vendredi 23 novembre 2012

Drôles de clients! Prise 12

Un client entre en magasin, un régulier, que je connais bien.  Étant donné les sorties de la semaine, je sais pertinemment le livre qu'il vient chercher.  Il entre en magasin, parlant à son téléphone cellulaire.  À un moment donné, il me fait une grimace pour me faire comprendre qu'il essaie de raccrocher, mais que son interlocutrice ne semble pas piger le message.  Je lui fais donc signe que la pile du livre qu'il souhaite est juste devant lui et il me remercie en faisant de grands signes, le cellulaire toujours vissé sur l'oreille.  Il se dirige vers la caisse et je le suis.  Je lui fais sa transaction à la caisse, alors que lui continue à parler tout en me faisant des haussements d'épaule et de petites grimaces gênées pour me faire comprendre qu'il est désolé.  À la fin, il me fait encore de grands signes de remerciement et il passe la porte le sourire aux lèvres... sans m'avoir adressé une seule fois la parole!

***************************************************

Une cliente nous appelle pour se plaindre que sa commande met du temps à arriver!

-Là, je suis vraiment en manque, il me faut mes livres pour la fin de semaine!

Étonnées d'une personne se déclarant «en manque» de livres, nous vérifions le contenu de sa commande.... pour constater qu'elle avait commandé une série de romans Harlequin!

*****************************************************

Un client appelle en magasin:

-Vendez-vous ça des longs jeux?

-Euh, des longs-jeux?

(Quoi, c'est quoi ça, on a des jeux en magasin, mais ils sont pas si long que ça!)

-Ben oui, des longs-jeux!

-Euh, on a des jeux en magasin, mais ils sont pas nécessairement long...

-Non, des longs-jeux, des 33 tours.

-Ah!!!  Non, on a pas de disques en magasin!

Je raccroche et une de mes collègues me lance:

-Des longs-jeux, c'est des disques vinyles, tu connais pas ça?  Trop jeune sans doute!

En fait, oui, je connais les disques vinyles, mais j'avais jamais entendu parler de long-jeux moi!

************************************

Le numéro de la librairie n'a qu'un chiffre de différence avec le numéro d'un réparateur de petits moteurs.  Ce qui fait que chaque été, on se fait appeler au moins une bonne dizaine de fois pour se faire demander si on répare les tondeuses...  

Les clients ne semblent pas remarquer que l'on répond toujours: «Librairie Daigneault Bonjour!»

@+ Mariane

6 commentaires:

  1. Les tondeuses, ça achève... On arrive bientôt aux souffleuses!

    RépondreSupprimer
  2. @ClaudeL, bizarrement, je ne me suis jamais fait demander pour une souffleuse...

    RépondreSupprimer
  3. L'histoire des longs jeux (!), est bien bonne. Surtout que je pensais que tu faisais une blague.

    RépondreSupprimer
  4. @Venise, non, juré, je ne savais pas ça! Et pourtant, j'en aie fait joué des tonnes de disques vinyles quand j'étais jeune, je suis de la dernière génération à avoir eu ce genre de trucs!

    RépondreSupprimer
  5. Sur la fin de tes vacances et tu repenses déjà à tes clients ?
    ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Hihi j'ai souri en lisant ce mot longtemps entendu (long-jeu) du temps où j'étais disquaire. (De beaux moments).

    RépondreSupprimer