lundi 29 novembre 2010

L'écureuil et le lecteur

Salut!

Je ne sais pas trop pourquoi, mais j'ai souvent tendance à penser que les gros lecteurs sont comme des écureuils qui ramassent leurs livres comme ces petits rongeurs leurs noix.  Sauf qu'à la différence d'eux, nous, lecteurs, gardons bien souvent nos livres une fois lus. On ne peut en dire autant de leurs noix!

Pourquoi accumuler, garder, ranger, classer avec autant d'amour et de passion?  Je suis très mal placée pour parler des autres, alors je me contenterai de parler de mon propre cas.  Je garde les livres parce que j'aime l'objet, il est à la fois promesse de plaisir et garantie contre l'ennui, parce que je me souviens des circonstances dans laquelle la plupart d'entre eux sont arrivés dans ma vie et que ces souvenirs me sont chers.  Un livre, c'est un ami que tu traînes avec toi me disait ma mère quand j'étais petite.  J'ai encore bien des livres que j'avais lorsque j'étais jeune.  Si la majorité de ma bibliothèque contient des livres que j'ai acheté depuis que j'ai commencé à user les bancs de l'université, ceux que j'ai lu étant plus jeune restent sagement au chaud chez mes parents, attendant que d'autres jeunes mains s'emparent d'eux pour partir à l'aventure.  Je rêve qu'un jour mes enfants découvrent les plaisirs de la lecture avec eux.  Quand je me surprend à les feuilleter, je me rends également compte de tout le chemin que j'ai parcouru depuis.

Car ma bibliothèque (aussi écureuil que je sois dans mon comportement de bibliophile) ne cesse d'évoluer.  Je ne me gêne plus pour en mettre de côté et je sais que c'est souvent un très bon choix.  Je peux acheter des livres et les envoyer à la bibliothèque municipale sans les avoir lus et sans le moindre remord si je me rends compte que le moment pour les lire est passé.  Depuis que j'ai découvert les joies de BookMooch, je ne me gêne d'ailleurs plus vraiment pour les mettre de côté; je les échange contre des enrichissements à ma bibliothèque.  Ma PAL dépasse les 200 livres, c'est-à-dire les ouvrages que j'ai sur mes tablettes et qui ne sont pas encore lus.  Je ne mets pas dans ce chiffre ceux que j'ai déjà lu (le livre serait encore plus impressionnant...)  J'essaie tout le temps de faire diminuer ce nombre, mais je n'ai pas encore réussi à trouver le truc qui marcherait!

D'ailleurs, une bibliothèque, quel meilleur portrait de quelqu'un?  Je suis la pire des pestes quand vient le temps d'entrer chez quelqu'un pour la première fois.  Je zieute partout et dès que j'ai trouvé la bibliothèque et bien, je fais le grand tour!  Tour souvent instructif!  Si la bibliothèque est le moindrement remplie (je déteste les maisons sans bibliothèque, on dirait des maisons sans âme!), elle en dit vraiment très très long sur leur propriétaire.  Lecteur de classique, de polars, de théâtre, de littérature érotique (trouver trois titres de Sade et deux de Maude Thomas et vous aller être assez éclairé sur le sujet!) le contenu de la bibliothèque éclaire beaucoup sur la personnalité de chacun.  Particulièrement marquant chez les lecteurs-écureuils.  En tout cas, leur grande passion est souvent parfaitement visible.  La mienne s'étale sur quatre bibliothèques, bientôt cinq.  Vous y trouveriez quoi?  De la littérature française, un peu de québécois, énormément de fantasy, de livres parlant des chats et quelques bouquins sur le Japon.  Dans l'une d'entre elle, que des essais et des livres sur l'histoire du Québec.  Beaucoup de bouquins pratique parlant de couture et de tricots (même si j'en fais très peu :'(  )et une bonne dizaine sur la fabrication de bijoux en perle (ça j'en fais souvent par contre!).  Autre chose, plus de la moitié de mes bibliothèques sont garnies de format poche.  Je les préfère de loin aux grands formats! 

Garder les livres vient aussi du rapport charnel que l'on a avec eux.  Je n'ai rien contre le livre numérique, mais sincèrement, ça va être beaucoup plus pour des livres pratiques.  Eux, beaucoup moins de problèmes à ce que ce soit sur un écran d'ordinateur.  Parce que pour le reste, je lirais un texte, mais sans avoir l'impression de lire le livre.  Et ça, c'est pourtant si important dans ma vie.  Lire le livre!  Alors vivre entourée de livre, vous imaginez combien ça peut être agréable!  D'ailleurs, ce qui m'inquiète, c'est moins le fait de garder mes livres et de les empiler que de ne pouvoir me retenir d'en avoir toujours plus  C'est plus fort que moi.  Remarquez que j'achète rarement les livres, disons que oui ça arrive, mais c'est plutôt rare depuis que je suis soumise à la tentation à longueur de journée.  On apprend à se retenir!  Mais ceux qui entrent par ma porte n'en sont que d'autant plus précieux!  Alors, ils ont droit à un traitement royal.  Et n'essayez pas de démêler toutes mes piles de livres, ils sont classés selon un ordre incompréhensible à tout autre que moi.  Ce sont mes livres, les miens, ils traînent partout, mes minettes en font leurs oreillers ou leurs matelas, je les empile, les laissent prendre la poussière, les oublie, les rattrape, les lis à moitié, les abandonne et surtout, jamais, jamais, jamais ne me permet d'écrire dedans.  Sauf pour les livres de recettes.  Eux ont la mauvaise habitude chez moi de sentir la même chose que j'ai cuisiné la dernière fois que je l'ai ouvert.  Et ils sont couverts de ratures et dans bien des cas aussi de sauce.  Mais ce sont mes livres.  Que je garde précieusement! 

Il me semble parfois que si quelqu'un devait me prendre un de mes livres, j'aurais le même comportement que Scrat dans L'âge de glace; je me mettrai à courir après jusqu'à le rattraper!  Parlez-en à ceux à qui je passe mes livres...

@+ Prospéryne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire