jeudi 30 mai 2013

Aliénor, la légende noire tome 1 de Delalande, Mogavino et Gomez

Aliénor, la légende noire tome 1 Scénario de Arnaud Delalande et Simona Mogavino  Dessins de Carlos Gomez  Couleur de Claudia Chec  Série Les reines de sang  Collection Histoire et histoire  Delcourt  56 pages


Résumé:
1137.  Louis le jeune, fils du roi Louis VI est tiré de la quiétude du monastère où il sert Dieu pour monter sur le trône de France et en premier lieu, épouser la fille unique et orpheline du puissant Duc d'Aquitaine.  Or, Aliénor est une méridionale, une fille du sud, et elle n'est guère habituée à Paris.  En cette ère médiévale, devant un mari peu sûr de lui face à sa féminité, elle en usera pour faire de lui son jouet, son sujet.  Et régner à travers lui, prenant le pas sur le conseiller Suger et la reine-mère Adélaïde.

Mon avis:
Prendre cette bande dessinée au premier degré serait une erreur: la figure d'Aliénor d'Aquitaine, une des femmes les plus marquantes du XIIe siècle, se prête bien à en faire une espèce de Messaline médiévale, mais si elle s'y prête bien, elle ne l'était pas nécessairement.  Un portrait sombre de cette reine, qui ne m'a pas nécessairement plu sur ce point justement à cause de ça (et parce que c'est la personne de cette période historique que je préfère!).  N'empêche, les auteurs ont su tissé autour du personnage et de faits réels ou réalistes, une histoire d'intrigues et de pouvoir très réussie.  Le personnage d'Aliénor y est fourbe, mais féminin, se sert de sa séduction et du manque d'expérience d'un Louis VII pour déloger ses adversaires, les autres conseillers du roi et prendre le pouvoir à travers lui, mais sans que cela soit exagéré.  Les dessins sont superbes et la BD toute entière se décline dans des teintes de rouges, couleur de la reine n'hésitant pas à faire couler le sang des gens qu'elle n'aimait pas et aussi du peuple.  J'ai aussi bien aimé les nombreux détails des costumes, même si je suis presque sûre d'y avoir vu des anachronismes.  Aussi détaillés, aussi opulents, aussi variés, les vêtements de la noblesse dans les années 1130?  J'ai des doutes.  Les personnages sont bien faits et leur psychologie est bonne, bien que peu creusée.  Cependant, c'est un reproche que l'on peut faire à tous et pas à un en particulier.  Autant la reine que les autres ont ce petit défaut.  Celle-ci est un peu séductrice, un peu femme-enfant, Aliénor est avant tout représentée comme une jeune femme désireuse de ne pas rester en arrière.  Ambitieuse?  Peut-être un peu.  Une manipulatrice et une intrigante dès son arrivée à la cours?  Plutôt une jeune femme désirant prendre sa place de reine et qui se fait brutalement remettre à la place qu'on croit lui être destinée et qui évidemment, ne lui plaît pas.  Alors, elle intrigue!  En utilisant sa meilleure arme: son pouvoir sur le roi par le biais de son lit.  L'utilisation des personnages historiques en les détournant de leur vérité première est extrêmement bien utilisée pour donner une BD avec son atmosphère et sa dynamique propre.  Ça vaut largement le détour, même si je suis pour ma part légèrement déçue que l'on prête de si sombres intentions à ma chère Aliénor!

Ma note: 4.25/5

Je remercie Josée-Anne pour le cadeau du Trésor de guerre.

1 commentaire:

  1. À peu près la même opinion que j'avais quand je l'ai lu mardi après-midi. Je trouvais également que l'intrigue aurait pu être un peu plus riche. Et tu as raison pour les costumes qui sont trop élaborés. Personnellement, je n'ai pas eu un coup de foudre et je trouve qu'on a vite gommé le côté courtois et artistique d'Aliénor.

    RépondreSupprimer