mercredi 20 février 2013

Le prêt-à-machouiller

Salut!

Il n'y a qu'une seule section en magasin qui n'est absolument jamais fréquentée par son public-cible.  Si, si, je le jure!  On ne voit jamais les grands lecteurs de ces bouquins rôder dans ces tablettes.  La majorité des clients qui y font un petit tour ont entre vingt et trente fois plus que l'âge du public-cible.  En fait, la majorité des gens qui y fouine ont souvent la tête blanche.  Blanche comme celle de grands-parents.  De grands-parents gâteaux en fait.  Et oui, je vous parle de la section des livres cartonnées!

Hihihihi!  On le constate très très vite, c'est la seule section de la littérature jeunesse où les enfants ne sont pas les rois!  Ce sont les tous nouveaux grands-parents qui s'extasient devant les tablettes, regardant les titres comme autant de trésors.  Ou encore les parents, la coquille contenant Fiston ou la Puce en train de baver consciencieusement déposée à côté d'eux.  La plupart commencent à magasiner là alors que l'enfant n'a encore comme seule préoccupation que son boire ou sa couche pleine.

Et croyez-moi, il y a du choix!  Des petits livres cartonnés certes, mais ça ne limite pas à ça.  Il y a maintenant les livres pour le bain, en plastique bourré de mousse facile à manipuler pour les petits doigts malhabiles.  Les livres en tissus, souvent doublés d'un tissus métallisé qui fait frouch-frouch quand on froisse la page (et qu'on peut facilement mettre dans la laveuse quand il est plein de bave!)  Les livres à toucher, avec tout plein de textures différents sur lesquels se précipitent les petits doigts à peine la page tournée.  Les livres avec sons, merveilleux pour les enfants, mais qui demandent une sacrée patience de la part des adultes dans la même pièce!  Et encore là, je ne parle pas des livres casse-têtes, livres avec une horloge pour apprendre à lire l'heure, livre à volets et j'en passe!

Cette section regorge de créativité.  Et c'est rarement du cheap qu'on y retrouve.  Des livres reliés pleine toile, résistant à souhait, j'en trouve plus facilement dans les cartonnés que dans la section pour adulte (où c'est le règne du format broché, le nom du format dans lequel 95% des livres sont vendus, qu'ils soient en poche ou en grand format).  De plus, les lois concernant les matériaux dont sont faits les livres sont beaucoup plus sévères étant donné que ceux-ci risque de passer une bonne partie de leur vie utile dans la bouche des bambins!  Et pourtant, même si l'offre est incroyablement diversifiée, les produits de base sont souvent les meilleurs.  Des livres en carton très épais, de cinq ou six pages au plus, mais orné de couleurs voyantes et mettant en vedette la base de la vie: les fruits, les légumes, les animaux familiers, les couleurs, les formes...  C'est souvent ça qui met les enfants en contact avec le livre, les habitue à sa forme, à la façon de le tenir.  Les prépare à la lecture en somme, alors même qu'ils sont trop jeunes pour comprendre le reste.

 Je me rappelle parfaitement la réaction de mon neveu, exposé à ce régime depuis son plus jeune âge.  Alors qu'il n'était âgé que d'un an et demie, il nous avait fait la surprise d'aller chercher un livre dans la bibliothèque et de nous l'amener ensuite, grand ouvert... et à l'envers.  On avait tous éclaté de rire!  Mais on était heureux, parce qu'on avait compris qu'il avait pigé le principe.  Quel est le plus bel héritage que l'amour de la lecture et des découvertes qu'on peut faire avec ce merveilleux outils?  Donner un tel héritage commence jeune.  Et ce qui est fascinant, c'est qu'un petit livre coloré avec une banane est une excellente façon de commencer.

@+ Mariane

6 commentaires:

  1. Tu m'émeus ce matin... et je n'ai ni enfants ni petits-enfants. Mais cet héritage dont tu parles, ces yeux brillants de l'enfant et ceux aussi du grand-parent qui veut faire aimer autant qu'il a aimé, ces yeux-là me rappellent ma propre histoire, ma propre passion, mon propre plaisir quand, à Noël, à mon anniversaire, chaque fois que j'allais à la bibliothèque et que je découvrais un nouveau livre.

    RépondreSupprimer
  2. @ClaudeL, je vois souvent cette petite lueur dans les yeux des gens moi. Tant mieux si je te rappelles de bons souvenirs. :)

    RépondreSupprimer
  3. J'adore le principe de ces livres-là moi aussi! :) D'ailleurs, on vient de m'inviter pour un shower. Devine ce que j'ai acheté? Deux "Binou et Monsieur Mou". Ils sont TELLEMENT mignons! :)

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, tu m'émeus... ah ! Comme j'ai adoré lire et relire ces livres avec mon petit frère (il est beaucoup plus jeune que moi) ou avec mon filleul, ou sa soeur quand elle était petite... ah ! Quelle merveille que de faire découvrir les livres à un enfant. Je n'ai pas encore d'enfant mais, croyez-le ou non, j'ai déjà acheté plus d'une cinquantaine de livres neufs en prévision du Grand Moment... j'en ai encore acheté un hier: Deux petites souris dans la campagne... un peu plus âgé que les cartonnés, par contre... Superbe billet, Prospéryne...

    @ Gen: Monsieur Mou ??? Ce personnage ne doit pas attirer les femmes, avec un nom pareil...

    RépondreSupprimer
  5. ah la section des tout-petits... :-) Et quand tu montres un livre avec des textures aux adultes, ils sont les premiers à les tester! :-) ( Moi avec)

    RépondreSupprimer
  6. @Gen, Binou et Monsieur Mou! Je connais, ils sont adorables! Quoique je préfère les Cajoline pour ma part.

    @Sébastien, je ne doute pas que tu sois déjà bien équipé à ce niveau-là! :) Et Monsieur Mou fait tripper les jeunes demoiselles tu sauras! :P

    @Liceal, même moi je teste les textures quand je montre un tel livre. C'est viscéral, faut que je tâte! :P

    RépondreSupprimer