vendredi 7 novembre 2014

La trace de l'escargot de Benoît Bouthillette

La trace de l'escargot  Benoît Bouthillette  JCL



Résumé:
Benjamin Sioui est inspecteur à la Police de Montréal.  On l'appelle sur un cas de meurtre, soigneusement mis en scène: une reproduction d'un tableau de l'artiste Francis Bacon.  Troisième meurtre ainsi signé depuis six ans, une défaite personnelle pour l'Inspecteur.  Sauf que cette fois-ci, n'est pas comme les autres.  Alors même que l'enquête est en cours, l'affaire dérape et des détails s'échappent, laissant présager un tueur malade, mais méticuleux.  Ce roman est aussi une plongée dans le Montréal de nuit, marginal, en même temps que les arts émergents et la scène underground, le tout entièrement vu depuis la tête de l'Inspecteur Sioui, un amérindien vivant en ville, peintre à ses heures, cocaïnomane et surtout, artiste dans l'âme.

Mon avis:
Imaginez un roman complet où l'on vous promène dans l'esprit de quelqu'un, avec toutes les petites pensées surgies dans l'instant, les jugements, les réparties mentales que l'on envoie, les réflexions.  Et bien, ce roman est exactement ça, c'est une longue promenade dans les pensée de l'Inspecteur Benjamin Sioui.  C'est parfois difficile à suivre, parce que l'on suit très exactement sa pensée et elle est changeante.  En plus, on a affaire à une enquête criminelle où l'on essaie de trouver le coupable et bon, comme la majorité des dialogues de font à l'intérieur de ce long monologue intérieur, c'est parfois mêlant de faire la part des choses entre ce qui lui est intérieur et ce qui se passe en-dehors.  Sauf lorsqu'il s'agit de Laetitia.  L'incarnation de LA femme à ses yeux.  On comprend les sentiments du personnage, mais quelque part, ça me tapait un peu sur les nerfs à la longue, cette interminable litanie d'éloges.  L'aime-t-il elle, ou aime-t-il l'effet d'être amoureux d'elle?  Question que je laisse à l'auteur.  La traque étant entièrement représentée à travers son esprit, j'avais du mal à replacer certains éléments en cours d'enquête.  Le rythme d'ailleurs est représentatif du titre: escargot.  Non, ce n'est pas un page turner, mais c'est une belle exploration dans la pensée de quelqu'un.  Un roman policier différent.  Il faut aimer, ce n'est pas nécessairement facile à aborder.  Personnellement, j'ai plus ou moins aimé, sauf le côté accès sur l'art qui était vraiment intéressant.

M anote: 3.25/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire