mercredi 3 novembre 2010

Les roses d'Atacama de Luis Sepulveda

Les roses d'Atacama  Luis Sepulveda collection Suites Métaillié 160 pages



Résumé:
C'est un recueil de nouvelles, donc il est difficile de faire un résumé de celui-ci.  Mais dans son introduction, l'auteur mentionne que l'idée lui en est venue lors d'une visite à Bergen-Belsen, à la recherche d'Anne Frank et où il a vu une inscription: J'étais ici et personne ne racontera mon histoire.  C'est donc une série d'instantanée très court qu'il nous offre, autant de moments précieux et brefs pour nous raconter des gens, des gens qui luttent jour après jour pour protéger leurs droits et la nature, pour éviter que même malgré la mort, ils ne soient jamais oubliés. 

Critique:
La nouvelle oblige à une certaine brièveté, mais c'est un art que Luis Sepulveda possède à un haut niveau.  Rare sont ses livres qui dépassent les 200 pages.  Alors, en faisant encore plus court avec la nouvelle, on ne pouvait que deviner que celles-ci seraient à la fois profonde et dense malgré leur longueur réduite.  Pari réussi!  Tout l'art de l'auteur réside d'ailleurs là.  Toutes les nouvelles de ce recueil parlent de la vie, de la mort, de la beauté, de l'exil, de la douleur, de la perte, mais avant tout et surtout, de la vie et du combat qu'il faut mener pour qu'elle soit belle pour tous et pour préserver notre planète.  La nouvelle qui m'a le plus émue est celle consacrée à son chat Zorbas, matou qu'il a rendu célèbre par l'Histoire d'une mouette et du chat qui lui appris à voler.  L'homme se penche sur le panier du chat qui l'a aidé à passer au travers de durs moments et sais que son petit compagnon va le quitter, victime d'un cancer des poumons.  Mais c'est aussi à toute cette galerie de personnages de l'Amérique latine, des personnages simples mais que son talent nous rend plus grand que nature et aussi familier que si on les avait croisé la veille que le gros du recueil est consacré et sans aucun doute sa plus grande force.  Tous ces gens qui se battent, lentement mais sûrement pour la dignité humaine, au péril de leurs vies dans les dictatures des années 70, mais qui n'ont jamais lâché le morceau.  Certains sont morts, d'autres ont survécus, d'autres sont disparus.  À chaque page, on sent la rage, la colère de celui qui sait que nos droits sont menacés si on ne les défend pas et le prix lourd que de nombreuses personnes ont dû payer pour les défendre.  En homme engagé, il est aussi en admiration devant la nature (La nouvelle éponyme du titre met en vedette les éphémères roses du désert de l'Atacama qui ne fleurissent que quelques heures à cause du soleil qui les assèche à peine éclosent.) et nous pousse à réagir devant ceux qui la massacre sans conscience.  Un très beau recueil de nouvelles à déguster lentement pour en savourer toute la justesse et la poésie.

Ma note: 4.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire