lundi 25 avril 2011

Blacksad: 3- Âme rouge de Diàz Canales et Guardino

Blacksad: 3- Âme rouge  Scénario: Juan Diàz Canales  Dessins: Juanjo Guardino  Le Lombard  56 pages



Résumé:
Blacksad s'est une fois de plus vu proposé un travail qui paie, mais qu'il déteste: garde du corps et collecteur de dettes musclé d'un joueur compulsif.  Rien de marrant!  C'est alors que ressurgi dans sa vie une vieille connaissance, Otto Lieber, un scientifique ayant travaillé à la réalisation de la bombe nucléaire, membre d'une bande d'amis tous plus ou moins communiste dans une Amérique à la vieille de subir la chasse aux sorcières maccarthisme.

Critique:
Blacksad tombe encore une fois sur une intrigue tordue, mais cette fois-ci, c'est personnel.  Un vieil ami, le fils d'un type qui l'a sorti de la rue est dans le pétrin, mais vraiment dans le pétrin: il s'est allié aux communistes.  Ça en plus d'autres ombres dans son passé, tous lié à la bombe atomique.  Rien pour rassurer en tout cas!  On retrouve la toujours excellente patte du dessinateur Juanjo Guardino dans cet album, mais j'ai aussi beaucoup aimé la palette des coloris qu'il a choisi.  Toutes dans les teintes de rouge, lien à la fois avec le titre et le rouge des communistes.  Cette fois-ci, pas de doute, l'histoire est située dans les années 50.  On sent poindre la chasse aux sorcières maccarthiste.  D'ailleurs le fameux sénateur MacCarthy est présent dans l'histoire.  Rebaptisé Gallo, il est personnifié par un... coq!  J'adore l'idée, c'est tellement représentatif de la personnalité de celui-ci!  On recroise le chemin du commissaire de police berger-allemand Smirnov que l'on avait déjà vu dans le premier opus des aventures de notre chat détective, on ramène aussi Weekly (je l'adore cette fouine!), bref, Blacksad se retrouve entouré de personnages connus dans cet opus.  Bonne idée, on lui donne un univers où des personnages récurrents et familiers peuvent faire leur apparition.  Les intrigues de Blacksad sont toujours aussi riches, il faut savoir prendre son temps en lisant ces bandes dessinées et aussi faire attention aux arrières-plans car ils sont aussi étudiés que les avant-plan.  Une simple déception, pourquoi les amours de Blacksad doivent-ils toujours finir mal?  Pauvre lui, si je pouvais le faire, je le gratterai derrière les oreilles pour le consoler.  Hum, c'est sûrement pas le genre de chat à apprécier ce genre de traitement...

Ma note: 4.25/5

Je remercie Diffusion du livre Mirabel et plus particulièrement Frédéric pour ce service de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire