le juge.

Elle s'empressa de quitter la salle.  Le Procureur s'agita sur sa chaise, mais ne dit rien.

-Facebook et Jeux vidéos, veuillez vous lever, Télévision, vous pouvez rester assis.

Télévision lança un regard débordant de reconnaissance au Juge tandis que Facebook se levait et que Jeux vidéos se faisait de nouveau rappeler à l'ordre par le huissier.

-Télévision, Facebook et Jeux vidéos, cette cours a su démontrer hors de tout doute que votre comportement causait un préjudice grave à Lecture ici présent.

On entendait toujours les sanglots sous la montagne de mouchoirs blancs et frippés, rappelant à tous que Lecture était toujours là.

-Je vous condamne donc à l'obligation de lire un minimum de deux heures par semaine, par solidarité avec Lecture.

-Quoi, mais non, un livre, c'est trop lourd, je vais me briser quelque chose!, protesta Télévision.

-On peut le faire avec des amis?, demanda Facebook.

-Ou sur un IPad?, ajouta Jeux vidéos.

-Non, vous lirez de vrais livres, et seuls, trancha le juge.  Quand à vous Chien...

-Miaou!

La salle se tue, stupéfaite.

-Qu'avez-vous dit Chien?, demande le Juge, abasourdi.

-Miaou!


**********************************************
-Miaou!

-Quoi?  Qu'est-ce qui se passe?  Prospéryne?

-Miaou!

-Ah, quoi, déjà le matin?  Ok, c'est beau, je me lève pour aller te donner ta bouffe.

-Miaou!

-Maudit rêve de fou...

@+ Mariane

11 commentaires:

  1. LOL! Trop bon ce matin! Très très divertissant, mais tu as oublié blog au banc des accusés.

    RépondreSupprimer
  2. LOLOL! C'était génial, ce billet! Tu m'as fait sourire ce matin! :D

    RépondreSupprimer
  3. @Hélène, Blog, et aussi Jiu-Jitsu pour moi. J'ai mis ceux que je croyais les plus communs, parce que sincèrement, Télévision ne s'applique pas à moi (je n'ai pas le câble!)

    @Isabelle, tant mieux! :D

    RépondreSupprimer
  4. Clap - clap - clap. Vraiment, très bon, très bon. J'ai lu aussi avec un grand sourire. Mériterait d'être publié dans une revue sur la lecture.
    En tout cas pour une librairie-qui-n'a-pas-fait-d'études-en-littérature, tu as la plume d'une auteure!

    RépondreSupprimer
  5. Éclat de rire ce matin en lisant ton billet dans mon cours (oh, vilain garçon !). Vraiment trop bon. Si jamais ça peut te servir, j'ai les documents du procès que se sont livrés chez moi Lecture et Écriture dans un cas de dispute conjugale sur le temps partagé, je crois que la décision du juge avait fait jurisprudence...

    RépondreSupprimer
  6. J'adore la personnalité de Facebook! :)

    RépondreSupprimer
  7. LOLOL ! Succulent. Tu sais que ta vie onirique pourrait être rentable ?!! :D

    RépondreSupprimer
  8. Et je seconde ClaudeL : Tu devrais écrire plus souvent, toi... y a du talent qui dort ici! ;)

    RépondreSupprimer
  9. @ Isabelle Lauzon et ClaudeL : troisième appui à la proposition.

    Allez Prospéryne, tes fans attendent tes nombreuses publications à venir... :D

    RépondreSupprimer
  10. @ClaudeL, l'artiste te salue! Publié dans une revue littéraire? Euh, je sais pas, c'est juste un petit truc amusant écrit comme ça!

    @Sébas, tu me montreras le jugement, j'aimerais bien voir ça!

    @Gen, le genre de type que tout le monde aime non?

    @Sylvie, à vraie dire, c'est pas un rêve, je trouvais juste que ça faisait une bonne chute. ;)

    @Isabelle, c'est le temps qui manque plus qu'autre chose. Avec le boulot, les cours de jiu, le blog, les amis, il ne me reste pas beaucoup de temps pour écrire. Le jour où je saurais caser ça dans un horaire stable, ça marchera, mais en attendant, je peine à trouver le temps!

    @Sébas(2), :P

    RépondreSupprimer
  11. Avec retard: bravo! J'ai bien rigolé en lisant ton billet!

    RépondreSupprimer