lundi 19 novembre 2012

Chroniques d'une trotteuse au Salon du livre de Montréal 2012

Salut!

Première des choses, je dois vous annoncer que mon silence relatif des derniers jours a été tout sauf volontaire.  J'ai  malheureusement dû jongler avec le transport, les fatigues, les longues heures et le manque de sommeil causé par le Salon du livre de Montréal, grande messe annuelle que je ne souhaitais pas manquer pour tout l'or du monde, mais également avec des problèmes informatiques qui m'ont privé de mon précieux accès à Internet.  :(  J'ai donc passé les derniers jours à faire St-Hyacinthe-Montréal et en prime à faire vivre l'effervescence du Salon à un petit nouveau qui n'avait jamais osé s'y risqué, soit mon grand ami Sébastien Chartrand, celui dont le nom est inscrit à droite de mon blogue dans la colonne des impatiemment attendus.  Héhé!  Je lui aie fait avoir la totale, laissez-moi vous dire!  :P

Le Salon cette année?  Comme les autres années sur bien des points, mais l'ambiance était davantage au rendez-vous cette année que l'an dernier à mon humble avis.  Malheureusement, on y trouvait toujours autant de mammouths...  Ah oui, c'est vrai, faut que je vous explique:

Mammouth:
1- Mammifère préhistorique disparu depuis des milliers d'années qui était gros, grand et prenait beaucoup, beaucoup de place.
2- Mammifère du genre Homo Sapiens Sapiens hantant les Salons du livres et marchant de préférence à la vitesse d'une tortue en plein milieu de l'allée nuisant considérablement aux efforts de ceux qui essaient vainement de se frayer un chemin pour traverser la foule à une allure différente.  Notez que le mammouth des Salon du livres a une nette tendance à stopper en plein milieu du chemin pour regarder avec attention un livre idiot provoquant un embouteillage digne de l'heure de pointe et de s'en rendre compte quand les dégâts concernant la circulation ont déjà paralysé la moitié de l'allée où ils se trouvent.

Vous voyez le genre?

Faire la liste des gens avec qui j'ai parlé serait beaucoup, mais beaucoup trop longue!  Simplement, je dois dire qu'il fallait vraiment que je me surveille cette année, parce que la déshydratation me guettait à force de blablater dans l'air sec du Salon!  J'ai vécu des moments extraordinaires, eu des discussions merveilleuses et profité à fond de toutes les occasions, enfin, presque, j'en aie quand même manqué quelques-unes! :(  Mais bon, au total, ça a été extraordinaire!  Un très très bon Salon, qui a regarni ma PAL  (comme si elle était vide!) et m'a permis de voir ou de revoir des gens extraordinaire, mais honnêtement, là, j'ai fait des provisions de Salon jusqu'à l'année prochaine! ;)

@+ Mariane

13 commentaires:

  1. Je n'aurais pas cru qu'une libraire qui peut feuilleter tranquillement à son rythme tous les livres qu'elle veut dans son magasin, puisse acheter des livres dans un Salon du livre!
    Peu ou pas de mammouths au Salon de l'Outaouais, hihi!

    RépondreSupprimer
  2. @ClaudeL, Ah, mais le Salon, c'est autre chose! Juste l'ambiance vaut le détour et bon, les mammouths, je crois que j'y suis habituée maintenant! :P

    RépondreSupprimer
  3. Wow ! Voilà mon nom cité dans un célèbre billet de Prospéryne... quel honneur !

    Et quel séjour, en effet ! Peu de sommeil, plein de rencontres, des tonnes de découvertes, bousculade éhontée d'un mammouth, mettre des visages sur des gens que je ne connaissais que par ce blogue...

    Et un budget-livre défoncé, ma PAL à moi aussi vient d'enfler...

    Merci pour tout, Prospéryne ! Un séjour qui change une vie !

    RépondreSupprimer
  4. P-S: ai-je des hallucinations ou c'est bien un Sénécal que je vois dans ta section Aujourd'hui ??? Prospéryne qui ose passer du côté obscur ???

    Bon lecture, chère amie !

    RépondreSupprimer
  5. Contente de t'y avoir croisée, ma chère! Même si ce fut très bref!

    Bon, là, je suis davantage en mesure de faire des liens : Le fameux Sébastien Chartrand (qui s'apprête à sortir de l'ombre en publiant chez Alire, rien de moins) est un de tes amis... J'ai hâte de lire sa plume, à celui-là! Hihi! ;)

    Pas eu trop de mammouths de mon côté, mais plutôt des statues (i.e. Des gens qui s'arrêtent par groupe en plein milieu d'une allée achalandée pour se piquer une jasette, sans se soucier des gens qui doivent les contourner et, la plupart du temps, attendre un temps fou pour passer!).

    Il n'y a pas à dire, le SLM, c'est la folie... Mais on ne pourrait pas s'en passer! :D

    RépondreSupprimer
  6. @ Isabelle: heureux de t'avoir croisé... et un peu nerveux à l'idée que tu lises ma plume ;-)

    RépondreSupprimer
  7. C'était génial de te voir, Mariane :)

    Alors, as-tu pris un café avec tu sais qui?

    RépondreSupprimer
  8. @Sébas, heures de sommeil rattrapées dans ton cas? Moi pas! Et oui, je suis passée du côté obscur, mais je ne pense pas m'essayer à Hell.com un jour!

    Isa, désolé d'avoir dû te planter là les deux fois où l'on s'est croisées! Ça a été la folie cette fois-ci le Salon pour moi, toujours à courir à droite et à gauche!

    @Pat, un verre de vin à vraie dire, encore meilleur! Et la discut était encore plus à la hauteur! :D

    RépondreSupprimer
  9. @ Prospéryne: warning, battery low ! Moi aussi je suis toujours en mode épuisement...

    RépondreSupprimer
  10. À Sébastien : On passe tous par là! Hihi! Cette peur de voir les autres nous lire... Si tu vas au prochain Congrès Boréal, on aura sûrement la chance de se jaser un peu plus! À un moment où je serai moins crevée de ma journée, j'espère... ;)

    À Prospéryne : Hé! C'est vrai, on s'est croisées 2 fois! Pas de problème, moi aussi j'étais sur ma lancée! De toute manière, on a l'occasion de se voir plusieurs fois par année, alors ce n'est que partie remise question jasette... :)

    RépondreSupprimer
  11. @ Isabelle: je ne raterai pas le Congrès Boréal pour tout l'or du monde. À bientôt, donc !

    RépondreSupprimer
  12. Super la description des mammouths! C'était pire dimanche que les autres jours où j'y suis allée (mercredi et vendredi). J'ai craint pour un moment qu'un mammouth soit un auteur n'ayant plus rien à dire qui continue de se pointer au salon.

    RépondreSupprimer