mercredi 15 mai 2013

La tête de l'auteur

Salut!

Souvent, quand je lis un livre, je me fais une idée, d'après le ton, les expressions employées, bref, d'après le texte, de la tête de l'auteur.  Évidemment, neuf fois sur dix, je suis complètement dans les patates.  Ce qui ne m'empêche jamais d'essayer de me faire une image mentale de l'auteur.  Pourquoi?  J'en sais trop rien, réflexe sans doute.  Parce que je passe mon temps à tripatouiller dans le milieu littéraire, je ne peux m'empêcher d'essayer de mettre une tête sur un texte.

Il faut le dire par contre, ce ne sont pas toujours les photos d'auteurs qui leur rendent hommage, alors autant ne pas trop se fier aux photos qui ornent les quatrièmes de couverture.  Surtout après avoir lu cet article.  Bon, ça concerne la France, mais je me dis que la situation ne doit pas être vraiment meilleure ici!  En tout cas, j'ai toujours trouvé que Patrick Senécal avait un petit air idiot sur ses photos...  Quel contraste avec ses livres!  Peut-être volontaire d'ailleurs.

L'auteur n'est pas son livre et un livre n'est pas un auteur alors ne vous étonnez pas si l'auteur n'a strictement pas la tête de son livre.  Une auteure de livres romantiques où tous les personnages sont grands, minces et blonds peut tout aussi bien être une petite brune aux courbes voluptueuses!  Et je ne parle pas des livres remplis de créatures cauchemardesques à la Cthulhu!  Donc, aucun rapport...

Mais reste que ça fait bizarre parfois.  On a peine à faire le lien entre la personne devant nous et l'oeuvre qu'on a lu.  Ce n'est pas nécessairement de la surprise, mais je crois qu'on recherche inconsciemment dans l'auteur les personnages qu'on a tant aimé, alors qu'ils ne restent que des créatures de fiction.  L'auteur, lui est bien réel!  Ce sont ses idées qui nous font voyager.  Dans les faits, la meilleure façon de connaître la tête de l'auteur est de passer le saluer dans un Salon du livre.  Croyez-moi, il sera content de vous voir! :D

@+ Mariane

13 commentaires:

  1. Bon point, Prospéryne! Au début c'est aussi ce qui me mettait inconfortable avec les scènes érotiques. Imagine, les gens peuvent te lire et croire qu'il s'agit de tes fantasmes ou des tes expériences vécues- malaise! L'identification de l'auteur avec le narrateur est un réflexe auquel il est difficile de se soustraire, mais on finit par s'y faire, justement en jasant avec les auteurs. Et j'avais aussi lu cet article sur les photos d'auteurs, très drôle, mais il ne reste plus grand pose après ça!

    RépondreSupprimer
  2. Je dois dire que beaucoup de gens qui ont lu mes histoires policières (surtout "Trois coups l'annoncent") ont ben de la misère à réconcilier ça avec le petit bout d'écrivaine souriante que je suis! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Comme il y a deux Claude Lamarche, auteurs, je n'ai pas pris de chance et j'ai mis ma photo sur la quatrième couverture de mon dernier roman.
    Sauf qu'elle date d'il y a cinq ans, quand j'étais teinte en rousse!

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Bon, là je comprends pourquoi tu tiens tant à ce que je prenne un photographe professionnel ! :P

    Personnellement, je n'ai jamais tendance à visualiser les auteurs... sauf quand j'étais petit, à 9 ans, je visualisais Tolkien comme un grand hobbit en costume de tweed et longue pipe, ce qui n'est pas trop loin de la vérité !

    Mais bon... une consoeur étudiante a lu ma nouvelle "Ainsi naquit le 20e siècle" dans Alibis et elle m'a dit, ébranlée : "merde, Sébas, t'a pourtant pas une face à écrire des histoires de même..."

    Et c'est quoi, une face à écrire des histoires de même ? :P

    Honnêtement, je ne vois aucun intérêt à connaître l'apparence de l'auteur. La seule raison qu'il y aie une photo de moi dans l'Ensorceleuse c'est parce que c'est ainsi que Alire fonctionne.

    RépondreSupprimer
  6. @Sébastien : Pour certain lecteur, ton "personnage d'auteur" (sa personnalité, son apparence) va rapidement devenir aussi important que les personnages de tes romans (essentiellement parce que lui, il change pas d'une oeuvre à l'autre).

    Donc : le photographe professionnel est de mise, ainsi qu'une réflexion sur ce que tu veux montrer et cacher de toi-même. (Moi, par mon blogue, tu pourras voir que j'ai choisi de montrer presque tout, mais malgré les apparences, je me garde ma zone secrète. ;)

    Tu peux essayer de te bâtir une image qui ressemble à tes personnages (à la Ed Harcore) ou tu peux y aller avec quelque chose de plus naturel (c'est ce que j'ai choisi), quitte à ce que ce soit en décalage avec ce que tu écris.
    Mais dans tous les cas, tu vas avoir à gérer les pré-conceptions de tes lecteurs et leur réaction vis-à-vis toi-même.

    "T'as pas une face à écrire ça", j'peux-tu te dire que je l'entends souvent? De la même façon, les gens sont surpris de mon physique apparamment peu athlétique après avoir lu mes écrits sur les arts martiaux (hep, j'suis en forme, mais j'ai une mauvaise génétique)

    RépondreSupprimer
  7. @ Gen: à priori, je peux concevoir la chose, mais j'ai de la difficulté à comprendre. Est-ce que je serais plus attiré par les romans de Kay s'il avait été une charmante petite Asiatique aux yeux pleins de promesses ? Non, je ne crois pas :P (je serais peut-être plus intéressé à rencontrer l'auteure en salon, cela dit).

    Il y a beaucoup à réfléchir dans ce que tu écris ici. Toutefois...

    ...ça me dépasse. "ce que je veux montrer et cacher de moi-même..." tout ça par une photo ?

    Non, décidément, il y a un truc qui m'échappe, ici...

    À discuter lors d'un prochain événement littéraire !

    RépondreSupprimer
  8. @Sébastien : Ben oui, tout ça, par une photo. Tiens, tu vas comprendre.

    Gen auteure de policier : http://www.revue-alibis.com/prix/prix-alibis-2011.htm

    Gen auteure jeunesse : http://litterature.org/images/x_ecrivains/genevieve_blouin03v2.jpg

    RépondreSupprimer
  9. @ Gen: ok, je vois ce que tu veux dire (et personnellement, je préfère la seconde photo :P ). Mais honnêtement, si ta photo jeunesse avait servi pour ta nouvelle policière, ça n'aurait rien influencé sur mon désir de la lire, ni mon désir de lire d'autres textes de ta plume.

    Mais je cerne ce que tu veux dire...
    ...néanmoins, dans mon cas, je ne cherche pas à laisser transparaître quoique ce soit dans ma photo. Mais bon... j'ai une Prospéryne qui va m'aider pour ce dossier !

    RépondreSupprimer
  10. Et une photo, ça peut jouer des tours ! Au salon de Québec, j'étais à la même table que Natasha Beaulieu. Sur sa photo, elle a les cheveux longs et roux-rouges alors que maintenant, ils sont courts et blonds. Et j'ai vu une femme ralentir, hésiter à interpeller Natasha (qui était de dos), puis son copain a dit: "Bin non, tu vois bin que c'est pas la même femme !"

    Comme si j'avais mis dans mon roman une photo de moi à l'époque où je portais la barbe et les cheveux longs...

    RépondreSupprimer
  11. @Hélène, imagine les auteurs de romans érotiques alors... Quand aux poses pour prendre des auteurs en photo... Ben, qui a dit qu'il y avait une quelconque limite? Je fais confiance à l'imagination des photographes!

    @Gen, oui, à te voir et à te fréquenter, jamais on ne croirait que tu écris des histoires aussi noires que ça!!!

    @ClaudeL, c'était de circonstances, ton roman s'appelait Les têtes rousses!

    @Sébas (1), tu négliges l'importance de la photographie pour le profane lecteur. Ce n'est pas parce que tu n'as pas ce réflexe que personne ne l'as!

    (@Gen, merci, depuis le temps que j'essaie de le convaincre!)

    @Sébas (2), habituellement, les lecteurs regarde la binette de l'auteur APRÈS avoir lu son livre, mais c'est une image qui marque, qui leur reste dans la tête. Ils relient le visage au livre. Autant avoir une bonne photo dans ce cas! :)

    (@Gen, RE-merci!)

    @Sébas, ouais, c'est sûr que les photos d'auteur survivent rarement aux changements de look radicaux...

    RépondreSupprimer
  12. @Sébastien : Pour se prémunir contre les changements de look (de toute façon, ça concerne pas tellement les gars, non?), tu peux demander au photographe d'axer sur ton visage (comme sur ma photo "noire").

    @Prospéryne : Lol! Je sais, j'adore cultiver ce décalage entre ma personnalité et mes écrits d'ailleurs! ;)

    RépondreSupprimer
  13. @Gen, j'ai pas encore lu tes nouvelles, juste tes romans. Va falloir que je m'y mette pour découvrir ton côté noir je crois... ;)

    RépondreSupprimer