lundi 6 février 2012

Le plaisir des retours sur lecture

Salut!

Être libraire est parfois un métier frustrant.  On voit les gens passer la porter, des étincelles plein les yeux avec l'envie folle de découvrir les univers qu'on leur a à peine esquissé et... rien, la plupart du temps.  On doit se contenter des étincelles, pas de l'éclat du plaisir après lecture.  Ça, on ne le sait pas tout le temps, voir jamais...  C'est d'une tristesse au fond!  Ça me rappelle une parole de l'une de mes maîtres de stage, lors de ma défunte carrière de professeur au secondaire: on est des planteurs de graines, on sème, mais on voit rarement la récolte.  C'est on ne peut plus vrai, tant en classe qu'en librairie.

Honnêtement, sur dix livres conseillées, j'ai peut-être un commentaire.  Une personne prend la peine de me dire qu'il ou elle a apprécié le livre que je lui aie recommandé.  Ou non, mais habituellement dans ce cas-là, ils ne le disent pas...  Sans doute heureusement!  Et encore, souvent, c'est fait par la bande.  Une personne arrive en magasin et me dit: Ah, tu sais, j'ai adoré le livre que tu m'as recommandé l'autre jour, pourrais-tu m'en conseiller un autre?  Ah oui, je vous aie recommandé un livre moi?  Je ne me rappelle plus... Désolé!  Vous savez, je vois passer tellement de gens dans une journée, j'ai une excellente mémoire visuelle, mais de là à me rappeler tout, c'est autre chose...  (J'ai toujours l'air d'une belle épaisse quand je dis ça!)  Alors, je vous aie recommandé un livre,  l'avez-vous aimé?  Oui!  Ah génial!  Lequel?  Quand?  Bon, lequel, les gens répondent, mais quand, ça c'est plus dur!  En fait, je n'ai jamais eu de réponse à la deuxième question...

Certaine me disent tout en détail, mais ils forment une infime partie de mes clients, la plupart me disent: j'ai beaucoup aimé, sans plus de détail.  Je crois que l'art du libraire tient justement à ça, à l'art de dire pourquoi on a aimé un livre et aussi à pouvoir l'exprimer.  De mettre les mots, d'user des bons adjectifs qualificatifs, des bons arguments pour transmettre sa passion.  Sans fausse modestie, je crois que j'y suis pas mal bonne.  En fait, mes collègues me refilent parfois les clients pour le conseil, elles savent que ça ne me dérange pas le moins du monde, bien au contraire, ça me fait plaisir.  C'est ce que je dis aux clients qui s'excusent de prendre de mon temps: bien au contraire, c'est la partie de mon travail que je préfère!  Parce que c'est vrai que c'est ce que j'aime le plus faire, même si ça prend moins de 10% de mon temps...

Alors, le mieux?  Cette cliente qui revient l'autre jour et qui me dit: tu sais, l'autre jour, tu m'as conseillé deux livres et je les aie tous les deux adoré!  Tant mieux.  Ou cette autre cliente qui part toujours avec cinq ou six livres parce qu'elle ne sait jamais quoi prendre entre les trucs que je lui suggère et prend tout!  Mais des fois, ça me surprend tellement!  Je me mords encore les doigts de cette fois où une mère était venue en magasin spécialement afin de me remercier pour le livre conseillée à son ado, il l'avait adoré semble-t-il.  J'avais été tellement surprise que je n'avais pas réagi.  Elle a quitté le magasin en me trouvant sans doute bizarre, mais cette fois-là, c'est à retardement que j'ai réalisé à quel point ce qu'on venait de me dire était précieux.  Je chéris ce souvenir, maintenant que je me rends compte à quel point les gens qui prennent le temps de venir me dire qu'ils ont apprécié mon travail sont rares.

La perle?  Elle est arrivé il y a peu de temps.  Un client vient chercher un exemplaire du Libraire et me remercie de l'avoir prévenu par téléphone de son arrivée (mais de rien!).  Et il me dit alors quelque chose de magnifique:
-Vous savez mademoiselle, j'ai lu le livre que vous aviez recommandé dans votre article sur la littérature et les chats l'an dernier, Félidès d'Akif Pirinçci.  Je voulais vous le dire depuis un moment.
-(stupéfaite) Ah oui?  ...  L'avez-vous aimé?
-Ah oui beaucoup!
Et de me raconter une anecdote de vacances lié à ce livre, où on l'a pris pour un turc parce qu'il lisait un auteur turc!  Oulàlà!  Je ne pensais pas emmener mes clients si loin!  Je crois que c'est bien la première fois que je constate à quel point, même par le biais d'un simple article, je peux toucher les gens et les amener à ouvrir un livre.  Là, j'ai su une anecdote dont je vais me souvenir longtemps.  Sans doute beaucoup d'autres ont-elles dû arriver, sans que je le sache.  C'est pas grave.  Je suis une semeuse de graine, je ne vois pas toujours le fruit de ma récolte, mais d'avoir la chance immense de pouvoir le faire est déjà suffisante.  Néanmoins, je remercie tous ceux qui prennent la peine de venir me dire: j'ai aimé le livre que tu m'as recommandé.  Ça fait toujours un bien fou et ça remonter le moral quand on vient de passer un client difficile.

Merci à tous mes clients qui prennent la peine et le temps de le faire.

@+ Prospéryne

4 commentaires:

  1. Eh bien! Moi, j'ai juste une chose à te dire : j'ai bien aimé ton billet, c'était très intéressant! :D

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas où tu opères, mais si tu étais à Québec, j'aurais bien envie de t'adopter comme libraire!! J'aime tes billets!

    RépondreSupprimer
  3. Hélas Jules, je ne suis pas à Québec! Mais merci pour mes billets! :D

    RépondreSupprimer