samedi 14 avril 2012

Terre et cendres d'Atiq Rahimi

Terre et cendres Atiq Rahimi  Folio Gallimard  90 pages

Résumé:
Dastanguir est sur le chemin de la mine pour aller annoncer à son fils Mourad que toute sa famille, sauf lui et Yassin, son petit-fils, sont morts dans le bombardements de leur village par les Soviétiques. 

Mon avis:
On peut résumer ce livre en deux lignes, mais pas parce qu'il est court, mais bien parce qu'en 90 pages, on ne nous raconte que ça, la douleur du vieil homme qui a vu mourir femme, enfants et bru et qui s'accroche à son dernier devoir: aller annoncer à son fils la mort de sa famille.  Tout le livre est pris dans cette douleur infinie du deuil.  Il n'y a pas de colère, pas de désir de vengeance juste la douleur pure.  L'écriture est superbe, on se dirait littéralement happée dans la langue afghane, sa sécheresse, ses mots.  Même si le texte est traduit en français, on retrouve la beauté du rythme de la langue d'origine.  En ce sens, la traductrice a fait un boulot génial de traduction.  Et ce n'est pas perclus de religion. Dastanguir ne parle pas de Dieu aux deux mots, mais on sent sa profonde foi.  C'est un récit épuré sur la douleur du deuil, le déchirement de l'Afghanistan entre ses traditions et la modernité.  Le récit a lieu à l'époque de l'invasion soviétique et on est surpris en lisant cela de voir les mêmes réalités que lors de l'invasion du pays par l'OTAN.  L'occupation étrangère est lourde de conséquences sur les esprits.  Quel que soit l'occupant.

Ma note: 4/5

Je remercie Socadis et plus particulièrement Michel pour ce service de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire