dimanche 19 juin 2011

Poupée de Monique Polak

Poupée  Monique Polak  Collection Parkour  La Courte échelle  251 pages



Résumé:
Florence a quinze ans et elle est amoureuse.  Étienne la comble, la fait se sentir femme et lui donne envie de jouer dans la cour des grands de l'amour.  Mais tout Prince Charmant a ses mauvais côtés.  Et quand ces mauvais côtés semblent être le fait qu'Étienne semble normal de la partager avec ses «amis» et que ceux-ci se font de plus en plus nombreux, il y a lieu de se poser des questions.  Et si l'amour de Florence pour Étienne cachait un enfer?

Critique:
Ce livre parle d'une réalité que l'on aimerait parfois mieux ignorer: le fait que par amour pour un gars qui n'est rien d'autre qu'un manipulateur, des filles finissent par tomber dans la prostitution.  Étienne est le type de proxénète recrutant de jeunes filles, souvent de bonne famille, mais ayant en commun d'avoir des problèmes dans leur relation avec leurs pères.  Ici, il s'agit d'un père absent (il est mort) et d'une mère plus prise dans ses méditations et son cheminement spirituel que par ce que vit sa fille.  On ne peut jeter la pierre à la mère, dès qu'elle découvre ce que traverse sa fille, elle fait immédiatement les changements nécessaires, mais on peut dire que c'est un peu tard quand même.  Ce qui va sauver Florence, c'est son amitié avec Gabrielle.  Le cheminement de Florence est typique et on sent, oh légèrement, mais on sent quand même, la pédagogie cachée dans le récit.  De quoi faire fuir certains ados.  Ça ne transperce pas trop l'histoire, mais tout de même, ça la teinte.  On reste aussi un peu trop en surface des émotions de Florence, de ses doutes, de ce qu'elle pense de tout ça.  Un peu surfait, mais n'empêche, le livre a le grand mérite de montrer la personnalité d'Étienne telle que la perçoit Florence: pour elle, il n'est pas méchant, ni un manipulateur, c'est le gars qu'elle aime.  Que cela ne soit pas réciproque apparaît tard dans le récit pour elle et c'est fait de manière très réaliste.  Les adultes ne jouent qu'un rôle secondaire dans le livre et c'est tant mieux, on ne les met pas dans les pattes des jeunes qui doivent se débrouiller par eux-mêmes.  Je ne comprends juste par pourquoi personne n'appelle la police à aucun moment, mais bon!  Un livre léger, mais qui peut faire réfléchir si on le fait lire au bon moment aux jeunes.  Avec un message sous-jacent important: les jeunes, respectez-vous!

Ma note: 3.75/5

Je remercie Diffusion du livre Mirabel et plus particulièrement Frédéric pour ce service de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire