lundi 3 septembre 2012

Le travail de l'écrivain

Salut!

Aujourd'hui, c'est Fête du travail.  Alors, je vais rendre hommage au travail de personnes qui me sont absolument essentielles: les écrivains.

Ok, ça consiste à quoi le travail d'écrivain?  À écrire répond le commun des mortels.  Ouais.  C'est sûr que c'est une grosse partie du boulot, mais un écrivain ne fait-il qu'écrire?  Mais non!

Alors un écrivain ça:
- Passe toutes ses soirées à mettre ses idées en place.
- Ça écrit un premier jet.
- Ça le révise
- Ça le re-révise
- Ça le fait lire par des bêta-lecteurs
- Ça re-corrige après les premiers commentaires.
- Ça envoie son manuscrit à des maisons d'éditions
- Si c'est un premier roman, ça attend (souvent longtemps!)
      - Si le manuscrit est accepté, ça fait des trous dans son plafond en sautant de joie.
      - Si le manuscrit est rejeté, reprendre toutes les étapes ci-haut.
- Si c'est un auteur connu, ça attend les commentaires de la direction littéraire.
- Si c'est un auteur inconnu, ça pleure en recevant pour la première fois son manuscrit profané par la direction littéraire.  Habituellement, ça met une journée ou deux à s'en remettre et ensuite ça va.
- Ça re-corrige.
- Ça re-re-corrige
- Ça révise les épreuves
- Ça s'obstine avec son éditeur (dépendant de c'est qui, beaucoup ou très peu!)
- Ça voit la couverture pour la première fois avec émotion.
- Ça guette la date de sortie.
- Ça attend impatiemment après l'imprimeur.
- Ça attend impatiemment après le diffuseur.
- Ça attend impatiemment après le distributeur.

Et là, soudainement, il est là, c'est magique LE LIVRE EXISTE!!!!  Ils l'ont entre les mains, il est maintenant sur les tablettes des librairies (ou encore celles de Wal-Mart, mais ça fait moins chic.  J'avoue que j'ai un parti-pris :P)

Merveilleux!  Le boulot ne fait que commencer!  Alors l'écrivain:
- Organise un lancement plus ou moins gros selon ses moyens et ceux de son éditeur.
- Découvre les joies des Salons du livre avant de comprendre que ça inclus des heures d'attentes à une table le sourire aux lèvres en espérant que quelqu'un s'intéresse à leur livre.
- Ça fait des kilomètres pour découvrir des lieux où il n'aurait pas pensé avant qu'avait lieu des Salons du livre (non, y'a pas que Montréal et Québec!)
- Ça fait beaucoup de promotion et d'auto-promotion (les familles et les amis sont habituellement mis à contribution à cette étape!)
- Ça répond au courrier des lecteurs (s'il y en a)
- Ça répond à des entrevues (s'ils sont chanceux)
- Ça s'obstine de nouveau avec son éditeur (mais rendu là, il commence à avoir de la pratique des deux côtés, alors ça va plus vite!)
- Entre deux dédicaces, ça réfléchit à son prochain bouquin.
- Au bout d'un temps infini, ça reçoit un chèque de droits d'auteurs suffisant pour se payer un succulent... souper pour une personne dans un resto pas trop cher.
- Ça ressent une démangeaison bizarre pour laquelle il se trouve un peu fou qui lui donne envie de se rasseoir pour commencer une nouvelle oeuvre.
- Ça s'asseoit, ça se gratte la tête...
Et ça recommence en haut de la page! 

Relaxe la vie d'écrivain?  Pas vraiment non!

À tous mes amis auteurs, je vous souhaite une excellente Fête du travail!

@+ Mariane

19 commentaires:

  1. Et avec tout ça, il y a les immanquables remises en question. Merci pour ce billet qui m'a fait sourire :)

    RépondreSupprimer
  2. @Dominic, oups, oublié!

    @ClaudeL, je fréquente des écrivains depuis assez longtemps pour le savoir. Le reste, c'est ma verve imaginative! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je m'en doutais, c'était pour te taquiner. Un peu comme si j'imaginais le travail d'un libraire...

    RépondreSupprimer
  4. @ClaudeL, ouais, je me demande ce que ça donnerait... ;)

    RépondreSupprimer
  5. MDRRR
    J'aurais voulu l'écrire, ce billet. Trop bon !!
    Merci de si bien nous comprendre. hihi

    RépondreSupprimer
  6. Ouch! C'est quasiment douloureux de voir le processus écrit ainsi! :p

    Surtout qu'il faut ajouter :
    - Ça remplit de la paperasse pour des demandes de bourse ou de prix littéraire ou des résidences d'écrivain. (Ça fait encore des trous dans le plafond en sautant de joie quand ça les obtient)
    - Entre la direction littéraire et la correction d'épreuve, y'a la révision linguistique, autre occasion de s'obstiner.
    - Quand c'est chanceux, ça fait des animations scolaires ou des conférences.
    - Ça s'arrête un moment pour considérer le retour sur investissement de tout ça et ça se dit : "Ah, ça pourrait ptêt faire un bon sujet de roman!" ;p

    RépondreSupprimer
  7. @Caro, tant mieux. Et bienvenue ici!

    @Sylvie, tant mieux si je vous comprends si bien!

    @Gen,la preuve que je ne suis pas écrivain moi-même: j'en aie oublié quelques-unes! :D

    RépondreSupprimer
  8. LOLOL! Excellent billet! Je m'y retrouve tellement... Tu as bien su nous cerner, ma chère! ;)

    RépondreSupprimer
  9. @Isa, tant mieux! Tsé, c'est le fruit d'un travail d'espionnage très approfondi... :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel billet de circonstance en cette journée de la fête du travail. Comme un hommage...avec cette pointe d'humour. Merci Mariane :)

      Supprimer
  10. @Pierre H., c'était songé avec la Fête du travail. Très volontaire comme coïncidence! :)

    RépondreSupprimer
  11. Dramatiquement bien résumé.
    Merci pour ce clin d'oeil.
    Comme on dit, il a fait ma journée. :-)

    RépondreSupprimer
  12. Ça c'est criant de vérité ! J'en suis à la direction littéraire, dans mon cas. Tu pourrais ajouter: "on attend, on attend, on attend... que le directeur littéraire daigne bien travailler sur notre manuscrit, pendant qu'on a rien de mieux à faire que de patienter... et faute de pouvoir faire avancer ce projet-ci, on travail en solo sur un autre truc !"

    RépondreSupprimer
  13. Hahaha! J'ai lu ça après une loooongue journée d'écriture. (existe-t-il meilleure façon de *ne pas* travailler?)

    Pour tout dire, je ne me reconnais pas DU TOUT dans ce texte ;) Allons! Impatients, les auteurs? Pfff... (par contre, ma toiture est à refaire, va savoir pourquoi)

    RépondreSupprimer
  14. @Carole, je suis heureuse d'avoir fait ta journée! :)

    @Sébastien, mouais, semblerait que la patience soit une qualité nécessaire pour être écrivain vu le nombre de personnes qui travaillent avec soi sur un livre!

    @Pat, quoi, ta toiture à refaire? Tant de bonnes nouvelles que ça? Mon pote, mets-toi au même endroit quand tu reçois ton courrier, ça t'évitera de la refaire au complet! :P

    RépondreSupprimer
  15. Je me suis permise de parler de ce billet et de votre blogue sur le Passe-Mot de Venise !

    RépondreSupprimer